La liberté d’importuner. Petit retour historique sur la portée politique de la confusion entre séduction et violence sexuelle.

L’affaire Harvey Weinstein a profondément marqué le milieu du cinéma et bien au-delà. Les plaintes de plus d’une vingtaine de femmes pour harcèlement sexuel, agression sexuelle ou viol contre ce puissant producteur, ont incité les actrices à se mobiliser. Le mouvement #metoo, lancé par Alyssa Milano en octobre 2017 ou sa version française #balancetonporc, suivi plus récemment du hashtag #timesup aux Golden Globes, marque une mobilisation sans précédent d’actrices contre le harcèlement et les violences sexuelles. Cette initiative a permis de libérer la parole féminine, d’inciter des victimes d’agression sexuelle à porter plainte. Alors qu’en octobre 2017 les profils facebook féminins se couvrent de récits d’agressions sexuelles (la plupart du temps anonymés), et témoignent de l’ampleur du harcèlement sexuel quotidien que subissent les femmes, dans la rue, dans les transports en commun par des hommes qu’elles croisent, ou au travail par leurs collègues ou supérieurs. Cette affaire a suscité un intense débat médiatique, politique mais aussi juridique dont la force se maintient jusqu’en ce début d’année 2018[1].

Pourtant des voix s’élèvent parallèlement à ce mouvement #metoo, dès octobre 2017, alimentées par la couverture médiatique, dénonçant un féminisme contre les hommes, un acharnement des femmes contre la drague, contre les blagues à caractère sexuel et avertissant contre le retour d’une forme de puritanisme. Les commentateurs insistent sur la présomption d’innocence, et mettent en garde contre les fausses accusations féminines. L’irréductible mythe de l’ « l’ascenseur » fait alors surface. De quoi s’agit-il ? Cet argument journalistique a pour origine une blague cherchant à ridiculiser les féministes américaines, selon le site de slate.fr : « Une certaine Mrs. Scott, autorité du féminisme américain qu’il est impossible de croiser dans l’ascenseur sans en sortir coupable ». Ce qui laisse douter de la réelle connaissance de ce journaliste des écrits de Joan Scott (je vous invite à écouter sa conférence à Paris VIII, que nous avons mis en ligne sur notre site, pour vous rendre compte de l’incroyable « menace » que constitue Mme Scott … !). La Tribune, L’Entreprise.com, ou Le Monde, ont relayé cette idée qu’il serait dangereux pour un homme de monter seul dans un ascenseur avec une femme aux Etats-Unis, ou de fermer la porte de son bureau lorsqu’on y est seul avec une collègue, sous peine d’en être accusé d’agression sexuelle, ou de viol. La gente masculine devient victime de la libération de la parole féminine. Ainsi naît l’hashtag #NotAllMen, qui rappelle aux femmes que tous les hommes ne sont pas des violeurs en puissance.

Les fausses accusations existent bel et bien, mais il est intéressant de constater que ce phénomène qui reste rare, soit placé au cœur du débat, contribuant par la même occasion à décrédibiliser la parole féminine[2]. Rappelons, que seulement 10% des victimes d’agressions sexuelles ou de viol portent plainte, que les chefs d’accusations sont régulièrement requalifiés : d’un viol, on passe à une agression sexuelle, ou une atteinte sexuelle. Et pour finir 70% des plaintes pour viol déposées sont classées sans suite, et nous ne parlons pas des délais de prescription qui empêchent certaines femmes de poursuivre leur violeur après un délai de 10 ans en France.

Le 9 janvier dernier, une centaine de femmes livrent une tribune au Monde, intitulée « Nous défendons la liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle ». Parmi les rédactrices, l’écrivaine Catherine Millet, la psychologue et psychanalyste Sarah Chiche, parmi les signataires, l’actrice Catherine Deneuve ou encore l’actrice et chanteuse Ingrid Caven … Ce texte attaque le mouvement #metoo, en dénonçant un féminisme puritain et castrateur, « une haine des hommes et de la sexualité », qui ferait de gestes et de mots appartenant au registre de la séduction, une agression sexuelle ou sexiste. Elles tiennent à ce que les hommes puissent continuer à avoir la « liberté d’importuner » les femmes : c’est-à-dire continuer à « touch[er] un genou, tent[er]  de voler un baiser, parl[er]  de choses « intimes » lors d’un dîner professionnel ou d’(…)envoy[er]  des messages à connotation sexuelle à une femme chez qui l’attirance n’était pas réciproque ». Elles considèrent que la mobilisation des femmes sur les réseaux sociaux a contribué à les réduire à leur corps, et à leur rôle de proie, alors que les hommes seraient réduits à celui de prédateur. Quelques lignes plus loin, elles se « disent [pourtant] suffisamment averties pour admettre que la pulsion sexuelle est par nature offensive et sauvage », et associent tout au long de leur texte la séduction masculine à cette notion d’offensive, et la sexualité féminine à la passivité : « jouir d’être l’objet sexuel d’un homme ».

Or c’est ignorer grassement les résultats que la recherche en sciences sociales nous a livré depuis les années 1960. En effet, les travaux d’historiens, d’anthropologues et de sociologues montrent que l’idée d’une sexualité humaine régie par ce qui serait « une loi de la nature » impulsive par essence est à remettre en question. Comme nous le dit Michel Bozon, dans sa Sociologie de la Sexualité, « contrairement aux espèces animales, les humains ne savent plus se comporter sexuellement par instinct »[3]. La sexualité est donc une construction culturelle, déterminée par l’expérience, l’éducation, les relations sociales[4]. C’est aussi ignorer la complexité de la sexualité masculine qui n’est pas que violence, domination, volonté de soumettre, ni misère sexuelle. Continuer la lecture de La liberté d’importuner. Petit retour historique sur la portée politique de la confusion entre séduction et violence sexuelle. 

Compte rendu – Séance du 10 janvier 2018 – Genre et Hiérarchies sociales.

Laura Balzer nous a présenté l’article de Sylvie Steinberg, « Hiérarchies dans l’Ancien Régime », in De la différence des sexes: le genre en histoire, Paris, Larousse, 2010, article dans lequel elle aborde le croisement entre les hiérarchies sociales et le genre. Elle part pour cela d’exemples de femmes nobles qui ont défendu elles-mêmes leur château pendant les guerres de religion. Elle remarque que l’adoption de valeurs viriles et guerrières pour ces femmes n’est pas vécue comme une anomalie pour la société d’Ancien Régime, parce qu’elles occupent, en raison de leur noblesse, une position sociale dominante.  Ainsi il s’agit pour les historiens du genre, d’évaluer et de comparer le poids que prennent les différences sociales et sexuées au sein des rapports de pouvoir qui régissent les sociétés étudiées. Or l’Ancien Régime, étudié particulièrement par l’historienne, est une société de représentation, où la position objective de l’individu dépend du crédit que sa représentation lui fournit auprès des autres, de la reconnaissance des autres, à partir de la place qu’il s’imagine devoir tenir au sein de la société. Elle a pour objectif d’étudier à la fois les représentations du corps social et des genres qui détermine le cadre de cette reconnaissance et la mise en pratique du croisement de ces deux hiérarchies.

Ainsi, Sylvie Steinberg analyse le traitement des questions sociales et de la différence des sexes par les discours savants. Les traités de physionomie, les traités médicaux étudiés des XVI-XVIIe siècles montrent que les hiérarchies entre hommes et femmes ainsi que les hiérarchies sociales sont pensées comme partie intégrante d’un ordre voulu par Dieu, d’un « ordre naturel ». Une analogie est entretenue entre le corps humain et le corps social dont la mise en ordre s’effectue par une constante référence au cosmos. La différence des sexes est déterminée par la théorie des humeurs, la féminité est associée au froid, à l’humidité, (mélancolie, phlegme) et à la faiblesse, alors que la masculinité l’est à la chaleur, à la sècheresse (sang, bile) et aux vertus. Mais le sexe biologique n’est pas déterminant pour penser ces différences de genre. Les individus sont davantage déterminés par leur tempérament humoral, qui est dépendant de leur âge, de leur mode de vie, mais également de leur origine sociale. Les jeunes hommes seront ainsi considérés comme plus proche d’un tempérament « féminin », que les adultes. La composition humorale des paysans est censée être plus humide et froide, en raison de leur proximité avec la terre, alors que les nobles sont associés au feu. Aux oppositions binaires que l’on retrouve dans le système de représentation du corps humain, correspondent celles du corps social : au noble, on oppose l’ignoble, à l’oisif, le travailleur.

Pourtant face à cette mutabilité du genre, qui ne dépend pas du sexe biologique, la société d’Ancien Régime est marquée par un fort fixisme social. Les hiérarchies sociales ne peuvent être transgressées. Ainsi, une femme noble peut défendre son château, car la noblesse est déterminée par ses vertus guerrières, mais un courtisan ne peut adopter un mode de vie trop féminin, sans déroger aux vertus viriles et nobiliaires.

Pourtant comment penser la double appartenance pratique des individus aux hiérarchies sociales et genrées ? Sylvie Steinberg mobilise plusieurs exemples pour illustrer la façon dont les individus jouent avec les critères d’appartenance sociale et genrée en fonction des situations. Par exemple, la procuration accordée par des maris absents à leur épouse pour gérer le domaine familial, permet aux femmes de la noblesse de pouvoir se présenter comme les garantes des intérêts de la cellule familiale et d’incarner l’autorité paternelle[1]. Le statut, les qualités, le rang des individus vient interagir avec les différences de sexes. Son article montre avec force que l’espace fournit par l’intersection entre la fixité des hiérarchies sociales et la fluidité des hiérarchies genrées, est largement investi, notamment par les femmes d’Ancien Régime pour gagner en puissance d’agir.

Les débats autour de ce papier ont porté sur :

  • La médecine galénique et aristotélicienne qui au XVIe siècle présente des arguments misogynes qui s’opposent à ceux de la pratique médicale, qui a tendance à valoriser le corps féminin. (Sofia Zuccoli)
  • La violence de l’assignation des hermaphrodites à un sexe masculin ou féminin, qui s’impose au XIXe siècle jusqu’à nos jours.
  • Conseils de lectures-clefs sur ces questions : Fausto-Sterling Anne, Corps en tous genres: la dualité des sexes à l’épreuve de la science, traduit par Oristelle Bonis et Françoise Bouillot, Paris, la Découverte : Institut Émilie du Châtelet, 2012 ; Laqueur Thomas Walter, La fabrique du sexe: essai sur le corps et le genre en Occident, traduit par Michel Gautier et traduit par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, Gallimard, 2013.
  • Camille Laruelle a évoqué les correspondances de ce texte avec ce qu’elle constate en Chine contemporaine. Dans les années 1910-1920, les médecins chinois ont tenté de participer à l’intégration les femmes dans le groupe des citoyens et d’héradiquer les hiérarchies sociales antérieures. Les discours médicaux ont valorisé la sexualité et le plaisir féminin, notamment sous l’influence de la psychanalyse et de la sexologie occidentale. La volonté était de moderniser le rôle de la femme dans le couple, et de permettre une plus grande harmonie, qui passe aussi par la réalisation d’une sexualité plus épanouie. Mais la sexualité féminine reste conditionnée à son premier rôle la procréation, et l’image d’une sexualité féminine dangereuse reste active.
  • Les inégalités face aux représentations de la sexualité masculine et féminine aujourd’hui ont été évoquées.

Claire-Lise Gaillard est revenue sur son sujet de thèse et l’imbrication entre genre, classe et race dans le marché de la rencontre du XIXe siècle jusqu’au début du XXe siècle.

« Le genre est classé et la classe est genrée », citant un ouvrage de Leonore Davidoff et de Catherine Hall, Claire-Lise, a rappelé que les catégories de genre signifient les autres rapports de pouvoir, dont notamment les rapports de classe[2]. Les catégories sont sources de domination. Elles sont en perpétuelle évolution pourtant, saisies par les individus en fonction de leur âge, classe, genre, race. Ainsi c’est dans l’appropriation, dans la redéfinition de ces catégories qu’apparaît la possibilité d’une agency.

Dans sa thèse Claire-Lise aborde les questions de hiérarchies sociales et genrées sous trois aspects :

  • En effectuant d’abord une difficile sociologie des agents matrimoniaux, conditionnée par la pauvreté des archives, et des pseudonymes que les agents utilisaient. Seules les représentations véhiculées notamment par la littérature, les articles de journaux décrivant les dessous des agences matrimoniales lui permettent d’atteindre cette profession. Or ces représentations sont très stéréotypées : la profession est mixte, mais l’image de l’agent matrimonial est plutôt celle d’une femme âgée, veuve, laide, et grosse. La rotondité du personnage est liée à l’image d’une profession lucrative.
  • Ensuite, ces questions font écho à son étude du courtage matrimonial. L’objectif est de créer des paires, chaque critère, exigence se paye par un autre critère ayant valeur avoisinante. La hiérarchisation se fait par le genre, la classe, le statut matrimonial, l’âge, la fortune.
  • Enfin, les annonces matrimoniales, qui fleurissent dans la presse matrimoniale du XIXe au début du XXe siècle, sont aussi un moyen d’observer l’intersection de ces deux hiérarchies. Par une mise en miroir de l’offre (la description de soi) et de la demande (la description de la personne que l’on recherche) présente dans chaque petite annonce, permet d’étudier les horizons d’attente des hommes et des femmes. La difficulté est de confronter des groupes statistiques non équilibrés, des mentions de milieux sociaux, ou de fortune très flous : les femmes par exemple ne mentionnent que très rarement leurs activités professionnelles par exemple.

Suite à cette intervention le débat a porté sur :

  • La difficulté à articuler des discours émanant des élites et des données sur les classes populaires, notamment sous l’Ancien Régime, où les discours et représentations des classes moyennes et populaires sont plus difficiles à atteindre. (Marion Philip)
  • Au Moyen-Age le rôle des abbesses qui transcendent leur genre, grâce à leurs fonctions politiques, publiques et religieuses (Justine Audebrand).
  • La diversification de l’honneur féminin au cours du XVIIIe siècle : qui n’est pas seulement attaché à l’honneur sexuel, mais est aussi un honneur économique, dynastique… Les différences genrées semblent moins importantes pour les femmes aristocrates que l’appartenance à la noblesse, et la défense de leurs privilèges. Dans le même sens, il existe un honneur de commerçante qui est repérable dans la justice ordinaire. La difficulté reste d’étudier ces mêmes questions pour les catégories sociales les plus basses. (Marine Carnarague)
  • La Chine dans les années 1960 a connu un discours idéologique prônant l’égalité des sexes et l’effacement du genre, ou plutôt une dilution des genres au sein d’une même catégorie masculine. Les femmes devaient se libérer de leur genre, et passer par ce processus d’asexualisation, qui passe par la réunion des genres dans le masculin. (Camille Laruelle)

[1] Voir Julie Doyon, « À « l’ombre du Père » ? L’autorité maternelle dans la première moitié du XVIIIe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 21, 1 avril 2005, p. 162‑173 ; Pauline Ferrier-Viaud, Pouvoir, présence et action de femmes. Les épouses des ministres au temps de Louis XIV, Thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne, Paris, 2017.

[2] Leonore Davidoff, Catherine Hall, Family Fortunes. Hommes et femmes de la bourgeoisie anglaise (1780-1850), traduitde l’anglais par Christine Wünscher, Paris, La Dispute, 2014.

Féminisme et militantisme intersectionnel – Rencontre avec le Witch Bloc Paname

En réaction à l’élection de Donald Trump, des féministes de Portland (Oregon) ont créé la surprise, au mois de mai 2016, en ressuscitant un mouvement new-yorkais de la fin des années 1960 : la Women’s International Terrorist Conspiracy from Hell (W.I.T.C.H). Arborant capes et chapeaux pointus, elles ont défilé dans les rues au son de slogans inspirés de leur manifeste, dont les valeurs sont les suivantes :

Anti-racisme / Anti-fascisme / Anti-patriarcat / Droits des indigènes / Reconnaissance du genre / Auto-détermination / Libération des femmes / Libération des trans / Anti-culture du viol / Droits à la reproduction / Soutien aux travailleur.se.s du sexe / Droits des LGBTQ+ / Protection de l’environnement / Liberté religieuse / Droits des émigrés / Anti-guerre / Anti-capitalisme / Droits des handicapés / Respect de la vie privée / Droits des travailleur.se.s

A la suite de ce mouvement, le Comité Anarchiste de l’Université Paris 7 a invité les Parisien.ne.s à s’emparer du symbole de la sorcière lors de la manifestation du 12 septembre 2017, contre les ordonnances Macron et la Loi Travail XXL. C’est ainsi que le Witch Bloc Paname a vu le jour.

Certain.e.s de ses membres ont accepté de répondre à mes questions. Leur engagement politique, ainsi que leurs rapports au genre, au féminin et au féminisme seront au cœur de cet article.

Selon leur volonté, je précise qu’elles s’exprimeront sous couvert de pseudonymes et que leurs mots ne sont pas forcément ceux du Bloc dans son intégralité.

Q°1

Quelles raisons vous ont poussée à rejoindre le Witch Bloc Paname ? Etiez-vous déjà militant.e « activiste » ?

CATHERINE : Je suis activiste pro-choix depuis un an et demi environ. Le milieu militant commençait à m’agacer à cause de divergences politiques systématiques, la plupart des féministes se révélant soit transphobes, soit putophobes, soit les deux en même temps. Ou bien c’était le jeu du  »qui souffre le plus » avec une hiérarchisation intolérable des luttes et des discriminations. Le WB ne sélectionne pas de cas prioritaires, il m’a permis d’élargir mon champ d’action militante.

ROSE : Je militais depuis un certain temps déjà, mais aucun groupe ne me convenait vraiment : des problématiques effacées au profit d’autres, une recherche du pouvoir par certain.e.s, etc. J’avais hâte de voir émerger en France un groupe inspiré des W.I.T.C.H américaines. J’ai donc assisté à la première réunion du Bloc en vue de préparer la manifestation du 12 septembre, et j’y suis restée. Le WB est le premier groupe avec lequel je suis en accord complètement !

VICTORIA : J’ai entendu parler du WB via l’appel du collectif anarchiste de Paris 7, relayé notamment par Paris Luttes Infos. J’étais déjà militante dans des groupes féministes révolutionnaires, et participais fréquemment aux manifestations dans le cortège de tête, sans être affiliée spécifiquement au Black Bloc. Le WB a répondu à une urgence de former un espace bienveillant et en mixité choisie (sans hommes cis), dans le but de faire converger les luttes féministes et anarchistes. Il est aussi un espace de protection contre les agressions d’hommes dans le milieu militant. Continuer la lecture de Féminisme et militantisme intersectionnel – Rencontre avec le Witch Bloc Paname 

Journée d’étude doctorale du Groupe d’Histoire du Genre du Centre de Recherches Historiques (CRH) – 28 mai 2018

Comité organisateur :
Laura BALZER (doctorante, EHESS/Paris 1Panthéon-Sorbonne)
Marion PHILIP (doctorante, EHESS/Paris-Sorbonne)

Lien vers le site du CRH : http://genre.ehess.fr/2017/12/06/le-genre-en-histoire-3/ 

Présentation

Depuis les années 1960, l’utilisation du genre comme démarche et objet d’étude a généré une définition plus fine de ce concept, qui a permis aux historien.ne.s de déconstruire l’idée d’un binarisme sexuel reposant sur la complémentarité des rôles sociaux masculins et féminins. Les rapports sociaux de sexe sont devenus l’objet de travaux universitaires, collectifs et individuels. Ils constituent un facteur d’analyse des sociétés, souvent oublié, mais qui renouvelle pleinement l’histoire sociale[1]. Le Centre de Recherches Historiques accueille dès 1978, un groupe de chercheur.se.s travaillant sur l’histoire du genre, qui se structure, en 2007, comme axe transversal. L’objectif du groupe, en organisant cette deuxième édition d’une journée doctorale, est de développer le dialogue entre les doctorant.e.s en histoire de l’EHESS adoptant une perspective de genre dans leurs travaux.
Pour montrer de quelle manière l’histoire du genre s’inscrit dans une histoire sociale et des représentations, nous proposons que les communications développent les thématiques suivantes :

I- Stéréotypes et normes genrées

Les interventions peuvent proposer une analyse des normes de genre et des représentations genrées véhiculées par les corpus de sources étudiées (textes normatifs, écrits personnels, iconographie, littérature …), ainsi que de la réception de ces normes par les individus, groupes, ou sociétés concernés. Il s’agit également d’interroger le rôle de ces représentations dans l’organisation et la hiérarchisation du tissu social.

II- Genre et identification de soi

Parallèlement au développement du concept de genre, le concept d’identité a été largement remis en question par les sciences humaines depuis plus d’une quarantaine d’années, en critiquant sa tendance à réifier un processus pourtant relatif et contextuel ou au contraire à diluer des identités, qui perdent leur pertinence analytique[2]. Les doctorant.e.s seront invité.e.s à questionner cette notion d’ « identité », grâce à sa confrontation avec la question du genre. Il.elle.s pourront également étudier les phénomènes d’identification genrée, et montrer comment il.elle.s manient l’outil d’analyse du genre, de concert avec d’autres facteurs d’identification sociale : l’âge, le statut social, le rang, la « race », l’engagement politique, le statut professionnel …

MODALITES DE SOUMISSION ET CALENDRIER

La journée est ouverte, en priorité, aux doctorant.e.s en histoire du CRHqui intègrent le genre à leurs problématiques. Cependant, nous souhaitons ouvrir cette journée aux doctorant.e.s des autres UMR de l’EHESS et d’autres universités, qui pourront participer en fonction des places disponibles. Toutes les périodes, aires culturelles et thématiques sont les bienvenues. Les communications, d’une durée maximale de 30 minutes, seront suivies d’un temps de discussion.

Les propositions de communication d’un maximum de 3 000 signes, accompagnées d’une courte biographie devront être envoyées à marion.philip@laposte.net et laura.balzer21@gmail.com avant le 28 février 2018. 


[1]Brian, I., Lett, D., Sebillotte-Cuchet, V.,Verdo, G., « Le genre comme démarche », Hypothèses, 2005 (1)/8 pp.277-295.

[2]Brubaker, R., Cooper, F., « Beyond Identity », in Theory and society, vol. 29, n° 1, 2000, pp1-47.

Séance du 13 décembre 2017 – Savoir situé : faire entendre les clameurs du dedans

Séance animée par Elise Leménager–Bertrand

Auteur.e.s convoqué.e.s : Gloria ANZALDUA, Donna HARAWAY, Audre LORDE, Gayatri SPIVAK, Isabelle STENGERS

Nos sociétés, régies par des schémas de pensée et de langage dominants, refusent et invisibilisent certaines identités. Mais ce que propose une notion telle que le  »savoir-situé », c’est de remettre en question l’idée d’une neutralité, d’une objectivité de la pensée dominante, pour faire entendre les  »clameurs du dedans » et ce qu’elles ont de politique et de libérateur.

I. Les identités invisibles

Dans La vierge et le neutrino, Isabelle STENGERS interroge le rôle  »pacificateur » de la société, qui est en réalité un effort d’uniformisation et donc de dépersonnalisation. La société se protège en détruisant ce qui ne se soumet pas au commun et en maintenant les individus dans un état de passivité. Mais il s’agit là d’une violence insidieuse : cette destruction est invisible en ce qu’elle atteint le sujet dans sa profondeur. On peut prendre l’exemple du documentaire Les roses noires, réalisé par Hélène MILANO en 2012, dans lequel on suit des jeunes femmes de cité populaire. Pour être acceptées et respectées au sein de leur communauté, elles adoptent des comportements masculins, un style vestimentaire masculin. Elles sont donc poussées à dénigrer leur féminité pour être acceptées au sein d’un environnement social qui les refuse et les soumet à la dépersonnalisation. Mais le plus insidieux, c’est que cet effacement est d’abord vécu comme gage d’émancipation, c’est une négation volontaire qui est intériorisée : « si t’es une fille on te marche dessus, même les filles elles veulent marcher sur les filles. Pour montrer aux gens qu’on ne va plus se laisser faire, le meilleur moyen : devenir un garçon. »

Invisibles, ces identités sont aussi silencieuses, réduites au silence par la peur du groupe face à l’étrangeté. Audre LORDE développe cette idée du silence imposé aux différences. Tout ce qui détonne de l’expérience commune engendre la crainte et prend le nom de déviance. La société a besoin d’individus identifiables, dont les comportements légitiment une appartenance commune. Elle peut alors exclure ceux qui n’appliquent pas ces comportements. En effet, on ne peut justifier l’autre au sein du même.

Gloria ANZALDUA fait l’aveu déchirant qu’en tant que mestiza elle n’a pas de pays, tous les pays l’ont expulsée, et qu’en tant que lesbienne, elle n’a pas de peuple car son peuple l’a reniée. Mais la force de ce constat, c’est qu’il lui permet d’appartenir à tous les pays et à tous les peuples. En effet, ce même qui refuse l’autre, est une utopie maladive, une mutilation inconsciente de tout ce qui n’y entre pas. Il doit donc être questionné et rejeté.

II. Faire entendre les clameurs du dedans

La notion de savoir-situé refuse ainsi l’idée d’une neutralité, d’une objectivité du savoir. Rejetée d’autant plus que par les mots, par la façon de penser, une domination s’installe. Sous des allures de neutralité, c’est en réalité la pensée dominante qui s’impose. Le savoir-situé propose donc de revenir de là où l’on parle, de là où l’on vient, pour interroger nos objets d’étude et de recherches. Dans une pensée féministe et subalterne, c’est donc transformer l’impuissance en puissance, permettre à un cri, à une voix, de s’élever.

C’est aussi refuser l’imposition d’une identité. Dans son Manifeste Cyborgs, Donna HARAWAY s’insurge contre la logique binaire. Dans une logique d’affinités (selon son expression), les femmes doivent revendiquer plusieurs identités, inventer ainsi des sous-groupes, des sous-catégories. Il faut avoir le courage de se penser vraiment, et donc en-dehors des modèles binaires dominants. C’est ce que fait Audre LORDE en prononçant cette belle phrase « parce que je suis moi », lors d’une conférence de septembre 1977. En égrainant une multitude d’adjectifs (femme, lesbienne, mère, universitaire, noire…) elle refuse de s’enfermer dans une seule définition, elle se libère des identités. On passe d’une altérité étouffée à une altérité criante et qui souhaite réveiller chez l’autre une pensée et un langage en sommeil.

Mais ce cri d’altérité ne pourra s’accomplir que dans de nouvelles conceptions et mises en récit du réel. Isabelle STENGERS propose donc de fabuler, de raconter autrement, pour rendre perceptible des aspects de la réalité qui sont usuellement pris comme accessoires. Fabuler c’est révéler la présence d’une altérité intrinsèque dans un monde qui la nie. C’est donc ce défaire d’une représentation, d’un langage, d’une pensée dominants.

Parmi ce nouveau mythos pour reprendre les mots de Gloria ANZALDUA, le cri singulier du savoir-situé doit se faire entendre. Il peut ouvrir une brèche pour reconstruire les principes du vivre-ensemble. A la suite de Donna HARAWAY, nous pouvons dire que  »Le personnel est politique » : pour transformer le silence, il faut établir et analyser sa place dans la transformation en cours, reconnaître la place vitale que l’on joue. En écoutant les clameurs du dedans, nous pouvons refuser l’immobilisme et la fixité d’une structure que nous avons déjà reconnu malade.

DISCUSSION

1) Concernant le texte d’Audre LORDE : si on cherche à se comprendre comme un « moi », à se définir par une multitude de termes, pourquoi vouloir s’inscrire dans un « nous » qui fixe des identités ?

Considérer le « nous » comme une identité fixiste, c’est prendre le risque d’adhérer à la pensée dominante. Revendiquer un « nous », par exemple dans le cas des Noirs descendants d’esclaves, c’est bien s’opposer à une vision blanche, patriarcal, cis-genre. Le « nous » universaliste et figé est le stéréotype formulé par cette pensée dominante qui, en réalité, est effrayée par la critique portée par un groupe opposant.

2) Faire une histoire féministe et militante : quel danger pour notre rigueur scientifique ?

-le fantasme de l’objectivité : tout ce qui est blanc et masculin est perçu comme neutre dans nos sociétés. Ceux qui se disent neutres ne le sont pas davantage, et peut-être même moins encore que les autres car cette pensée de l’objectivité les empêche de s’interroger sur leurs méthodes, sur leurs pratiques de langage…

-il faut accepter que l’on fait une histoire dans un courant de pensée, que notre savoir est situé et que cette situation apporte de la richesse. Dans les 1960s, des femmes anthropologues, ont pu remettre en cause des travaux parce qu’elles ont interrogé des phénomènes oubliés par les hommes anthropologues.

3) Dans une position de domination, peut-on se mettre dans la situation de l’opprimé ?

-l’importance d’avoir un point de vue situé : on peut parler de maternité même si on n’a pas d’enfant, si on se rappelle qu’on ne partage pas la même situation. Si on prend conscience de ce manque d’objectivité, et qu’il est normal de faire parler sa subjectivité, de parler d’un endroit. Le biais peut aussi détenir un sens positif !

-une chercheuse blanche qui travaille sur l’Afrique : quelle légitimité ? Peu importe la couleur de peau de l’étudiant, certains vont réussir à débloquer la parole de l’autre, et d’autres pas. Ce qui fait un bon anthropologue, c’est d’être capable d’écouter, de s’ouvrir aux gens.

-l’histoire comme discipline d’amitié (Marc BLOCH, Apologie pour le métier d’historien + Le juge ou l’historien) : se mettre à la place de l’autre, faire une collection d’expériences non vécues mais en écoutant l’autre, faire une collection des vécus en se dépouillant du sien.

-LORDE : se connaître bien soi, pour pouvoir faire ce travail vers les autres, pour pouvoir comprendre les vécus des autres.

4) Est-il réellement possible d’entendre la voix, le cri, des subalternes ?

-selon Gayatri SPIVAK c’est impossible, tentative toujours mise en échec. Ces contre-voix sont inaudibles parce que dès qu’on parle, on sort de la domination, on n’est donc déjà plus subalterne. Dimension abyssale de cette recherche sur les subalternes, jamais réellement compris et entendus.

-une femme qui écrit au XVIIe : dans quelle mesure c’est une voix féminine ? Dans quelle mesure elle n’est pas en train de relayer une parole acceptée par les hommes et donc pas réellement subalterne ?

-des femmes qui partent de chez leurs parents pour entrer au couvent (XVII-XVIIIe siècles). Des femmes qui sinon seraient restées au foyer parental pour apporter du réconfort dans les vieux jours, faire le ménage… Une lettre d’une de ces femmes se trouve dans un procès : parole de fille, très rare, un cri qui déchire le silence. Cette parole est-elle vraiment libératrice ? Elle fait exister une autre voix en tout cas. Des cas exceptionnels qui font entendre un cri, notamment dans des périodes qui mettent très peu en valeur les motivations individuelles / domination des logiques familiales

5) La biographie d’Angela DAVIS : porter des masques pour tester sa place dans la société

Elle raconte une expérience dans un magasin de chaussures divisé entre femmes blanches et femmes noires. Dès qu’elle se met à parler français, les vendeurs s’empressent de la servir dans l’espace réservé aux blanches : elle arbore alors le masque de la bourgeoise européenne, sa couleur de peau devient accessoire, périphérique.

Pour continuer la réflexion :

En librairie :

ANZALDUA Gloria, « La conscience de la Mestiza : vers une nouvelle conscience », dans Les Cahiers du CEDREF, Théories féministes et queer décoloniales, n°18, 2011

CERVULLE Maxime, Dans le blanc des yeux, Amsterdam, 2013

HARAWAT Donna,  »Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle », dans Manifeste Cyborg, Paris, savoirExils

LORDE Audre,  »Transformer le silence en paroles et en actes », dans DORLIN Elsa, Black Feminism – Anthologie du féminisme africain-américain, Paris, L’Harmattan, 2008

RIBARD Dinad et SCHAPIRA Nicolas, On ne peut pas tout réduire à des stratégies – Pratiques d’écriture et trajectoires sociales, PUF, 2013

SPIVAK Gayatri Charkrawvorty, Les subalternes peuvent-elles parler ?, traduction Jérôme Vidal, éditions Amsterdam, Diffusions distribution, 2009

STENGERS Isabelle, La vierge et le neutrino, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, 2006

Au cinéma – à la TV :

Trop noire pour être françaises, Isabelle BONI-CLAVERIE

Ouvrir la voix, Amandine GAY

Les roses noires, Hélène MILANO

Bande de filles, Céline SCIAMMA

Journée d’étude – 1er décembre 2017, à Pau – LE GENRE A L’ÉPREUVE DES INSTITUTIONS CULTURELLES (2). Espagne-France : regards croisés

FÉDÉRATION ESPACES FRONTIÈRES MÉTISSAGES – FR 4153 Laboratoires ITEM (EA 3002) et LLCAA (EA 1925)

PROGRAMME « POUVOIR(S) ET MISOGYNIE » (dir. Maurice Daumas, Nadia Mékouar-Hertzberg)

2nde  journée d’étude – 1er décembre 2017

LE GENRE A L’ÉPREUVE DES INSTITUTIONS CULTURELLES (2)

Espagne-France : regards croisés

Salle du Conseil UFR LLSHS – UPPA

9 h 00 – 9h 15 : Accueil des participants et présentation de la journée par Nadia Mékouar-Hertzberg

9h 15 – Christine Orobitg (Université d’Aix-Marseille), Les visions féminines face aux institutions  en Espagne (1570-1635) : une misogynie orchestrée / une misogynie mise en discours

9h 45 – Adeline Gargam (Université de Bretagne occidentale – Brest) : Genre et institutions littéraires au XVIIIe siècle

10h 15 – 10h 45 : Discussion – Pause

10h 45 Hyacinthe Ravet (Paris-Sorbonne) : Genre et genres au sein des institutions musicales. Le cas des chefs d’orchestre

11h 15 – Geneviève Sellier (Université Bordeaux Montaigne) : Les institutions culturelles françaises au service du cinéma d’auteur masculin ?

11h 45 – Discussion   /  Repas

14 h 15 – Anne Lenquette (Université de Limoges) : Femme, école et université à travers le prisme du roman espagnol

14h 45 – Caroline Fischer (Université de Pau et des Pays de l’Adour) : Misogynie dans le campus novel

15h 15 –  Discussion – Pause

15h 30 – Valérie Plaisance (Présidente de la SD 064 MGEN – partenaire du projet) : La Santé des femmes

16h 00 – Evelyne Barthou (Université de Pau et des Pays de l’Adour) : L’enquête « Égalité femmes-hommes à l’UPPA » : premiers constats

16h 30  – Maurice Daumas (Université de Pau et des Pays de l’Adour) : Réseaux masculins et harcèlement sexuel

17h 00 – 17h 30 : Discussion et conclusions de la journée par Maurice Daumas

A propos de la Bibliothèque Marguerite Durand

Hier à 14h s’est tenue une manifestation de soutien à la Bibliothèque Marguerite Durand. Cette bibliothèque réunit un fond important de documents d’histoire des femmes et d’histoire du féminisme.  Elle partage depuis 1989 les locaux de la médiathèque Jean-Pierre Melville. Mais à l’occasion de travaux à venir dans cette dernière le déménagement de la collection Marguerite Durand a été annoncé et c’est la BHVP (Bibliothèque historique de la ville de Paris) qui devrait accueillir le fond.

Pourtant en léguant son propre fond de documentation à la mairie de Paris en 1932 Marguerite Durand souhaitait que la Mairie ouvre le premier « office de documentation féministe » et s’engage à l’entretenir. Le déménagement vers la BHVP suppose qu’une majorité des fonds ne seraient pas stockés sur place mais dans un entrepôt parisien, une gestion matérielle qui entrainerait des délais de communication de 24 à 48h. Tout.e.s habitué.e.s des bibliothèques savent combien les questions de communicabilité jouent sur l’utilisation de ce type de documents. Plus un document est accessible plus il est utilisé. Il faut également souligner le risque de l’invisibilisation de ce fond spécifique à l’histoire des femmes dans ce mouvement de fusion alors même que tout le travail des historien.e.s sur ces questions vise à sortir les femmes de l’invisibilité. Un paradoxe assez flagrant pour être souligné.

Les différentes formes de manifestations auprès de la mairie de Paris restent pour l’instant sans appel.

Pour signer la pétition c’est ici :  

Pour écouter Christine Bard à propos de la BMD c’est ici :

Quelques mots pour dire l’identité et l’individu à la fin du XVIIe siècle – d’après le Dictionnaire d’Antoine Furetière (1690)

Notre séance du 8 novembre 2017 portant sur les concepts d’identité et de genre, j’ai voulu faire un tour du côté des penseurs du XVIIe siècle pour analyser le vocabulaire à leur disposition. Les mots que nous utilisons actuellement étaient-ils de mise alors ? Avaient-ils le même sens ? Et alors, en tant qu’historien.ne.s de l’époque moderne, pouvons-nous les utiliser?

Moins formel que le Dictionnaire de l’Académie Française, parfois amusant voire insolent, le Dictionnaire Furetière permet une incursion intéressante dans l’univers langagier de la fin du XVIIe siècle. Voici les définitions qu’il donne de quelques mots sélectionnés : Conflit – Choix – Genre – Identité – Individu – Influence – Influer – Intention – Solitude – Stratagème.

Continuer la lecture de Quelques mots pour dire l’identité et l’individu à la fin du XVIIe siècle – d’après le Dictionnaire d’Antoine Furetière (1690) 

Atelier doctoral – Histoire du genre

Ce carnet se veut le support de travail de l’atelier doctoral «Histoire du genre », un atelier de doctorants transdisciplinaire qui se propose d’interroger le concept de « genre », qui demande un intense travail de réflexion théorique et de conceptualisation. Nos objectifs principaux sont de mettre en contact des doctorant·e·s motivé·e·s et intéressé·e·s par ces questions, issu·e·s d’universités différentes, en organisant des rencontres mensuelles. Il s’agit également d’éclaircir des points historiographiques clefs (lectures d’articles, débats, actualités de la recherche) et créer une bibliographie commune et bien maîtrisée. Nous y présentons également nos recherches et travaux en cours (articles, participations à des colloques et journées d’études) pour obtenir des conseils, des remarques et des corrections du groupe. Le carnet servira au partage des informations appels à contribution, colloques, journées d’études.