La liberté d’importuner. Petit retour historique sur la portée politique de la confusion entre séduction et violence sexuelle.

L’affaire Harvey Weinstein a profondément marqué le milieu du cinéma et bien au-delà. Les plaintes de plus d’une vingtaine de femmes pour harcèlement sexuel, agression sexuelle ou viol contre ce puissant producteur, ont incité les actrices à se mobiliser. Le mouvement #metoo, lancé par Alyssa Milano en octobre 2017 ou sa version française #balancetonporc, suivi plus récemment du hashtag #timesup aux Golden Globes, marque une mobilisation sans précédent d’actrices contre le harcèlement et les violences sexuelles. Cette initiative a permis de libérer la parole féminine, d’inciter des victimes d’agression sexuelle à porter plainte. Alors qu’en octobre 2017 les profils facebook féminins se couvrent de récits d’agressions sexuelles (la plupart du temps anonymés), et témoignent de l’ampleur du harcèlement sexuel quotidien que subissent les femmes, dans la rue, dans les transports en commun par des hommes qu’elles croisent, ou au travail par leurs collègues ou supérieurs. Cette affaire a suscité un intense débat médiatique, politique mais aussi juridique dont la force se maintient jusqu’en ce début d’année 2018[1].

Pourtant des voix s’élèvent parallèlement à ce mouvement #metoo, dès octobre 2017, alimentées par la couverture médiatique, dénonçant un féminisme contre les hommes, un acharnement des femmes contre la drague, contre les blagues à caractère sexuel et avertissant contre le retour d’une forme de puritanisme. Les commentateurs insistent sur la présomption d’innocence, et mettent en garde contre les fausses accusations féminines. L’irréductible mythe de l’ « l’ascenseur » fait alors surface. De quoi s’agit-il ? Cet argument journalistique a pour origine une blague cherchant à ridiculiser les féministes américaines, selon le site de slate.fr : « Une certaine Mrs. Scott, autorité du féminisme américain qu’il est impossible de croiser dans l’ascenseur sans en sortir coupable ». Ce qui laisse douter de la réelle connaissance de ce journaliste des écrits de Joan Scott (je vous invite à écouter sa conférence à Paris VIII, que nous avons mis en ligne sur notre site, pour vous rendre compte de l’incroyable « menace » que constitue Mme Scott … !). La Tribune, L’Entreprise.com, ou Le Monde, ont relayé cette idée qu’il serait dangereux pour un homme de monter seul dans un ascenseur avec une femme aux Etats-Unis, ou de fermer la porte de son bureau lorsqu’on y est seul avec une collègue, sous peine d’en être accusé d’agression sexuelle, ou de viol. La gente masculine devient victime de la libération de la parole féminine. Ainsi naît l’hashtag #NotAllMen, qui rappelle aux femmes que tous les hommes ne sont pas des violeurs en puissance.

Les fausses accusations existent bel et bien, mais il est intéressant de constater que ce phénomène qui reste rare, soit placé au cœur du débat, contribuant par la même occasion à décrédibiliser la parole féminine[2]. Rappelons, que seulement 10% des victimes d’agressions sexuelles ou de viol portent plainte, que les chefs d’accusations sont régulièrement requalifiés : d’un viol, on passe à une agression sexuelle, ou une atteinte sexuelle. Et pour finir 70% des plaintes pour viol déposées sont classées sans suite, et nous ne parlons pas des délais de prescription qui empêchent certaines femmes de poursuivre leur violeur après un délai de 10 ans en France.

Le 9 janvier dernier, une centaine de femmes livrent une tribune au Monde, intitulée « Nous défendons la liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle ». Parmi les rédactrices, l’écrivaine Catherine Millet, la psychologue et psychanalyste Sarah Chiche, parmi les signataires, l’actrice Catherine Deneuve ou encore l’actrice et chanteuse Ingrid Caven … Ce texte attaque le mouvement #metoo, en dénonçant un féminisme puritain et castrateur, « une haine des hommes et de la sexualité », qui ferait de gestes et de mots appartenant au registre de la séduction, une agression sexuelle ou sexiste. Elles tiennent à ce que les hommes puissent continuer à avoir la « liberté d’importuner » les femmes : c’est-à-dire continuer à « touch[er] un genou, tent[er]  de voler un baiser, parl[er]  de choses « intimes » lors d’un dîner professionnel ou d’(…)envoy[er]  des messages à connotation sexuelle à une femme chez qui l’attirance n’était pas réciproque ». Elles considèrent que la mobilisation des femmes sur les réseaux sociaux a contribué à les réduire à leur corps, et à leur rôle de proie, alors que les hommes seraient réduits à celui de prédateur. Quelques lignes plus loin, elles se « disent [pourtant] suffisamment averties pour admettre que la pulsion sexuelle est par nature offensive et sauvage », et associent tout au long de leur texte la séduction masculine à cette notion d’offensive, et la sexualité féminine à la passivité : « jouir d’être l’objet sexuel d’un homme ».

Or c’est ignorer grassement les résultats que la recherche en sciences sociales nous a livré depuis les années 1960. En effet, les travaux d’historiens, d’anthropologues et de sociologues montrent que l’idée d’une sexualité humaine régie par ce qui serait « une loi de la nature » impulsive par essence est à remettre en question. Comme nous le dit Michel Bozon, dans sa Sociologie de la Sexualité, « contrairement aux espèces animales, les humains ne savent plus se comporter sexuellement par instinct »[3]. La sexualité est donc une construction culturelle, déterminée par l’expérience, l’éducation, les relations sociales[4]. C’est aussi ignorer la complexité de la sexualité masculine qui n’est pas que violence, domination, volonté de soumettre, ni misère sexuelle. Continuer la lecture de La liberté d’importuner. Petit retour historique sur la portée politique de la confusion entre séduction et violence sexuelle.

Journée doctorale « Le Genre en Histoire » (3e édition) – Appel à communication : Genre, sphère privée et sphère publique

Née de la volonté de créer un espace de rencontre et d’échanges pour les doctorant.e.s qui intègrent le genre dans leur travail de recherche, la journée d’études “Le Genre en Histoire” arrive cette année à sa troisième édition. Ce rendez-vous est organisé par le groupe Genre du CRH à l’EHESS et aura lieu le 28 mai 2019.

La thématique proposée, “sphère privée et sphère publique”, invite à réinterroger, au sein de différentes périodes et aires culturelles, les oppositions traditionnelles entre le foyer domestique et l’espace public du point de vue du genre. Les phénomènes de politisation du privé, la place des émotions et des croyances dans la sphère publique ou encore les interférences entre l’éducation familiale et les choix professionnels ou politiques incitent à étudier les dynamiques complexes entre deux espaces trop simplement opposés. En quoi le genre a-t-il un rôle dans ces reconfigurations ? Quelles sont les interactions entre les normes de ces deux dimensions et la construction des différences de genre ?

Modalités de soumission et calendrier

La journée est ouverte, en priorité, aux doctorant.e.s en Histoire du CRH. Cependant, nous souhaitons étendre cette journée aux doctorant.e.s des autres UMR de l’EHESS et d’autres universités, qui pourront participer en fonction des places disponibles. Toutes les périodes, aires culturelles et thématiques sont les bienvenues.

Pour animer le débat et permettre au/à la doctorant.e d’avoir un regard extérieur sur son travail, chaque intervention, de 30mins maximum, sera suivie d’un temps de discussion avec un.e chercheur.euse confirmé.e convié.e par les organisatrices, puis avec la salle.

Les propositions de communication d’un maximum de 2 000 signes (espaces compris), accompagnées d’une courte biographie devront être envoyées à suzanne.rochefort@ehess.fr et sofia.zuccoli@u-pec.fr au plus tard le 28 février 2019.

Informations pratiques

La journée d’étude se tiendra le 28 mai 2019 à l’EHESS, au 96 boulevard Raspail, salle Lombard.

Critiquer les discours masculinistes et racistes. L’exemple de Julien Rochedy : Une masculinité « bienveillante », pour un masculinisme aseptisé

Il y a quelques semaines, j’ai reçu un mail de la part d’une responsable de l’émission « Open Mic », sur la chaîne Russia Today, pour m’inviter à un épisode consacré au sujet suivant : « Les hommes sont-ils fâchés avec le féminisme ? ». Je devais débattre avec Julien Rochedy, ancien président des jeunes du FN, qui a monté une entreprise de « formation », expliquant aux hommes comment « être et rester des hommes », pour défendre leurs privilèges face aux « vilaines féministes ». Évidemment ces formations sont payantes… J’ai hésité, sceptique face au titre de l’émission, ayant peur de ne pouvoir vraiment argumenter face à quelqu’un qui avait l’habitude d’avancer des discours idéologiques simples et donc efficaces. Puis je me suis dit que le mieux était de se préparer à répondre. J’avais visionné ses vidéos, fait des recherches pour lui opposer des arguments construits… et la veille du débat, je reçois un mail de RT France m’annonçant que, pour des « raisons budgétaires et logistiques », je n’étais plus invitée. J’ai tout de même regardé le débat. Il s’agissait clairement d’une tribune pour Julien Rochedy qui a pu exposer son idéologie misogyne et raciste. Je voulais donc reprendre ses arguments lors de ce débat, car si je n’ai pas pu m’exprimer en direct, je tiens à le faire pour remettre en question un discours qui mérite d’être contredit et analysé.

I) Agiter des figures masculines négatives : entre refus du sexisme ordinaire et racisme.

Julien Rochedy ne se définit pas comme un masculiniste, parce que, selon lui, il ne prône pas la violence envers les femmes, ce qui serait le cas de ces derniers. Il présenterait un discours mesuré, promouvant la figure du chevalier du Moyen Age, « l’homme classique », qui serait une forme de masculinité complexe et bienveillante envers les femmes. Mais pour la définir en négatif, il mobilise également des figures masculines dépréciées qui caricaturent la réalité.

1) l’agresseur blanc éduqué et puissant, un cas pathologique et exceptionnel

Lorsque la réalité n’entre pas dans son schéma préétabli, Julien Rochedy n’hésite pas à la tordre, comme lorsqu’il évoque, pendant le débat, le cas d’Harvey Weinstein. Le producteur américain est l’exemple typique des hommes qui incarnent la réussite matérielle, professionnelle, des exemples d’hommes d’affaires que l’on retrouve dans la formation qu’il propose. Mais le cas Weinstein le gêne car il a violé et agressé des femmes. Selon lui, il n’est donc « pas un homme ». Il l’efface, le supprime de la gent masculine, refusant d’admettre que ces actes puissent être nombreux dans la sphère professionnelle et commis par des supérieurs hiérarchiques éduqués, profitant d’une situation de pouvoir, qui leur permet d’agresser des femmes, souvent en situation de précarité ou d’isolement1.Pour ce qui est des violences faites aux femmes, dans 91% des cas, ces agressions ont été perpétrées par une personne connue de la victime. Dans 47 % des cas, c’est le conjoint ou l’ex-conjoint qui est l’auteur des faits2. Il ne s’agit donc pas d’un malade croisé dans la rue, d’un manque de chance. C’est un problème structurel et systémique où des hommes que nous connaissons et côtoyons peuvent être des agresseurs. En faisant de ces violences une exception, M. Rochedy nie l’existence de comportements répandus qui présument de la disponibilité des femmes sur des signes, des sous-entendus, une tenue vestimentaire, pour imposer une relation ou des gestes à caractère sexuel. Autant d’attitudes autorisées par une interprétation vague du consentement des femmes, s’appuyant sur des formes subtiles de contraintes et de chantages. Ces comportements découlent de normes sociales qui ne sont pas questionnées par les individus des deux sexes et semblent normales. Elles mettent les femmes dans une position de soumission face aux désirs masculins3. Les hommes deviennent ainsi les seuls acteurs de la séduction, voire de la sexualité.

2) La menace fantasmée de « l’homme des banlieues musulman »

Plutôt que de reconnaître cette réalité complexe, Rochedy préfère s’offusquer uniquement des comportements misogynes qu’il peut stigmatiser chez « l’autre ». En effet dans l’émission, il affirme que le stéréotype du « macho » est peu répandu, que c’est une caricature, une minorité et « qu’àpart dans l’islamisme les hommes ne sont pas comme ça! ». Selon lui, la misogynie, les agressions et les violences faites aux femmes, seraient uniquement le fait d’hommes des « banlieues », particulièrement des musulmans. Il donne dans son « entretien de rentrée4 » des exemples de masculinités excessives et brutales tels que les rappeurs Kaaris et Booba, qu’il qualifie d’hommes « barbares ». S’impose ici une vision raciste, opposant l’homme blanc aux hommes musulmans et racisés. Ce classement en catégorie prend ses racines dans une longue histoire de la colonisation, où la conquête des terres et l’exploitation des êtres humains ont été justifiées par un discours sur la mission civilisatrice de l’Occident, découlant d’une supposée supériorité morale de l’homme blanc, face aux populations colonisées.

La colonisation permet aux Européens de construire une image valorisante d’eux-mêmes, en opposition aux stéréotypes négatifs associés aux colonisés, comme le rappel Edward Saïd dans son ouvrage l’Orientalisme5. Les hommes de couleurs sont alors considérés, comme des efféminés, ayant perdu leur virilité face à l’homme blanc conquérant, ou comme des hommes brutaux, possédant une sexualité exacerbée et dangereuse pour les femmes6. L’homme occidental apparaît ainsi comme le seul capable de traiter correctement les femmes, niant par là des formes de misogynie qui lui sont propres. On retrouve ce stéréotype dans les propos de Boussanelle, capitaine de cavalerie dans les armées françaises durant la seconde moitié du 18e siècle. Il évoque la condition des femmes « en Asie » et en « Orient » sous les « lois de Mahomet » :

« Les femmes […] dans l’esclavage honteux du serail ; on les verra pour lors arracher les Couronnes, briser les sceptres, monter sur les Trônes, & n’en descendre que pour y placer, ou de plus grandes femmes, ou des hommes vertueux7 ».

Par ailleurs, il se peint en parfait gentilhomme pourvu de toutes les vertus dans un traité à la gloire des femmes de bonnes conditions. Cependant, ces dernières doivent être chastes, modestes et discrètes. Mais surtout, le désir sexuel les dénature, bien plus que les hommes qui y ont légitimement accès :

« S’il s’en trouve [des femmes] […] qui ne veuillent dans leurs liaisons que le ravissement des sens, ce ne sont plus des femmes, ce n’est plus ce sexe pieux, dévot & chaste, […] c’est une portion méprisable à retrancher d’elles, indigne d’elles bien plus que de nous ; ce n’est plus de l’amour, c’est corruption de l’ame & des sens8 »

Boussanelle enferme les femmes dans des conduites qui limitent leur liberté, mais comme il s’agit de normes bien acceptées au sein des élites françaises, elles ne lui apparaissent pas injustes. Sans aucun recul, Julien Rochedy réactive cet imaginaire dépréciatif autour des hommes racisés, vieux de plusieurs siècles et qui idéalise l’homme blanc comme un parangon de civilité.

Surtout, en agitant en permanence la menace que représenteraient, selon lui, ces hommes musulmans, Julien Rochedy affirme que l’homme occidental est sur le déclin et doit développer sa force, ne pas renoncer à la violence, à la compétition, pour protéger « ses femmes » dans un monde sans pitié et une guerre de civilisation9 . En effet, durant l’émission, il prétend que son opinion a gagné partout sauf dans « le centre ville de Paris ». Pour lui, les féministes et les hommes de gauche qui critiquent l’idéal viril peuvent se permettre de réfléchir en « vase clos » parce que de « gros flics virils » les protègent. Il continue en opposant la France et les pays musulmans, Paris et les Banlieues, où de plus en plus d’hommes préfèrent une masculinité violente plutôt que « le gentilhomme du 17e siècle ». Il affirme que « tout serait fini en deux semaines » si des hommes virils ne protégeaient pas la population. Ce discours est celui d’une « crise de la masculinité », qui, comme le rappelle Francis Dupuis-Déri10, est une rhétorique de refus de l’égalité des sexes, faisant croire que les hommes s’affaiblissent ou sont persécutés, alors que les faits démontrent le contraire. Ce discours est régulièrement mobilisé dans l’histoire, notamment lorsque les femmes réclament leurs droits et l’égalité, en permettant de maintenir les privilèges masculins et ici ceux des hommes blancs en particulier.

Pourtant cette vision d’un danger « musulman » et d’une crise de la place de l’homme blanc occidental dans le monde est erronée. Raewyn Connell, sociologue à l’université de Sydney est une des premières à travailler sur les questions de masculinité. Elle explique que le statut viril, parce qu’il est un idéal, est fragile et exigeant. Ainsi tous les hommes ne parviennent pas à l’incarner et il s’instaure une hiérarchie forte entre les individus masculins. Il existe donc une masculinité hégémonique, celle qui donne le plus de pouvoir et de privilèges, garantit la subordination des femmes et domine d’autres masculinités qui peuvent être complices, marginalisées ou subordonnées. Ces masculinités interagissent les unes avec les autres, ce qui fait évoluer leur contenu en fonction des contextes, car elles ne sont pas universelles et immuables. Dans notre société capitaliste, la masculinité hégémonique est incarnée par des hommes qui possèdent un pouvoir économique tels que les cadres supérieurs des entreprises, les grands patrons, plus généralement, ceux qui possèdent un pouvoir financier et/ou politique important et ont accès à des moyens de coercitions (les hommes politiques par exemple)11. Ainsi l’autorité de ces hommes ne s’impose plus par le recours à la force et la violence physique mais par l’argent, la réussite, le savoir, l’ascension professionnelle et le recours à des institutions autoritaires et légales.

Les masculinités marginalisées en revanche caractérisent les hommes dominés dans un rapport de classe ou de race, les hommes des milieux populaires et / ou non blancs. En effet, les hommes racisés et les musulmans, sont loin de posséder un pouvoir hégémonique au sein de nos sociétés, car elles sont parcourues par des formes de racisme structurel. Ils sont peu représentés dans les instances dirigeantes des entreprises ou des institutions politiques et médiatiques. Ils connaissent souvent des situations économiques plus précaires, le chômage, les discriminations à l’emploi, au logement12. Leur réputation de violence et d’agressivité, en plus de perpétuer des généralités abusives et de les exposer à des violences policières jamais dénoncées, les disqualifie dans les milieux privilégiés, où les hommes arborent une masculinité faite de contrôle de soi. Ils ne représentent donc pas une réelle menace contrairement à ce qu’affirme le discours anxiogène de Julien Rochedy.

Mais ce n’est pas uniquement ses fantasmes islamophobes qui posent problème, c’est également sa définition de l’homme classique, de la virilité idéale qui sous ses airs inoffensifs et bienveillants, participe au maintien de la subordination des femmes, comme le revendiquent bon nombre de masculinistes.

II) L’homme classique de Julien Rochedy, une figure complexe ?

1) Galanterie et domination masculine bienveillante

Lors de l’émission, quand Julien Rochedy évoque son idéal masculin, il le définit en ces termes : la masculinité « classique et traditionnelle » ce n’est pas violer ou harceler. Il dit avoir été élevé « comme un homme par [son] père » en respectant les femmes, en ne les touchant pas sans leur consentement, en respectant « sa sœur et sa mère » dans « un esprit latin ». Il dit également dans ses vidéos qu’il aime les femmes et la féminité … Il sait les traiter correctement. Cette posture est l’héritière des principes de la galanterie qui, aux 17e et 18e siècles, se constitue comme une valeur propre à l’honnête homme français face à ses homologues européens. Pour les Anglais, au contraire, ce modèle français est moqué et considéré comme efféminé. Cet idéal de l’honnête homme est défendu dans les salons qui accueillent une société mixte. Pourtant hommes et femmes n’y sont pas égaux, si les femmes peuvent confirmer les carrières des intellectuels et des scientifiques qui présentent leur travaux, flatter leurs hôtes et être au cœur de l’organisation, ce ne sont pas elles que l’on écoute, elles ne bénéficient pas d’une autorité savante. Pourtant certaines femmes ont de véritables compétences scientifiques et littéraires, comme Emilie du Châtelet qui traduit les découvertes de Newton et les rend accessibles au public français13.

La galanterie est en fait une manière paternaliste de maintenir les femmes à une place subordonnée intellectuellement, politiquement ou économiquement tout en les hissant sur un piédestal, pour compenser leur manque d’autonomie. On paye l’addition pour exercer son pouvoir économique parce que les femmes doivent dépendre financièrement des hommes par exemple14. La galanterie est la face bienveillante de la misogynie qui récompense les femmes adoptant un rôle de soumission face aux hommes, alors que le machisme punit les femmes qui cherchent à se libérer de ces normes. Julien Rochedy s’inscrit dans ce schéma lorsqu’il dit aimer et respecter sa mère, sa sœur et les femmes qui sont « féminines », alors qu’il méprise les féministes, qu’il traite de « malades mentales », tout comme il qualifie de « flaques » les hommes qui souhaitent soutenir ces dernières. Il n’hésite pas à utiliser des expressions insultantes, les classant dans une catégorie pathologique, plutôt que d’avancer des arguments contre eux.

Quelles sont alors les « bonnes » relations que doivent entretenir les hommes et les femmes selon Julien Rochedy ? Il précise que les hommes ont comme devoir de protéger physiquement les femmes. Il n’envisage à aucun moment qu’elles puissent se défendre seules, selon lui, elles dépendent bien évidemment d’un homme. Les individus masculins doivent donc s’améliorer sans cesse, gagner la compétition sociale pour « ne pas oppresser les femmes mais les impressionner15 ». Elles sont ainsi cantonnées au rôle de spectatrices de la masculinité triomphante et ne doivent surtout pas intimider les hommes ou réussir mieux qu’eux, sauf dans un domaine qui serait spécifiquement féminin. Passives, leur consentement a finalement peu d’importance, tant que les actions des hommes parviennent à les faire céder.

2) Les relations femme-homme et le mythe de la complémentarité heureuse

Pour dissimuler ces rapports de force que les hommes exercent sur les femmes, Julien Rochedy mobilise le mythe de la complémentarité entre hommes et femmes qui permettrait une harmonie heureuse entre les sexes. Lors de cette émission, il affirme que si les hommes ont des métiers mieux rémunérés, des postes à plus haute responsabilité et s’ils sont plus intéressés par la compétition et l’acquisition des ressources, alors que les femmes sont plutôt tournées vers les métiers de soin, vers l’entretien de la famille, cela n’est pas un mal. Cette répartition découlerait, selon lui, de la différence biologique entre les sexes et serait donc normale. On retrouve souvent cet argument pour justifier que les différences ne posent pas problème et garantiraient même une forme d’entente bénéfique. En réalité cette vision binaire des rôles hommes /femmes établit une hiérarchie entre les sexes qui empêche l’égalité. En effet, si d’un côté les hommes gagnent plus d’argent, ont plus d’autorité, adoptent un comportement de compétiteur et que, d’un autre côté, les femmes sont douces, s’oublient pour les autres et gagnent moins d’argent, il s’instaure une relation de pouvoir où les hommes s’imposent, sont plus libres et autonomes que les femmes, qui se maintiennent dans des formes de subordination. Leur émancipation réelle est impossible. On fait ainsi croire aux femmes que jouir de la protection d’un homme est une facilité, un privilège, sans leur montrer que cela limite leur liberté et leurs choix de vie.

Cette répartition genrée des tâches s’impose notamment pendant la Révolution française. Les citoyens se représentent comme des frères égaux, ce sont des hommes libres et émancipés parce qu’ils obéissent à des lois qu’ils ont défini pour eux mêmes en participant à la vie politique du pays ( c’est la souveraineté du peuple). Au contraire, ceux qui vivent dans les monarchies d’Europe et qui sont soumis aux lois des « tyrans » sont des « esclaves ». Or les citoyennes françaises sont précisément dans ce dernier cas de figure, puisqu’elles ne disposent pas du droit de vote et sont donc soumises aux décisions des seuls citoyen mâles. Pour atténuer ce statut inique, les Révolutionnaires valorisent, lors des fêtes révolutionnaires notamment, le devoir maternel et éducatif de la mère révolutionnaire. Leur rôle est d’élever les futurs citoyens dans l’amour de la patrie et de la liberté, sans en bénéficier pour elles mêmes. La figure des sœurs qui seraient à égalité avec les frères révolutionnaires est absente16.

Enfin, Julien Rochedy prétend que les statuts professionnels des hommes sont plus hétérogènes que ceux des femmes. Si les hommes se retrouvent majoritairement dans des métiers à hauts revenus, ils occuperaient aussi les métiers les moins qualifiés … On se demande d’où il sort cette affirmation. Il semble surtout oublier que statistiquement les travailleurs les plus précaires sont des travailleuses, notamment des femmes immigrées. Techniciennes de surface, auxiliaires de vie, aides soignantes, assistantes maternelles… Ces métiers « féminins » dédiés au soin des autres, s’ils sont essentiels pour la cohésion de notre société, sont souvent très mal rémunérés et manquent de prestige social. Très pénibles physiquement, Ils vont aussi à l’encontre de l’image des métiers féminins qui ne nécessiteraient pas de force physique. De plus, Ces trajectoires professionnelles, sont interrompues par des périodes de chômage, des congés maternité, des temps partiels imposés, qui se répercutent sur les droits à la retraite des femmes17. C’est justement parce que Rochedy nie toutes ces inégalités et cette hiérarchie entre les hommes et les femmes qu’il ne comprend pas les féministes, les caricature et en fait les responsables d’une soit disant « guerre des sexes ».

III. Ancrer son discours dans une vérité en apparence incontestable.

1) L’ennemi post féministe et la « théorie du genre » ou celles qui détestent les hommes et les femmes

Pour qualifier le féminisme actuel, il mobilise l’expression de « post-féminisme » qui, selon lui, « s’accapare les bienfaits du 1er féminisme pour les droits des femmes ». Il est conscient qu’il ne peut pas explicitement s’opposer à l’égalité entre les hommes et les femmes, puisque cette opinion choquerait. Alors il défend un certain type de féminisme, celui qui a permis l’acquisition des mêmes droits dans le domaine législatif. Il caricature, en revanche, le féminisme actuel pour le discréditer en déclarant que le « post-féminisme » n’est « pas lié à l’amour des femmes mais à la haine des femmes et la haine des hommes ». Les post-féministes « ne veulent pas aider les gens mais les attaquer ». Il conclut que le post-féminisme n’est pas du féminisme. Cette vision dépréciative d’un féminisme agressif et émasculateur est très répandue et repose sur une idée fausse, celle de l’égalité « qui serait déjà là ». Dans ces conditions les féministes voudraient à présent prendre le pouvoir sur les hommes. Julien Rochedy l’affirme lui même dans sa vidéo de rentrée et dès le début de l’émission, il entame une tirade agressive contre Fiona Schmidt sa contradictrice. Il lui demande ironiquement si elle pense vraiment que les femmes sont encore « oppressées comme au Moyen Âge ».

Seulement, si l’égalité inscrite dans la loi est un acquis de nos sociétés, il reste encore à l’appliquer concrètement dans la réalité. En effet, des rapports de pouvoir inégaux entre hommes et femmes perdurent dans la pratique. La difficulté, pour les féministes contemporaines, est de les mettre en évidence car, comme la misogynie bienveillante de Julien Rochedy, ils se dissimulent derrière des comportements, une éducation, des stéréotypes, vis à vis desquels nous avons peu de recul. Ces rapports de pouvoir ont également une histoire, peu connue du grand public, mais étudiée depuis plusieurs décennies par des historien.ne.s. Ils se renforcent notamment au moment de la création des sociétés démocratiques et donc de la Révolution française, pour le cas de la France.

Prenons l’exemple de la déclaration des droits de l’homme de 1789. Le terme « Homme » est censé désigner tous les êtres humains dans une logique universaliste et égalitaire. Dans cette déclaration, il est question des droits politiques du citoyen, or les femmes sont privées du droit de vote et sont des citoyennes passives. Elles sont exclues, de fait, de cette déclaration. Contrairement à ses objectifs affichés, ces droits ne sont pas « humains » mais « masculins ». Dès 1791 Olympe de Gouges, écrivaine et intellectuelle engagée, rédige la Déclaration des Droits de la femme et de la citoyenne, en déclinant les droits de l’homme au féminin. Il ne s’agit pas de dire que les femmes ont des droits différents, mais de souligner toute l’ambiguïté d’un universalisme qui ne s’appliquerait qu’à la moitié de l’humanité. Elle préfère mettre plutôt l’accent sur ce qu’hommes et femmes ont en commun et rappelle qu’en tant que membres du corps social, les citoyennes payent des impôts, sont soumises aux mêmes lois et aux mêmes châtiments que les hommes, elles devraient donc être électrices et éligibles. Théroigne de Méricourt, Sophie Condorcet, Pauline Léon ont aussi réclamé une éducation, le droit de vote et le droit de s’engager dans les armées, pour les femmes. Elles ont été moquées, chassées, exécutées ou enfermées dans des asiles18. En 1793, une loi est également votée pour chasser les femmes de l’institution militaire, une autre pour fermer les clubs politiques féminins.

La vie publique et politique devient alors un domaine exclusivement masculin, tout en entretenant une rhétorique universaliste, en contradiction avec la réalité. Les femmes sont renvoyées au domaine privé, placées sous l’autorité d’un père ou d’un mari, selon le code civil de 1804.  Ainsi, l’universalité, la norme, ne se confond pas, dans la pratique, avec l’être humain mais avec l’individu masculin, comme le souligne Michèle Riot Sarcey19. Aujourd’hui, légalement, les femmes ont les même droits, mais pendant 150 ans les cercles politiques, artistiques, scientifiques, économiques ont été construits pour et par les hommes, autour de normes qu’ils ont été éduqués à incarner et qui perdurent aujourd’hui en étant identifiées aux valeurs du capitalisme. Les femmes entrent alors par effraction dans ces environnements où les sociabilités masculines ont poussé les hommes à n’interagir qu’entre eux. Le simple fait qu’elles puissent tomber enceinte les condamne à être jugées comme moins efficaces face à des hommes et constitue un désavantage dans un contexte professionnel où le congé paternité est presque inexistant.

Plus largement, les hommes blancs, parce qu’ils incarnent la norme, ne sont pas invités à réfléchir à leur place dans la société et ne voient pas leurs propres privilèges. N’expérimentant pas les discriminations liées à leur genre, à leur couleur de peau, ils croient au « mythe de l’égalité » qui affirme que nous avons les mêmes chances et qu’il suffit d’efforts individuels pour se faire une place20. Ils n’ont pas le sentiment de dominer. Ainsi, lorsque les féministes déconstruisent ces certitudes, ils ont l’impression qu’elles attaquent leurs droits, ils se sentent accusés d’être simplement des hommes, ce qu’ils n’ont pas choisi.

En fait, les féministes ne luttent pas contre les hommes mais contre des stéréotypes et un système symbolique qui enferment les individus dans des rôles féminins et masculins, à l’origine d’une hiérarchie (féminin = soumission/ masculin = émancipation). Nous sommes tous, hommes comme femmes, imprégnés de ces stéréotypes nous y éduquons nos enfants, nous les reproduisons dans nos gestes quotidiens. Les féministes veulent pousser les individus à prendre conscience de ce système pour faire évoluer cette situation. Comment contourner ces blocages ? Eric Fassin, sociologue à Paris VIII, spécialiste des questions de genre et de race, explique qu’il n’est pas question de faire culpabiliser les hommes sur ce qu’ils sont. La culpabilité est stérile, elle est morale et individuelle. L’enjeu est plutôt de prendre conscience des injonctions qui nous construisent et d’opter pour une attitude responsable face à la collectivité, en refusant de les reproduire, en se corrigeant progressivement tout au long de sa vie, pour supprimer les inégalités21.

De plus, cet aveuglement concernant l’exclusion politique des femmes dans notre histoire récente entraîne souvent une autre critique, celle qui postule que les féministes rompent l’indivisibilité et l’unité de notre société, pour entretenir une sorte de communautarisme. C’est ce que veut signifier Julien Rochedy lorsqu’il s’emporte dans l’émission sur l’égoïsme et l’individualisme du féminisme qui prétendrait que l’être humain peut « s’autoconstruire » sans respecter « son devoir » et en ne pensant qu’à « [son] nombril et [son] trou de balle »… Là encore, il s’agit d’une caricature. Les féministes ont compris que la norme de nos sociétés n’était pas neutre mais masculine, plaçant les femmes du côté de l’altérité et les exposant à des discriminations. C’est pour cela qu’elles veulent rappeler leur existence et leurs spécificités, afin de refonder un universalisme qui les inclus réellement, en tant qu’êtres humains. c’est pour cela que Fiona Schmidt définit le féminisme comme un humanisme. C’est en fait Julien Rochedy qui prône une société divisée, où l’on devrait se contraindre à adopter les normes rigides d’un groupe dominant, en excluant tous ceux qui ne s’y plient pas, c’est à dire ceux qui ne sont pas des hommes blancs, hétérosexuels, parfaitement intégrés dans une économie capitaliste. Il ne souhaite pas que cette réalité change parce qu’elle correspond à ses valeurs et maintient ses privilèges.

En effet, Julien Rochedy, qui est un conservateur, pense qu’il faut respecter la tradition. Il voit les évolutions proposées par les féministes comme un chaos. Il affirme qu’elles veulent « détruire les schémas qui nous construisent. ». Le premier ennemi qui remet en question ses évidences naturalistes est « la théorie du genre » contre laquelle, il s’emporte en ordonnant d’ « arrêtez avec la théorie du genre putain ! ».

Mais de quoi parle-t-il ? Tout d’abord, il ne s’agit pas d’une théorie, ce terme est employé à dessein pour faire croire que les recherches sur ces questions sont fumeuses, fragiles, tout comme les créationnistes parlent de « théorie de l’évolution » pour remettre en cause les découvertes de Darwin qui déstabilisent leurs croyances. Le genre ne nie pas l’existence de différences biologiques entre les sexes. Il s’agit d’un outil d’analyse utilisé par les chercheurs pour comprendre comment ces différences ont été interprétées, comprises, associées à des valeurs morales et des symboles par les sociétés humaines, afin d’assigner des rôles sociaux aux hommes et aux femmes. Pourquoi et comment il découle de ces différences biologiques des rapports de pouvoir entre les sexes22 ? Ces recherches existent en France depuis près de 30 ans. Elles ont les mêmes exigences de preuve, la même méthodologie que celles portant sur d’autres thématiques, en se fondant sur des observations précises de la réalité. Elles sont évaluées par des pairs, sanctionnées par des diplômes et diffusées par des enseignements, comme toute recherche scientifique.

Mais Julien Rochedy leur dénie ce statut scientifique. Les attaques qui sont lancées contre Christine Delphy dans cette émission en sont un exemple. Il la décrit comme une « féministe révolutionnaire subventionnée par l’État depuis 40 ans ». Il donne ainsi l’impression que l’État paye des militantes féministes pour valoriser leurs opinions. En réalité, Christine Delphy est sociologue qui travaille sur les questions de genre et sur le féminisme. Par ses études à la Sorbonne, à Chicago et à Berkley, elle a été formée dans sa discipline. Elle effectue sa thèse à l’université de Montréal, puis obtient en 1970 un poste de chercheuse au CNRS, selon un processus de sélection auquel sont soumis tous les candidats. Elle est rémunérée en tant que fonctionnaire, comme ses collègues qui travaillent sur des sujets différents. Les chercheurs sont libres de leurs thématiques d’étude, c’est une condition nécessaire pour l’indépendance intellectuelle de leurs recherches. Cependant, Julien Rochedy, comme certains groupes de pression catholiques, ne veut pas voir ces études de genre se développer. Ils dénoncent une idéologie néfaste, alors que ce sont eux qui ne supportent pas que des recherches plus objectives contredisent leurs valeurs et leur vision du monde. Julien Rochedy accuse également Christine Delphy de soutenir Tariq Ramadan et l’Islam. Là encore, il déforme la réalité. Elle ne soutient ni Tariq Ramadan, ni l’Islam mais critique la manière dont sont traitées les femmes voilées en France, ce qui est bien différent. Elle met en garde contre les formes d’islamophobie que rencontrent spécifiquement ces femmes, en plus du sexisme. Elles sont souvent privées de leur liberté (d’aller à l’école, à la plage…), exclues de l’espace public, par des mesures ou des lois d’exception qui prétendent participer à leur émancipation, sans jamais les consulter. Certains hommes ou groupes politiques les instrumentalisent pour stigmatiser l’Islam et les hommes musulmans et se révèlent intéressés par la féminisme uniquement dans ces cas précis. C’est exactement ce que fait Julien Rochedy en prétendant que seuls les musulmans sont responsables de la misogynie.

2) Mobiliser les arguments biologisants pour renforcer un ordre social Immuable entre hommes et femmes

Julien Rochedy affirme également au début de l’émission que les clés de la réussite masculine résident dans « des archétypes qui ont des milliers d’années, et qui se ressemblent beaucoup à travers les siècles » parce qu’ils seraient « liés à notre biologie, à ce que nous sommes ». La masculinité et la féminité seraient donc des caractéristiques immuables, découlant directement de nos corps et de la « nature ».

Or lorsque l’on étudie les évolutions de la masculinité sur plusieurs siècles, on constate d’importants changements. Rochedy cite plusieurs fois l’exemple du gentilhomme du 17ème siècle, qu’il prétend réactualiser. Mais sait-il que l’activité physique conseillée aux jeunes hommes nobles était l’ancêtre de notre danse classique, qui est aujourd’hui considérée comme un sport de fille ? Elle doit donner au corps masculin la grâce, l’agilité et la prestance, qui permettent à l’homme noble pleinement viril de marquer sa supériorité face à l’homme du peuple, courbé dans les travaux des champs, pourvu d’un corps rude et imparfait23. Cette virilité nobiliaire s’incarne corporellement dans le mollet tendu, mis en valeur dans des bas de soie et des chaussures à talons, comme dans le portrait en majesté de Louis XIV peint par Hyacinthe Rigaud24. De même les courtisans rivalisent d’élégance dans leur costumes, portant les tissus les plus précieux, les dentelles les plus fines, y compris les grands généraux de l’armée qui combattent poudrés et emperruqués25. La mode masculine évolue alors plus vite que la mode féminine. L’ornement du vêtement, comme le maquillage, ne sont pas incompatibles avec la virilité, parce qu’ils sont des marqueurs sociaux qui expriment la noblesse et non des marqueurs du genre comme aujourd’hui. Des lois somptuaires interdisent par exemple aux roturiers de porter certains tissus très chers pour qu’ils n’usurpent pas un statut qui n’est pas le leur26. Cette figure et ce corps virils définis avant tout par une appartenance sociale, commencent à être critiqués seulement à la fin du XVIIIe siècle puis surtout durant la Révolution française, où la parure devient le propre du féminin. Les nobles, qui ont perdu leur statut social dominant, sont alors soupçonnés de dégénérescence et d’effémination à cause du luxe de leur mode de vie27.

Julien Rochedy réécrit ainsi l’histoire en prétendant s’inspirer d’un modèle de gentilhomme du 17e siècle qu’il transforme à sa guise, en effaçant les réalités historiques complexes. Ce qui est paradoxal, c’est qu’il prétend utiliser l’histoire comme une preuve de la permanence de l’idéal masculin, tout en la déformant sans complexe, et en admettant « récupérer le meilleur du passé, en faire une meilleure optimisation », pour servir son propos. Cette manière d’instrumentaliser l’histoire comme un guide moral est bien loin du travail que font les historiens, qui entendent comprendre et analyser la réalité des sociétés passées dans toutes leurs nuances et non en tirer des leçons sur la manière dont devraient se comporter les êtres humains.

A la fin de l’émission, Julien Rochedy a la parole, il peut ainsi faire de la publicité pour son site, affirmant que la science a prouvé qu’il existe de grandes différences entre les hommes et les femmes. Qu’en est-il vraiment ?

Tout d’abord la médecine, la science et la biologie ont souvent été mobilisées pour justifier une certaine vision idéale des relations entre les sexes, en fonction des valeurs qui structuraient les sociétés. Depuis l’Antiquité, jusqu’à la seconde moitié du XVIIIe siècle, la théorie médicale des humeurs domine la compréhension du corps humain. Chaque individu posséderait à l’intérieur de lui quatre humeurs, c’est à dire des fluides aux propriétés différentes, qui déterminent son apparence physique et ses qualités morales. Deux humeurs donnent des caractères masculins, les deux autres des caractères féminins. Leurs proportions dans le corps des individus ne dépend pas des organes génitaux, mais de l’âge, de l’éducation, de l’origine sociale ou du mode de vie. Il existe donc toute une gradation de femmes et d’hommes plus ou moins masculins ou féminins, sans séparation stricte entre deux catégories. Ce modèle médical insiste surtout sur les similitudes entre les sexes. Dans la France du 17e siècle, ces théories s’imposent dans une société où le rang social a une importance bien plus grande que l’identité de genre pour définir la place d’un individu. En effet, les hommes et les femmes nobles considèrent qu’ils possèdent, par leur naissance et leur sang, les mêmes vertus, celles que les roturiers ne peuvent atteindre. Or, être viril, c’est justement posséder toutes les vertus  : le courage, le force, la patience, la sagesse, la générosité… 28. Une femme noble peut donc être virile, elle a aussi plus de privilèges et de dignité dans cette société qu’un homme roturier. Durant les guerres de religion ou la Fronde, certaines femmes nobles ont même pris les armes29. Elles peuvent être des guerrières, car c’est la fonction traditionnelle de la noblesse. Des modèles de femmes viriles sont ainsi valorisés, comme dans le dictionnaire de Furetière où, aux définitions de « viril » et « virilement », les premiers exemples donnés sont ceux des femmes romaines et de Judith, personnage biblique, qui effectuent des actions qualifiées de viriles30.

Mais à la Révolution française, alors que « tous les hommes naissent libres et égaux en droits», droits qui sont naturels et intrinsèques à tout être humain, il faut justifier l’exclusion des femmes. Les hommes révolutionnaires postulent alors une différence de nature entre hommes et femmes. Ils utilisent des théories scientifiques nouvelles qui affirment l’existence d’une différence incommensurable entre les sexes, comme s’ils n’appartenaient pas à la même espèce, comme des pommes et des oranges. Les femmes ne seraient pas composées des mêmes cellules, auraient des squelettes très différents de ceux hommes… La nature même des femmes ne leur permettrait donc pas d’intégrer la vie publique et politique, elles seraient uniquement destinées à enfanter31.

Les théories médicales et scientifiques servent donc à justifier un ordre, une organisation sociale et politique entre hommes et femmes. Surtout, le sexe biologique lui-même, qui semble immuable par définition, a une histoire. Comme le rappelle Ilana Löwy, une production scientifique qui permet la compréhension des corps est toujours entremêlée de considérations qui dépendent d’une époque donnée, d’un espace culturel32. La différence des sexes est alors un « phénomène biosocial33. », c’est à dire que le substrat biologique de l’être humain est toujours interprété, compris par des hommes eux mêmes influencés par des préjugés et des croyances qui conditionnent leurs expériences, leurs buts et le mode de fonctionnement de la science. Chaque chercheur.euse doit donc être conscient.e de ses biais d’observation, de sa propre subjectivité, pour prendre du recul sur ses méthodes. C’est ce que la philosophe Sandra Harding appelle « l’objectivité forte »34. Sur la question de la différence des sexes, certains biologistes s’y sont attelé.e.s par des travaux en histoire des sciences35. Clémentine Vignal, professeure en biologie à la Sorbonne, rappelle que les études faites pour déterminer le rôle de la testostérone et des hormones sur les corps et les comportements ou pour définir l’instinct maternel, ont des résultats peu concluants, leurs expériences sont pratiquées sur des espèces animales que l’on ne peut confondre avec l’être humain, dont le dimorphisme sexuel est très faible. Chercher des différences fondamentales entre hommes et femmes revient à oublier que ces différences existent uniquement pour permettre une reproduction sexuée et que nos corps sont très majoritairement similaires 36.

Mais Surtout les préjugés perdurent à cause de la manière dont la science est vulgarisée et idéalisée dans nos sociétés, nous portant à croire qu’il s’agirait d’une boite à vérités, qui définirait notre identité et nos comportements, là où les chercheurs ne formulent souvent que des hypothèses. Odile Fillod, qui s’est spécialisée dans la critique de la vulgarisation scientifique, montre, par exemple, comment une étude sur les différences supposées entre les cerveaux des hommes et des femmes est déformée dans les médias. Faite par une seule équipe de recherche, sur un échantillon d’individus biaisé et particulier, fondée sur des mesures obtenues avec une technique d’imagerie peu précise, cette étude ne présente que des hypothèses que les auteurs n’ont pas hésité à distordre et surinterpréter, pour faire parler d’eux. Mais de dépêches AFP en dépêches AFP, ces hypothèses deviennent des faits scientifiques avérés qui prouveraient que les hommes et les femmes n’ont pas le même cerveau37.

C’est exactement ainsi que Julien Rochedy perçoit et définit la science, qu’il utilise comme un instrument pour affirmer ses valeurs, tout en leur donnant un air d’évidence et de neutralité, sans doute en toute bonne foi.

Lors de l’émission, pour prouver ses dires, il évoque sa discipline favorite : la psychologie évolutionniste ou évopsy pour les intimes. La psychologie évolutionniste veut expliquer les traits psycho-comportementaux actuels des humains par l’existence de dispositions psychiques d’origine génétique, sélectionnées au cours de l’évolution, parce qu’elle présentaient un avantage reproductif. Elles seraient présentes chez une large majorité des individus. La sélection de ces prédispositions daterait de la préhistoire, d’environ 2,5 millions d’années à quelques milliers d’années avant notre ère38. Ces études ne font pas l’unanimité dans la communauté scientifique et pour cause, elles restent très spéculatives.

Tout d’abord il est impossible de savoir précisément quels étaient les comportements de nos lointains ancêtres. On ne peut pas étudier leur cerveau, nous ne disposons pas d’écrits qui nous expliqueraient comment s’organise leur société. Claudine Cohen explique que, au XIX ème siècle, lorsqu’une science sur la préhistoire se développe, on calque sur les sociétés préhistoriques l’organisation genrée de la société contemporaine. Aux hommes la vie politique, artistique et professionnelle, aux femmes le foyer. On en déduit que les hommes préhistoriques partaient à la chasse, peignaient les fresques et que les femmes prenaient soin des enfants et participaient à la cueillette, mais rien ne l’atteste véritablement39.

De plus, la psychologie évolutionniste compare les comportements liés à la reproduction sexuée des hommes et des primates, pour postuler des similitudes. L’hypergamie féminine, pousserait notamment les femmes, comme les femelles primates à se tourner vers des mâles plus puissants, plus forts et plus protecteurs. Cette situation mettrait les mâles en compétition pour l’accès aux femelles, les poussant à l’agressivité. Ils ne seraient pas monogames car ils devraient maximiser leurs chances de se reproduire en fécondant le plus de femelles possible. Pour Julien Rochedy, cette hypergamie féminine serait l’explication principale de l’organisation des relations entre hommes et femmes. Mais les études récentes en primatologie montrent que les comportements selon les espèces de singes sont très divers. Ainsi, si les chimpanzés correspondent à ce modèle des mâles agressifs en compétition, leurs proches cousins, les bonobos, ont une structure sociale dominée par des femelles paisibles et intéressées avant tout par l’échange de faveurs sexuelles sans sélection des mâles, qui ne sont alors pas mis en compétition. D’autres familles de singes vivent en groupes mâles / femelles séparés, d’autres sont mixtes…40 Le monde biologique est en fait tellement divers et complexe, que l’on peut prescrire aux humains des conduites opposées, selon les espèces avec lesquelles on choisit d’effectuer une comparaison. « La nature » peut ainsi appuyer n’importe quelle idéologie. Cela pose la question de la pertinence scientifique de ces comparaisons, qui nous amènent surtout à projeter sur la nature ce que nous souhaitons démontrer.

Enfin, la psychologie évolutionniste ne peut que proposer des scénarios explicatifs sur nos comportements, mais ne dispose d’aucun procédé empirique pour prouver que ces scénarios sont bien les causes uniques des comportements humains. Ils ne s’agit que d’hypothèses plus au moins plausibles. C’est là que réside l’imposture chez Julien Rochedy, qui présente ces hypothèses comme s’il s’agissait de faits scientifiques avérés. Mais surtout, même si l’on observe des différences de comportement entre hommes et femmes, comment savoir si elles sont causées par nos organes, notre génome ou l’évolution et non par une éducation, une socialisation genrée qui s’impose dès l’enfance et même pendant la vie embryonnaire ? La réponse ne peut être tranchée. En effet, l’être humain n’est jamais un individu entièrement défini par son substrat biologique, il est sans cesse pris dans des normes sociales, une interprétation de son propre corps et de son identité, qui sont forgés par ses expériences. Il est vain de chercher à dissocier l’innée et l’acquis, le naturel et le culturel, ils sont inextricables chez l’être humain. Thierry Hoquet, spécialiste de la philosophie des sciences, des Lumières et de la pensée de Darwin, explique qu’il faut accepter le doute, « un agnosticisme », sur cette question de la différence biologique des sexes41.

Les fausses évidences énumérées par Julien Rochedy se retrouvent souvent dans notre société qui juge, établit des frontières, des catégories pour simplifier l’intelligibilité du monde en transformant la réalité. Elles permettent de définir un ordre social où chacun serait à sa place, et sait comment se comporter, faisant oublier les rapports de pouvoir et les hiérarchies qui le constituent. Ce monde est rassurant, mais la réalité est désespérément plus complexe. Les sciences humaines, au contraire, veulent comprendre et analyser la réalité dans toutes ses nuances, sans jugement, en acceptant le doute et en posant des questions. Elles tendent à s’ouvrir sur le monde et ne se protègent pas derrières des idéologies simplistes. Elles les affrontent, du moins elles essayent.

Article par Laura BALZER doctorante à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne et à l’EHESS.

1https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/dossiers/egalite-professionnelle/lutte-contre-le-harcelement-sexuel-au-travail/les-chiffres-cles-du-harcelement-sexuel-au-travail/ : 1 femme sur 5 a été confrontée à une situation de harcèlement sexuel au cours de sa vie professionnelle, 35% des femmes actives victimes travaillent dans des environnements majoritairement composés d’hommes, 30% des femmes actives victimes se trouvaient dans une situation d’emploi précaire et Plus de 22% des femmes actives victimes étaient dans une situation financière difficile

2https://stop-violences-femmes.gouv.fr/les-chiffres-de-reference-sur-les.html le nombre de femmes âgées de 18 à 75 ans qui au au cours d’une année sont victimes de viols et de tentatives de viol est estimé à 94 000 femmes.

3GARCIA, M., On en naît pas soumise, on le devient, Paris, 2018.

4ROCHEDY, J., entretien de rentrée, Julien Rochedy sur major, la masculinité, les femmes, le féminisme etc…

5SAID, E., L’Orientalisme, l’Orient crée par l’Occident. Paris, Seuil, 1980.

6JOLY, V., « « Races guerrières » et masculinité en contexte colonial. Approche historiographique. »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 33 | 2011, 33 | 2011, 139-156.https://journals.openedition.org/clio/10054

7 BOUSSANELLE, Louis de, Essai sur les femmes, A Amsterdam et se trouve à Paris, Hochereau le jeune. 1765, pp. XXI et XXII.

8 Ibid., pp. 26-27.

9ROCHEDY Julien, Pourquoi « L’idéal viril » ? Critique du livre « Le mythe de la virilité » d’Olivia Gazalé, https://www.youtube.com/watch?v=DbzhH3fpdGo

10DUPUIS-DERI, « Le discours de la « crise de la masculinité » comme refus de l’égalité entre les sexes : histoire d’une rhétorique antiféministe », in Cahiers du Genre 2012/1 (n°52), pp. 119-143. https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2012-1-page-119.htm

11Raewyn Connell, Masculinités enjeux sociaux de l’hégémonie, dir, M. Haège et A. Vuattoux, Editions Amsterdam, Paris, 2014, pp. 73-80.

12Dominique MEURS, Ariane PAILHÉ, & Patrick SIMON, Mobilité intergénérationnelle et persistance des inégalités : l’accès à l’emploi des immigrés et de leurs descendants en France, Document de travail n°130, Paris : Institut national des études démographiques, 2005.

13VILLA, A., C., « Elite Masculinities in Eighteenth-century France », in FORTH, Christopher E. et TAITHE Bertrand (dir), French Masculinities: History, Culture and Politics – New York, 2007.

le rôle de l’honnête femme est plus passif au sein de la société et tourné vers des valeurs de chasteté et d’humilité.

14l’historienne Michelle Perrot sur France culture : https://www.youtube.com/watch?v=53PGENV2FgE

15ROCHEDY, J., entretien de rentrée,…op.cit.

16KOLLY, Bérengère, « Frères et sœurs politiques. La fraternité à l’épreuve des femmes, 1789 – 1793 », Genre & Histoire [En ligne], 3 | Automne 2008, mis en ligne le 14 décembre 2008.

GODINEAU, Dominique, « Le genre de a citoyenneté, ou quelle identité politique pour les femmes pendant la Révolution française ? » in BELLAVITIS Anna, ELDMAN Nicole, Genre, Femmes, Histoire en Europe, Nanterre, 2011.

17https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/wp-content/uploads/2014/03/Egalite_Femmes_Hommes_T2_bd.pdf Emploi et précarité Vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, chiffres-clés Edition 2014, chiffres du ministère des droits des femmes. « Le taux d’emploi des femmes immigrées (47,4 %) est très bas, et l’écart avec les hommes immigrés y est encore plus important (14,7 points). Le taux de chômage des femmes est supérieur à celui des hommes, notamment pour les 25-49 ans et parmi les femmes immigrées où il atteint 17,4 %. Les femmes constituent plus de 80 % des travailleurs à temps partiel » « Le taux de pauvreté des femmes de moins de 65 ans, en 2011, excède de 1,3 point celui des hommes. Cet écart se creuse pour les 18-29 ans (avec 21 % pour les femmes et 17,7 % pour les hommes) et pour les 75 ans et plus (12,5 % pour les femmes et 8,5 % pour les hommes). »

18CHAPERON, Sylvie, BARD Christine, Dictionnaire des féministes. France XVIIIe-XXIe siècle, PUF, Paris, 2017.

19RIOT-SARCEY, Michèle, « l’historiographie française et le concept de genre », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 47-4, octobre-décembre, 2000, p 805-814.

« L’universalité, singulièrement masculine, est devenue opinion commune, après qu’aient été balayées les objections des féministes qui ne donnaient pas le même sens aux mots. Et la réception de ces objections, le plus souvent tournées en ridicule, fut rendue impossible. Le point de vue de quelques-uns s’est transformé en donnée, en invariant utile au socle fondateur de l’idée de complémentarité entre les sexes. C’est ainsi que les historiens français ont préféré rendre compte des relations amoureuses plutôt que de s’intéresser aux relations conflictuelles, « contre-nature », entre les hommes et les femmes. » p 808.

20LÖWY, I., L’emprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité – Paris, 2006, P 231-234.

21Propos d’Eric Fassin extraits de deux podcasts des « couilles sur la tables » par Victoire Tuaillon : https://soundcloud.com/lescouilles-podcast/cours-particulier-avec-eric-fassin-22

https://soundcloud.com/lescouilles-podcast/cours-particulier-avec-eric-fassin-12

22BRIAN, I., LETT, D., SEBILLOTTE-CUCHET, V., VERDO, G., « Le genre comme démarche », in Hypothèses, 2005/1 (8) pp. 277-295

23 CORBIN, A., COURTINE, J.-J., VIGARELLO, G., Histoire du corps, De la Renaissance aux Lumières, 2011.

24Portrait en majesté de Louis XIV peint en 1701. http://ressources.chateauversailles.fr/IMG/pdf/5._edutheque_louis_xiv_en_costume_de_sacre___rigaud.pdf

25PICHICHERO C.,The Military Enlightenment, War and Culture in the French Empire from Louis XIV to Napoléon, Cornell, 2017, pp.68-70.

26ROCHE Daniel, La Culture des apparences. Une histoire du vêtement (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, 2007.

27VILLA, A., C., « Elite Masculinities in Eighteenth-century France »,… op.cit.

28SOHN A.-M. (dir.), Une histoire sans les hommes est-elle possible ? Genre et masculinité, Lyon, 2014 STEINBERG, S. La Confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, 2001.

29 STEINBERG, S., « Hiérarchies dans l’Ancien Régime », in Michèle Riot-Sarcey (dir.), De la différence des sexes. Le genre en histoire, Paris, Larousse, 2010, p. 135-162.

30 FURETIERE, A., Dictionnaire universel, La Haye, 1690 : « Viril, ile, adj.m & f. […] Judith fit une action virile en tuant Holoferne », p. 2133 « Virilement. Adv. D’une maniere forte & virile. Les Dames Romaines se comporterent virilement dans les pertes, dans les calamitez de la République ». p. 2132.

31 LAQUEUR, Th., Making Sex, Body and Gender from the Greeks to Freud, Harvard, 1992.

MARTIN, J.-Cl, La Révolte brisée. Femmes dans la Révolution française et l’Empire, Paris, 2008.

FRAISSE G., Muse de la Raison. Démocratie et exclusion des femmes en France, Paris 1995.

32GARDEY, D., LÖWY, I., (DIR.), L’Invention du naturel. Les sciences et la fabrication du féminin et du masculin, Paris, 2000, introduction p 10 -11

33LÖWY, I., et ROUCH, H., (dir.) « La distinction entre sexe et genre. Une histoire entre biologie et culture », in Cahiers du genre, no 34, 2003, p 8.

34PUIG DE BELLACASA, M., Les savoirs situés de Sandra Harding et Donna Haraway Science et épistémologies féministes, Paris, 2014. Porfesseure à l’université de UCLA, Sandra Harding s’interroge notamment sur l’exclusion des femmes du champs des savoirs et quels sont les présupposés et les mécanismes qui ont conduit les scientifiques masculins à considérer que leur vision du monde valait pour l’ensemble de l’humanité.

35Voir les ouvrages de Murielle Salles, Ilona Löwy, Anne Fausto-Sterling, Hélène Rouch, Delphine Gardey.

36Propos issus du podcast de Charlotte Bienaimé, un podcast à soi : https://www.arteradio.com/son/61660501/un_podcast_soi_ndeg12_les_femmes_sont_elles_des_hommes_comme_les_autres

37 FILLOD, O., Allodoxia : observatoire critique de la vulgarisation, « Le connectome et la circulation circulaire des stéréotypes de genre », 22 février 2014. http://allodoxia.blog.lemonde.fr/2014/02/22/connectome-stereotypes-genre/

38FILLOD, O., Allodoxia, : observatoire critique de la vulgarisation, Les faux nez biologistes de la psychologie évolutionnistes, 25 avril 2012, http://allodoxia.blog.lemonde.fr/2012/04/25/psychologie-evolutionniste-et-biologie/

39COHEN, C., Femmes de la préhistoire, Paris, 2016. Propos extraits d’ « Un podcast à soi » par Charlotte Bienaimé : https://www.arteradio.com/son/61660501/un_podcast_soi_ndeg12_les_femmes_sont_elles_des_hommes_comme_les_autres.

40LOWY, I., MARRY, C., Pour en finir avec la domination masculine. De A à Z, Paris, 2007. entrée « Primates ».

41HOQUET, T., Le Sexe biologique. Anthologie historique et critique, en trois volumes. Tome I : « Femelles et Mâles ? Histoire naturelle des (deux) sexes », Paris, Hermann, 2013.

Propos extraits du podcast les couilles sur la table, par Victoire Tuaillon : https://www.binge.audio/la-vraie-nature-du-male/

Appel à communication « Femmes de guerre (XVIe-XVIIIe siècles) »

L’appel à communication en pdf : Appel-femmes de guerre A

Un certain nombre de travaux consacrés aux femmes dans la guerre, particulièrement au XXe siècle, ont accordé une part de plus en plus importante aux combattantes. Ce champ d’étude est assez récent, pour deux raisons : le double stéréotype d’une aversion et d’une incapacité naturelles proprement féminine pour la guerre – les femmes subissant le départ de leurs hommes pour le combat et restant dans l’attente de leur retour ou de la nouvelle de leur mort, les femmes trop faibles pour porter une arme, les femmes trop délicates pour tuer ou pour supporter la vue du sang – a pour corollaire l’incapacité militaire supposée des femmes d’une part et, d’autre part, la présence des femmes dans les armées semble à première vue très récente et croissante (les premières Françaises intègrent l’armée via les services de Santé des armées en
1914, les premières à se battre dans des forces armées le font lors de la Seconde Guerre mondiale[1], les premières à intégrer des écoles militaires le font entre 1976 et 1992…), ce qui a nourri tout un ensemble de recherches et de réflexions. Malgré la proportion toujours faible de femmes dans les armées actuelles, le stéréotype tend tout de même à s’atténuer puisque, dans un nombre croissant d’armées conventionnelles, les femmes peuvent aujourd’hui intégrer des unités combattantes et se retrouver projetées dans des zones de combat.

En ce qui concerne l’Ancien Régime en revanche, le stéréotype persiste largement, puisque les armées n’étaient pas mixtes et que nous avons toujours malgré nous une vision souvent téléologique et progressiste de l’histoire. Or, Sophie Cassagne-Brouquet, dans sa thèse portant sur les « chevaleresses2 », écrit que « ce stéréotype a masqué, dans l’histoire du Moyen Âge, la présence de combattantes conscientes et actives. » Ainsi, depuis un certain nombre d’années, des travaux ont montré l’écart grandissant entre les représentations que nous nous faisons de l’Ancien Régime et la réalité alors des femmes de guerre, qui sont loin de constituer une image uniforme et de se réduire aux seules chevaleresses ou menues combattantes. Les biais des chercheurs sont parfois démasqués au cours de découvertes étonnantes. Par exemple, toute récemment, on a pris conscience qu’un squelette de guerrier viking de haut rang, connu depuis 130 ans, était en fait celui d’une guerrière : aucun archéologue ne s’était posé la question de son sexe tant était – est – tenace le préjugé qu’un guerrier, a fortiori puissant, est forcément un homme, en-dehors de cas rarissimes ou émanant de sociétés à demi légendaires3. La place des femmes dans les combats et les guerres (comme « batailleresses », « officières », « seigneuresses » ou reines4) au Moyen Age est donc de plus en plus remarquée et réévaluée, particulièrement dans la littérature anglo-saxonne. La question des représentations apparaît en tout cas comme centrale.

La Première Modernité est la parente pauvre de ces réévaluations bien que quelques travaux5 tracent des voies d’exploration. Pourtant, elle est intéressante à plus d’un titre pour ce sujet.

Tout d’abord, pour la portée matricielle de cette époque : consécutivement à la tentative de confiscation de la violence légitime de l’État, l’armée est l’objet de multiples réformes qui ont abouti à la création de l’armée moderne dans l’Europe entière, au début de notre chronologie pour l’Espagne et, pour la France, particulièrement sous Louis XIV et à l’issue de la Révolution française.

Or, au cours de cette période définitoire, les femmes qui ont pris les armes sont rares, et même se raréfient puisque, n’étant pas citoyennes, elles sont progressivement exclues de l’armée de soldats-citoyens alors que certaines avaient pu entamer une carrière sans avoir à se travestir, tant la France avait besoin de bras au moment de la Révolution : en s’interrogeant sur « de quoi est faite l’association entre masculin, armes et citoyenneté », D. Godineau montre dans son propos sur l’armée révolutionnaire que « les histoires concrètes de ces femmes soldats, leurs propos et ceux tenus sur elles aident à comprendre les mécanismes de l’exclusion des femmes des armées. » Il touche finalement à ce qui fait le cœur des réticences envers les femmes dans l’armée encore aujourd’hui.

Cependant, cela ne signifie pas que seuls les républicains ont pu, bon gré mal gré, admettre des femmes dans leurs troupes : les femmes profitent des interstices et des périodes troubles pour s’immiscer dans des secteurs qui leurs sont normalement fermés, Michelle Perrot l’a bien montré. Ainsi, les Brigandes, dont faisaient partie Marie Louise Victoire de Donnissan, marquise de Lescure puis de La Rochejaquelein ou encore Marie Renée Marguerite de Scépeaux, marquise de Bonchamps, sont les adversaires en symétrie des citoyennes en armes.

Ensuite, à cause du statut des femmes, qui se modifie au cours de la période : leurs libertés s’amoindrissent à partir de la Renaissance6. Pourtant, la première moitié du XVIe s. voit apparaître les femmes sur les champs de bataille en Italie7 (les Pisanes contre les Florentins dans les années 1499-1509). En outre, « dans une société hiérarchisée où le rang est plus important que le sexe8 », elles pouvaient être amenées plus facilement à commander des hommes de rang inférieur ou à prendre les armes que dans une société comme la nôtre, où le sexe est finalement plus important que le rang. Bien plus, Elizabeth Iere ou Catherine II de Russie, en tant que dirigeantes suprêmes, étaient forcément à la tête de leurs armées : Catherine II est d’ailleurs connue pour avoir mené une politique d’expansion territoriale couronnée de succès. Le statut de la femme dans l’armée, dans les guerres, dans les combats a-t-il alors évolué ? Une Jeanne d’Arc n’était-elle possible qu’au Moyen Age ?

Ces changements de statut des femmes semblent influencer l’image de la femme qui connaît un changement notable au cours du XVe s. dans les littératures italiennes et françaises9 par exemple : les histoires d’amour importent désormais davantage que les prouesses de la « chevaleresse », personnage typique des épopées. Ce mouvement trouve sans doute son apogée après la Fronde en France. Pendant la rébellion, certaines Frondeuses se font volontiers portraiturer en armes et participent parfois concrètement aux opérations. Une fois la défaite consommée, elles ont dû se redéployer de la politique (donc des combats armés) vers d’autres domaines, la littérature étant un refuge approprié. Le ton s’y assagit et les guerrières de papier se tournent vers la galanterie. La question du genre littéraire joue bien entendu un grand rôle dans cette question : les épopées disparaissent, le roman s’impose, avec des codes différents. Finalement, les combattantes, en tout cas certains types de combattantes, apparaissent peut-être davantage dans les chansons ou dans la littérature de colportage que dans les grands genres. Dès lors, si la question des genres littéraires joue, celle de la couche de la population qui est la cible des divers écrits importe également, dans une société où chacun occupe le rôle qui lui échoit à la naissance.

Littérature, peinture, histoires extraordinaires, écrits à valeur juridique et philosophiques diffusent des clichés qui sont déjà assez bien connus et qui remontent à l’Antiquité pour certains d’entre eux. Par exemple, les fantasmes qui s’attachent aux personnages de guerrières et des femmes qui conduisent les guerres : la dimension érotique qui éclot de leur androgynie, de leur travestissement ou encore de leur hypersexualisation remonte au moins à l’Antiquité – que l’on songe aux Amazones –, mais s’accentue a priori au XVe s., époque de la sexualisation de la guerrière en littérature. Elles peuvent se voir attribuer des caractéristiques outrancières, oscillant entre Virgin Queen et luxurieuse Sémiramis, entre guerrière ou commandante sanguinaire et pleine de mansuétude, voire vaincue par l’amour du bel ennemi. La femme, victime de son imbecillitas sexus10, peut sembler incapable de réellement commander une armée et un pays au-delà d’une certaine mesure. Est-ce à la Renaissance, dans le sillage de réformes comme la loi salique en France, que l’incapacité des femmes est théorisée dans le champs des armes ? Au contraire, les femmes de guerre sont-elles alors valorisées, et pourquoi ? Il n’est qu’à penser au travestissement en Amazones de Charles IX et de ses compagnons : « le travestissement en guerrière dans les tournois et carrousels [, en vogue au XIIIe siècle,] connaît un renouveau à la Renaissance11 », puisque les Amazones incarnent la chasteté, la sagesse de la bonne gouvernance et la bravoure. En un mot, un mélange parfait de qualité féminines et viriles, prisé par les rois qui peuvent se faire représenter en androgynes (autre forme d’une demi-divinité12). Ce mélange parfait trouve son meilleur accomplissement dans des figures bibliques ou chrétiennes qui défendent leur religion contre les païens ou les Sarrasins.

Face aux clichés et aux machines à fantasme, les silences des représentations ne sont pas très connus et méritent largement qu’on s’y attache : si les femmes pirates, dont certaines sont devenues corsaires en temps de guerre, ont existé pendant notre période et en-dehors (Anne Bonny, Mary Read, Anne Dieu-le-veut, Louise Antonini…), certes souvent travesties mais pas systématiquement, leur présence dans les fictions ou dans les traités13 n’est pas perceptible. Inversement, la littérature épique peut accorder une place prépondérante mais sans doute disproportionnée à la guerrière (Marphise, Bradamante, Clorinde…), tout en omettant les groupes de combattantes ou de résistantes anonymes (que Plutarque, dans son De Mulierum Virtutes, avait pourtant mis à l’honneur), ou encore mettre en valeur certaines commandantes de peuple et d’armée aux dépens d’autres qui concordaient moins à un programme idéologique ou tout simplement à un goût. Ainsi, si les arts et spectacles de Cours royales ou princières mettent en scène les Amazones ou des femmes belliqueuses dont les figures se banalisent, il s’agit souvent moins de louer des femmes fortes pour elles-mêmes que de proposer des programmes iconographiques destinés à soutenir les exigences ou les demandes des uns et des autres14. Les Amazones pourraient même être un obstacle aux femmes qui souhaitaient s’investir (à des degrés divers) dans les guerres : convoquer les Amazones revient souvent à jouer sur la topique du mundus inversus, de l’exotisme (géographique ou temporel) et de l’érotisme. Valentina Denzel interprète la disparition des chevaleresses fictives comme Bradamante et Marphise au moment où les Amazones triomphent comme le signe que, aux yeux des écrivains, les femmes de guerre ne pouvaient que faire partie du passé.

Le colloque ambitionne de toute façon une perspective pluridisciplinaire : nous accueillerons avec intérêt les propositions portant sur la littérature, l’histoire, l’histoire de l’art, l’histoire de sciences… Les perspectives comparatiste seront également bienvenues : elles aideront à chercher à bien mesurer la valeur des phénomènes. En effet, les écarts dans les représentations peuvent être éloquents : les guerrières sarrasines fascinent les Italiens qui en constellent leurs épopées tandis que les Français ignorent pour la plupart cette figure. Les ouvrages anglais semblent conserver plus longtemps qu’ailleurs en Europe l’image d’une guerrière belliqueuse et puissante, là où les Français en ont fait une femme trop faible pour pouvoir se passer de son compagnon lors de passes d’armes.

Organisation
Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR) et les Écoles de Saint-Cyr
Coëtquidan – CREC – Ministère des Armées.

En partenariat avec :
• Musée de l’Armée – Invalides
• Université Columbia à Paris – Centre Reid Hall
• Université de Paris-Sorbonne : CRLC et CELLF
• Université de Rouen – CÉRÉdI

Le colloque aura lieu les 29-30 mars 2019 à Paris.

Les propositions sont à envoyer avant le 20 juillet 2018 aux membres du comité d’organisation :
Marianne Charrier-Vozel : marianne.charrier@univ-rennes1.fr
Agnès Cousson : Agnes.Cousson@univ-brest.fr
Anne Debrosse : anne.debrosse@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr
Antoine Roussel : antoine.roussel@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

Comité scientifique :
Frédéric Dessberg (CREC)
Ariane Ferry (CÉRÉdI)
Véronique Gély (CRLC)
Nathalie Grande (LAMO)
Adeline Lionetto (CELLF)
Sandra Provini (CÉRÉdI)

[1]Voir La Guerre n’a pas un visage de femme de Svetlana Aleksievitch, paru à Minsk en 1985.
[2]Chevaleresses. Une chevalerie au féminin. Perrin, 2009.
[3]http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/ajpa.23308/full
[4]Voir, pour ces mots au féminin, le site de la SIEFAR (http://siefar.org/la-guerre-des-mots/les-mots-de-a-a-z/).
[5]John Lynn : Women, Armies, and Warfare in Early Modern Europe, Cambridge University Press, 2008, et Dominique Godineau : « De la guerrière à la citoyenne. Porter les armes pendant l’Ancien Régime et la Révolution française », Clio, 2004/2, n. 20.
[6]Voir notamment les travaux de Margaret L. King.
[7]Voir Frédérique Verrier, Le miroir des Amazones, Amazones, viragos et guerrières dans la littérature italienne des XVe et XVIe siècles, Paris, L’Harmattan, 2004.
[8]Nicole Dufournaud, « Femmes en armes au XVIe siècle : Les dames ”doi[ven]t avoir ceur d’homme” : une invitation à participer à l’idéal féodal masculin du métier d’armes au XVIe siècle », dans Penser la violence des femmes, dir. Coline Cardi et Geneviève Pruvost, Paris, La Découverte, 2012.
[9]Les Mille et Un Visages de la virago – Marphise etBradamante, entre continuation et variation, Paris, Garnier, 2016.
[10]Expression bien connue utilisée par les juristes de l’Ancien Régime.
[11]Vincent Dorothée, « Femmes fortes et Amazones : les figures féminines belliqueuses et les festivités princières au sein des échanges franco-lorrains (1580-1652) », dans Le Verger, Bouquet VI, 2014 (http://cornucopia16.com/wp-content/uploads/2015/01/Verger-6-Doroth%C3%A9e.pdf).
[12]Voir l’estampe représentant François Ier en androgyne: http://expositions.bnf.fr/francoisIer/grand/fra_026bis.htm
[13]Ceux de la querelle des femmes présentent toujours une liste de guerrières et commandantes. Les femmes de guerre en mer n’y sont jamais citées.
Les pirates et corsaires sont présentes dans des Histoires des pirates ou de la piraterie, où elles apparaissent parfois comme des personnages particulièrement

Programme de la Journée d’étude en Histoire du Genre du CRH – 28 mai 2018

La journée doctorale en histoire du genre du Centre de Recherches Historiques se tiendra le 28 mai 2018 de 8h45 à 18h30. L’objectif du groupe d’Histoire du Genre du CRH en organisant cette deuxième édition de journée doctorale, est de développer le dialogue entre les doctorant.e.s en histoire de l’EHESS adoptant une perspective de genre dans leurs travaux. Cette année, sept doctorantes présenteront des communications réparties dans trois thématiques de réflexion sur le genre. Dans un premier temps, la question de l’imprégnation sociale et culturelle des normes genrées sera envisagée dans différentes aires culturelles et différents contextes historiques (Chine de la Révolution culturelle et Congo belge des années 1950), puis dans une seconde session trois intervenantes discuteront des mécanismes théâtraux de la représentation de soi comme « être genré » (à travers l’étude du travestissement dans l’opéra italien du XVIIe siècle, ou la photographie américaine des années 1950-1960, et la figure de la comédienne au siècle des Lumières). Enfin, la dernière session portera sur les possibilités d’émancipation, notamment féminine, de ces codes normatifs par la mobilisation de statuts professionnels et juridiques particuliers par les acteurs sociaux (via le statut de fille majeure au XVIIe siècle, et la figure de l’intellectuelle de la Belle Epoque).

La journée doctorale aura lieu en salle 7 du 105 boulevard Raspail, 75006 PARIS, et non au 96 boulevard Raspail comme indiqué sur le programme d’origine.

Programme du colloque « Les sens dans la construction des genres » (Paris-3), 30 et 31 mars 2018.

Programme : Les Sens dans la Construction des Genres, XVIe-XVIIIe siècles

 

Maison de la Recherche, 4, rue des Irlandais

30 et 31 mars 2018

 

Vendredi  30 mars

 9h15 : Accueil des participants

9h30-9h45 : Mots d’accueil (les organisatrices : Isabelle Bour, Claire Boulard, Armel Dubois-Nayt, Aurélie Lentsch-Griffin, Anne-Marie Miller-Blaise)

9h45-11h00 : Querelles, désirs et renversements (1) (présidence Eliane Viennot, Université de  Saint-Etienne)

 Tatiana Clavier (Université de La Rochelle): « Faiblesses masculines et peur du renversement des pouvoirs : des hommes asservis par leurs sens ou « embabouinés » par les femmes ? Le traitement de l’amour et du désir hétérosexuels dans quelques succès éditoriaux de la Querelle au XVIe siècle. »

 Armel Dubois-Nayt (Université Versailles-Saint-Quentin): « L’usage des sens dans deux diptyques de la querelle anglaise (1540-1589)»

11h00-11h30 : pause café

11h30 – 12h45 :  Querelle(s), désirs et renversements (2) (présidence : Anne-Marie Miller-Blaise Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

Lucy Hinnie (University of Edinburgh) : « Negotiating the Querelle des Femmes in the Banatyne MS.

Aurélie Lentsch-Griffin (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Taste and Touch as Means of Coercion in the Taming of the Shrew »

 

13h00-14h30 Déjeuner sur place

 

14h30 – 15h45 Sens et anatomie de l’écriture (présidence : Guyonne Leduc, Université de Lille)

Emilie Piat (Université Libre de Bruxelles) : « Des humeurs au sens de l’humour : le triomphe des ‘Female Wits’ »

Anne Bandry-Scubbi (Université de Strasbourg): « Les sens et le genre dans un corpus de romans britanniques 1748-1834 »

 

15h45 – 16h15 pause café

 

16h15 – 17h15 : Conférence plénière : Andrew Hiscock (Bangor University) « ‘yet not past sense’: the poetry and prose of Walter Ralegh and Mary Wroth and the pleasure principles of the body ». (Présidence : Christine Sukic, Université de Reims)

17h15 – 18h15 Des Textualités aux textures féminines : fil d’Ariane ou toile arachnéenne ? (présidence : Sandrine Parageau, Université Nanterre)

Présentation par les étudiants en Master de Paris 3, séminaire « Les Objets de la Poésie », sur Tissage et Poésie.

Marie-Claire Barnet  (Durham University): « (Re)voir rouge : de la Dame du Musée Cluny aux murals de Balthutérus de la Villa Médicis »

 

18h15 – 19h00 Airs pour voix et luth – Chantal Schütz (Soprano)

 

19h30 Dîner des participants

 

Samedi 31 mars 

9h30 – 11h15 Les sens dans la vie monastique féminine (présidence : Sophie Houdard, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

Marie-Elisabeth Henneau (Université de Liège) : « Voir, écouter ou goûter Dieu: de l’expérience sensorielle des femmes au couvent face aux discours des théologiens (XVIIe-XVIIIe s.) »

Helena Queiros (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 /Université de Porto): « De la mortification des sens à l’héroïcité monastique : entre représentations du ‘sexe fragile’ et de la ‘femme virile’

Laurence Sterritt (Aix Marseille Université): « S’approprier les sens pour dépasser la clôture: les religieuses anglaises s’inscrivent dans la mission »

 

11h15-11h45 : pause café

  

11h45-13h00 Voix dissidentes (présidence : Claire Gheeraert, Université de Rouen)

Anna Seregina (Russian Academy of Sciences, Moscow): « Women talking religion : female voice and religious instruction in the 17th century English community »

Tatiana Oparina (Russian Academy of Painting, Sculpture and Architecture, Moscow) : « Anne Barnesley (de Remont) : a female voice of dissent in 17th century Russia »

 

13h00-14h30 déjeuner sur place

 

14h30-16h30 Le genre de la voix, le genre de l’ouïe (présidence : Line Cottegnies, Université Paris-Sorbonne / Paris IV)

Anna Stovoga (Institut de l’histoire universelle de l’Académie des sciences russe / Université humanitaire de l’État de la Russie) : « Ecouter une femme galante »

Sarah Nancy (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « L’oreille a-t-elle un genre ? »

Pierre Degott (Université de Lorraine) : « De l’opéra à l’oratorio : la distribution de chanteuses dans des rôles masculins fait-elle sens ? »

 

16h30-17h00 : Conclusion et perspectives

 

Affiche Sens Genre

Compte rendu – Séance du 10 janvier 2018 – Genre et Hiérarchies sociales.

Laura Balzer nous a présenté l’article de Sylvie Steinberg, « Hiérarchies dans l’Ancien Régime », in De la différence des sexes: le genre en histoire, Paris, Larousse, 2010, article dans lequel elle aborde le croisement entre les hiérarchies sociales et le genre. Elle part pour cela d’exemples de femmes nobles qui ont défendu elles-mêmes leur château pendant les guerres de religion. Elle remarque que l’adoption de valeurs viriles et guerrières pour ces femmes n’est pas vécue comme une anomalie pour la société d’Ancien Régime, parce qu’elles occupent, en raison de leur noblesse, une position sociale dominante.  Ainsi il s’agit pour les historiens du genre, d’évaluer et de comparer le poids que prennent les différences sociales et sexuées au sein des rapports de pouvoir qui régissent les sociétés étudiées. Or l’Ancien Régime, étudié particulièrement par l’historienne, est une société de représentation, où la position objective de l’individu dépend du crédit que sa représentation lui fournit auprès des autres, de la reconnaissance des autres, à partir de la place qu’il s’imagine devoir tenir au sein de la société. Elle a pour objectif d’étudier à la fois les représentations du corps social et des genres qui détermine le cadre de cette reconnaissance et la mise en pratique du croisement de ces deux hiérarchies.

Ainsi, Sylvie Steinberg analyse le traitement des questions sociales et de la différence des sexes par les discours savants. Les traités de physionomie, les traités médicaux étudiés des XVI-XVIIe siècles montrent que les hiérarchies entre hommes et femmes ainsi que les hiérarchies sociales sont pensées comme partie intégrante d’un ordre voulu par Dieu, d’un « ordre naturel ». Une analogie est entretenue entre le corps humain et le corps social dont la mise en ordre s’effectue par une constante référence au cosmos. La différence des sexes est déterminée par la théorie des humeurs, la féminité est associée au froid, à l’humidité, (mélancolie, phlegme) et à la faiblesse, alors que la masculinité l’est à la chaleur, à la sècheresse (sang, bile) et aux vertus. Mais le sexe biologique n’est pas déterminant pour penser ces différences de genre. Les individus sont davantage déterminés par leur tempérament humoral, qui est dépendant de leur âge, de leur mode de vie, mais également de leur origine sociale. Les jeunes hommes seront ainsi considérés comme plus proche d’un tempérament « féminin », que les adultes. La composition humorale des paysans est censée être plus humide et froide, en raison de leur proximité avec la terre, alors que les nobles sont associés au feu. Aux oppositions binaires que l’on retrouve dans le système de représentation du corps humain, correspondent celles du corps social : au noble, on oppose l’ignoble, à l’oisif, le travailleur.

Pourtant face à cette mutabilité du genre, qui ne dépend pas du sexe biologique, la société d’Ancien Régime est marquée par un fort fixisme social. Les hiérarchies sociales ne peuvent être transgressées. Ainsi, une femme noble peut défendre son château, car la noblesse est déterminée par ses vertus guerrières, mais un courtisan ne peut adopter un mode de vie trop féminin, sans déroger aux vertus viriles et nobiliaires.

Pourtant comment penser la double appartenance pratique des individus aux hiérarchies sociales et genrées ? Sylvie Steinberg mobilise plusieurs exemples pour illustrer la façon dont les individus jouent avec les critères d’appartenance sociale et genrée en fonction des situations. Par exemple, la procuration accordée par des maris absents à leur épouse pour gérer le domaine familial, permet aux femmes de la noblesse de pouvoir se présenter comme les garantes des intérêts de la cellule familiale et d’incarner l’autorité paternelle[1]. Le statut, les qualités, le rang des individus vient interagir avec les différences de sexes. Son article montre avec force que l’espace fournit par l’intersection entre la fixité des hiérarchies sociales et la fluidité des hiérarchies genrées, est largement investi, notamment par les femmes d’Ancien Régime pour gagner en puissance d’agir.

Les débats autour de ce papier ont porté sur :

  • La médecine galénique et aristotélicienne qui au XVIe siècle présente des arguments misogynes qui s’opposent à ceux de la pratique médicale, qui a tendance à valoriser le corps féminin. (Sofia Zuccoli)
  • La violence de l’assignation des hermaphrodites à un sexe masculin ou féminin, qui s’impose au XIXe siècle jusqu’à nos jours.
  • Conseils de lectures-clefs sur ces questions : Fausto-Sterling Anne, Corps en tous genres: la dualité des sexes à l’épreuve de la science, traduit par Oristelle Bonis et Françoise Bouillot, Paris, la Découverte : Institut Émilie du Châtelet, 2012 ; Laqueur Thomas Walter, La fabrique du sexe: essai sur le corps et le genre en Occident, traduit par Michel Gautier et traduit par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, Gallimard, 2013.
  • Camille Laruelle a évoqué les correspondances de ce texte avec ce qu’elle constate en Chine contemporaine. Dans les années 1910-1920, les médecins chinois ont tenté de participer à l’intégration les femmes dans le groupe des citoyens et d’héradiquer les hiérarchies sociales antérieures. Les discours médicaux ont valorisé la sexualité et le plaisir féminin, notamment sous l’influence de la psychanalyse et de la sexologie occidentale. La volonté était de moderniser le rôle de la femme dans le couple, et de permettre une plus grande harmonie, qui passe aussi par la réalisation d’une sexualité plus épanouie. Mais la sexualité féminine reste conditionnée à son premier rôle la procréation, et l’image d’une sexualité féminine dangereuse reste active.
  • Les inégalités face aux représentations de la sexualité masculine et féminine aujourd’hui ont été évoquées.

Claire-Lise Gaillard est revenue sur son sujet de thèse et l’imbrication entre genre, classe et race dans le marché de la rencontre du XIXe siècle jusqu’au début du XXe siècle.

« Le genre est classé et la classe est genrée », citant un ouvrage de Leonore Davidoff et de Catherine Hall, Claire-Lise, a rappelé que les catégories de genre signifient les autres rapports de pouvoir, dont notamment les rapports de classe[2]. Les catégories sont sources de domination. Elles sont en perpétuelle évolution pourtant, saisies par les individus en fonction de leur âge, classe, genre, race. Ainsi c’est dans l’appropriation, dans la redéfinition de ces catégories qu’apparaît la possibilité d’une agency.

Dans sa thèse Claire-Lise aborde les questions de hiérarchies sociales et genrées sous trois aspects :

  • En effectuant d’abord une difficile sociologie des agents matrimoniaux, conditionnée par la pauvreté des archives, et des pseudonymes que les agents utilisaient. Seules les représentations véhiculées notamment par la littérature, les articles de journaux décrivant les dessous des agences matrimoniales lui permettent d’atteindre cette profession. Or ces représentations sont très stéréotypées : la profession est mixte, mais l’image de l’agent matrimonial est plutôt celle d’une femme âgée, veuve, laide, et grosse. La rotondité du personnage est liée à l’image d’une profession lucrative.
  • Ensuite, ces questions font écho à son étude du courtage matrimonial. L’objectif est de créer des paires, chaque critère, exigence se paye par un autre critère ayant valeur avoisinante. La hiérarchisation se fait par le genre, la classe, le statut matrimonial, l’âge, la fortune.
  • Enfin, les annonces matrimoniales, qui fleurissent dans la presse matrimoniale du XIXe au début du XXe siècle, sont aussi un moyen d’observer l’intersection de ces deux hiérarchies. Par une mise en miroir de l’offre (la description de soi) et de la demande (la description de la personne que l’on recherche) présente dans chaque petite annonce, permet d’étudier les horizons d’attente des hommes et des femmes. La difficulté est de confronter des groupes statistiques non équilibrés, des mentions de milieux sociaux, ou de fortune très flous : les femmes par exemple ne mentionnent que très rarement leurs activités professionnelles par exemple.

Suite à cette intervention le débat a porté sur :

  • La difficulté à articuler des discours émanant des élites et des données sur les classes populaires, notamment sous l’Ancien Régime, où les discours et représentations des classes moyennes et populaires sont plus difficiles à atteindre. (Marion Philip)
  • Au Moyen-Age le rôle des abbesses qui transcendent leur genre, grâce à leurs fonctions politiques, publiques et religieuses (Justine Audebrand).
  • La diversification de l’honneur féminin au cours du XVIIIe siècle : qui n’est pas seulement attaché à l’honneur sexuel, mais est aussi un honneur économique, dynastique… Les différences genrées semblent moins importantes pour les femmes aristocrates que l’appartenance à la noblesse, et la défense de leurs privilèges. Dans le même sens, il existe un honneur de commerçante qui est repérable dans la justice ordinaire. La difficulté reste d’étudier ces mêmes questions pour les catégories sociales les plus basses. (Marine Carnarague)
  • La Chine dans les années 1960 a connu un discours idéologique prônant l’égalité des sexes et l’effacement du genre, ou plutôt une dilution des genres au sein d’une même catégorie masculine. Les femmes devaient se libérer de leur genre, et passer par ce processus d’asexualisation, qui passe par la réunion des genres dans le masculin. (Camille Laruelle)

[1] Voir Julie Doyon, « À « l’ombre du Père » ? L’autorité maternelle dans la première moitié du XVIIIe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 21, 1 avril 2005, p. 162‑173 ; Pauline Ferrier-Viaud, Pouvoir, présence et action de femmes. Les épouses des ministres au temps de Louis XIV, Thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne, Paris, 2017.

[2] Leonore Davidoff, Catherine Hall, Family Fortunes. Hommes et femmes de la bourgeoisie anglaise (1780-1850), traduitde l’anglais par Christine Wünscher, Paris, La Dispute, 2014.

Féminisme et militantisme intersectionnel – Rencontre avec le Witch Bloc Paname

En réaction à l’élection de Donald Trump, des féministes de Portland (Oregon) ont créé la surprise, au mois de mai 2016, en ressuscitant un mouvement new-yorkais de la fin des années 1960 : la Women’s International Terrorist Conspiracy from Hell (W.I.T.C.H). Arborant capes et chapeaux pointus, elles ont défilé dans les rues au son de slogans inspirés de leur manifeste, dont les valeurs sont les suivantes :

Anti-racisme / Anti-fascisme / Anti-patriarcat / Droits des indigènes / Reconnaissance du genre / Auto-détermination / Libération des femmes / Libération des trans / Anti-culture du viol / Droits à la reproduction / Soutien aux travailleur.se.s du sexe / Droits des LGBTQ+ / Protection de l’environnement / Liberté religieuse / Droits des émigrés / Anti-guerre / Anti-capitalisme / Droits des handicapés / Respect de la vie privée / Droits des travailleur.se.s

A la suite de ce mouvement, le Comité Anarchiste de l’Université Paris 7 a invité les Parisien.ne.s à s’emparer du symbole de la sorcière lors de la manifestation du 12 septembre 2017, contre les ordonnances Macron et la Loi Travail XXL. C’est ainsi que le Witch Bloc Paname a vu le jour.

Certain.e.s de ses membres ont accepté de répondre à mes questions. Leur engagement politique, ainsi que leurs rapports au genre, au féminin et au féminisme seront au cœur de cet article.

Selon leur volonté, je précise qu’elles s’exprimeront sous couvert de pseudonymes et que leurs mots ne sont pas forcément ceux du Bloc dans son intégralité.

Q°1

Quelles raisons vous ont poussée à rejoindre le Witch Bloc Paname ? Etiez-vous déjà militant.e « activiste » ?

CATHERINE : Je suis activiste pro-choix depuis un an et demi environ. Le milieu militant commençait à m’agacer à cause de divergences politiques systématiques, la plupart des féministes se révélant soit transphobes, soit putophobes, soit les deux en même temps. Ou bien c’était le jeu du  »qui souffre le plus » avec une hiérarchisation intolérable des luttes et des discriminations. Le WB ne sélectionne pas de cas prioritaires, il m’a permis d’élargir mon champ d’action militante.

ROSE : Je militais depuis un certain temps déjà, mais aucun groupe ne me convenait vraiment : des problématiques effacées au profit d’autres, une recherche du pouvoir par certain.e.s, etc. J’avais hâte de voir émerger en France un groupe inspiré des W.I.T.C.H américaines. J’ai donc assisté à la première réunion du Bloc en vue de préparer la manifestation du 12 septembre, et j’y suis restée. Le WB est le premier groupe avec lequel je suis en accord complètement !

VICTORIA : J’ai entendu parler du WB via l’appel du collectif anarchiste de Paris 7, relayé notamment par Paris Luttes Infos. J’étais déjà militante dans des groupes féministes révolutionnaires, et participais fréquemment aux manifestations dans le cortège de tête, sans être affiliée spécifiquement au Black Bloc. Le WB a répondu à une urgence de former un espace bienveillant et en mixité choisie (sans hommes cis), dans le but de faire converger les luttes féministes et anarchistes. Il est aussi un espace de protection contre les agressions d’hommes dans le milieu militant. Continuer la lecture de Féminisme et militantisme intersectionnel – Rencontre avec le Witch Bloc Paname

Journée d’étude doctorale du Groupe d’Histoire du Genre du Centre de Recherches Historiques (CRH) – 28 mai 2018

Comité organisateur :
Laura BALZER (doctorante, EHESS/Paris 1Panthéon-Sorbonne)
Marion PHILIP (doctorante, EHESS/Paris-Sorbonne)

Lien vers le site du CRH : http://genre.ehess.fr/2017/12/06/le-genre-en-histoire-3/ 

Présentation

Depuis les années 1960, l’utilisation du genre comme démarche et objet d’étude a généré une définition plus fine de ce concept, qui a permis aux historien.ne.s de déconstruire l’idée d’un binarisme sexuel reposant sur la complémentarité des rôles sociaux masculins et féminins. Les rapports sociaux de sexe sont devenus l’objet de travaux universitaires, collectifs et individuels. Ils constituent un facteur d’analyse des sociétés, souvent oublié, mais qui renouvelle pleinement l’histoire sociale[1]. Le Centre de Recherches Historiques accueille dès 1978, un groupe de chercheur.se.s travaillant sur l’histoire du genre, qui se structure, en 2007, comme axe transversal. L’objectif du groupe, en organisant cette deuxième édition d’une journée doctorale, est de développer le dialogue entre les doctorant.e.s en histoire de l’EHESS adoptant une perspective de genre dans leurs travaux.
Pour montrer de quelle manière l’histoire du genre s’inscrit dans une histoire sociale et des représentations, nous proposons que les communications développent les thématiques suivantes :

I- Stéréotypes et normes genrées

Les interventions peuvent proposer une analyse des normes de genre et des représentations genrées véhiculées par les corpus de sources étudiées (textes normatifs, écrits personnels, iconographie, littérature …), ainsi que de la réception de ces normes par les individus, groupes, ou sociétés concernés. Il s’agit également d’interroger le rôle de ces représentations dans l’organisation et la hiérarchisation du tissu social.

II- Genre et identification de soi

Parallèlement au développement du concept de genre, le concept d’identité a été largement remis en question par les sciences humaines depuis plus d’une quarantaine d’années, en critiquant sa tendance à réifier un processus pourtant relatif et contextuel ou au contraire à diluer des identités, qui perdent leur pertinence analytique[2]. Les doctorant.e.s seront invité.e.s à questionner cette notion d’ « identité », grâce à sa confrontation avec la question du genre. Il.elle.s pourront également étudier les phénomènes d’identification genrée, et montrer comment il.elle.s manient l’outil d’analyse du genre, de concert avec d’autres facteurs d’identification sociale : l’âge, le statut social, le rang, la « race », l’engagement politique, le statut professionnel …

MODALITES DE SOUMISSION ET CALENDRIER

La journée est ouverte, en priorité, aux doctorant.e.s en histoire du CRHqui intègrent le genre à leurs problématiques. Cependant, nous souhaitons ouvrir cette journée aux doctorant.e.s des autres UMR de l’EHESS et d’autres universités, qui pourront participer en fonction des places disponibles. Toutes les périodes, aires culturelles et thématiques sont les bienvenues. Les communications, d’une durée maximale de 30 minutes, seront suivies d’un temps de discussion.

Les propositions de communication d’un maximum de 3 000 signes, accompagnées d’une courte biographie devront être envoyées à marion.philip@laposte.net et laura.balzer21@gmail.com avant le 28 février 2018. 


[1]Brian, I., Lett, D., Sebillotte-Cuchet, V.,Verdo, G., « Le genre comme démarche », Hypothèses, 2005 (1)/8 pp.277-295.

[2]Brubaker, R., Cooper, F., « Beyond Identity », in Theory and society, vol. 29, n° 1, 2000, pp1-47.

Séance du 13 décembre 2017 – Savoir situé : faire entendre les clameurs du dedans

Séance animée par Elise Leménager–Bertrand

Auteur.e.s convoqué.e.s : Gloria ANZALDUA, Donna HARAWAY, Audre LORDE, Gayatri SPIVAK, Isabelle STENGERS

Nos sociétés, régies par des schémas de pensée et de langage dominants, refusent et invisibilisent certaines identités. Mais ce que propose une notion telle que le  »savoir-situé », c’est de remettre en question l’idée d’une neutralité, d’une objectivité de la pensée dominante, pour faire entendre les  »clameurs du dedans » et ce qu’elles ont de politique et de libérateur.

I. Les identités invisibles

Dans La vierge et le neutrino, Isabelle STENGERS interroge le rôle  »pacificateur » de la société, qui est en réalité un effort d’uniformisation et donc de dépersonnalisation. La société se protège en détruisant ce qui ne se soumet pas au commun et en maintenant les individus dans un état de passivité. Mais il s’agit là d’une violence insidieuse : cette destruction est invisible en ce qu’elle atteint le sujet dans sa profondeur. On peut prendre l’exemple du documentaire Les roses noires, réalisé par Hélène MILANO en 2012, dans lequel on suit des jeunes femmes de cité populaire. Pour être acceptées et respectées au sein de leur communauté, elles adoptent des comportements masculins, un style vestimentaire masculin. Elles sont donc poussées à dénigrer leur féminité pour être acceptées au sein d’un environnement social qui les refuse et les soumet à la dépersonnalisation. Mais le plus insidieux, c’est que cet effacement est d’abord vécu comme gage d’émancipation, c’est une négation volontaire qui est intériorisée : « si t’es une fille on te marche dessus, même les filles elles veulent marcher sur les filles. Pour montrer aux gens qu’on ne va plus se laisser faire, le meilleur moyen : devenir un garçon. »

Invisibles, ces identités sont aussi silencieuses, réduites au silence par la peur du groupe face à l’étrangeté. Audre LORDE développe cette idée du silence imposé aux différences. Tout ce qui détonne de l’expérience commune engendre la crainte et prend le nom de déviance. La société a besoin d’individus identifiables, dont les comportements légitiment une appartenance commune. Elle peut alors exclure ceux qui n’appliquent pas ces comportements. En effet, on ne peut justifier l’autre au sein du même.

Gloria ANZALDUA fait l’aveu déchirant qu’en tant que mestiza elle n’a pas de pays, tous les pays l’ont expulsée, et qu’en tant que lesbienne, elle n’a pas de peuple car son peuple l’a reniée. Mais la force de ce constat, c’est qu’il lui permet d’appartenir à tous les pays et à tous les peuples. En effet, ce même qui refuse l’autre, est une utopie maladive, une mutilation inconsciente de tout ce qui n’y entre pas. Il doit donc être questionné et rejeté.

II. Faire entendre les clameurs du dedans

La notion de savoir-situé refuse ainsi l’idée d’une neutralité, d’une objectivité du savoir. Rejetée d’autant plus que par les mots, par la façon de penser, une domination s’installe. Sous des allures de neutralité, c’est en réalité la pensée dominante qui s’impose. Le savoir-situé propose donc de revenir de là où l’on parle, de là où l’on vient, pour interroger nos objets d’étude et de recherches. Dans une pensée féministe et subalterne, c’est donc transformer l’impuissance en puissance, permettre à un cri, à une voix, de s’élever.

C’est aussi refuser l’imposition d’une identité. Dans son Manifeste Cyborgs, Donna HARAWAY s’insurge contre la logique binaire. Dans une logique d’affinités (selon son expression), les femmes doivent revendiquer plusieurs identités, inventer ainsi des sous-groupes, des sous-catégories. Il faut avoir le courage de se penser vraiment, et donc en-dehors des modèles binaires dominants. C’est ce que fait Audre LORDE en prononçant cette belle phrase « parce que je suis moi », lors d’une conférence de septembre 1977. En égrainant une multitude d’adjectifs (femme, lesbienne, mère, universitaire, noire…) elle refuse de s’enfermer dans une seule définition, elle se libère des identités. On passe d’une altérité étouffée à une altérité criante et qui souhaite réveiller chez l’autre une pensée et un langage en sommeil.

Mais ce cri d’altérité ne pourra s’accomplir que dans de nouvelles conceptions et mises en récit du réel. Isabelle STENGERS propose donc de fabuler, de raconter autrement, pour rendre perceptible des aspects de la réalité qui sont usuellement pris comme accessoires. Fabuler c’est révéler la présence d’une altérité intrinsèque dans un monde qui la nie. C’est donc ce défaire d’une représentation, d’un langage, d’une pensée dominants.

Parmi ce nouveau mythos pour reprendre les mots de Gloria ANZALDUA, le cri singulier du savoir-situé doit se faire entendre. Il peut ouvrir une brèche pour reconstruire les principes du vivre-ensemble. A la suite de Donna HARAWAY, nous pouvons dire que  »Le personnel est politique » : pour transformer le silence, il faut établir et analyser sa place dans la transformation en cours, reconnaître la place vitale que l’on joue. En écoutant les clameurs du dedans, nous pouvons refuser l’immobilisme et la fixité d’une structure que nous avons déjà reconnu malade.

DISCUSSION

1) Concernant le texte d’Audre LORDE : si on cherche à se comprendre comme un « moi », à se définir par une multitude de termes, pourquoi vouloir s’inscrire dans un « nous » qui fixe des identités ?

Considérer le « nous » comme une identité fixiste, c’est prendre le risque d’adhérer à la pensée dominante. Revendiquer un « nous », par exemple dans le cas des Noirs descendants d’esclaves, c’est bien s’opposer à une vision blanche, patriarcal, cis-genre. Le « nous » universaliste et figé est le stéréotype formulé par cette pensée dominante qui, en réalité, est effrayée par la critique portée par un groupe opposant.

2) Faire une histoire féministe et militante : quel danger pour notre rigueur scientifique ?

-le fantasme de l’objectivité : tout ce qui est blanc et masculin est perçu comme neutre dans nos sociétés. Ceux qui se disent neutres ne le sont pas davantage, et peut-être même moins encore que les autres car cette pensée de l’objectivité les empêche de s’interroger sur leurs méthodes, sur leurs pratiques de langage…

-il faut accepter que l’on fait une histoire dans un courant de pensée, que notre savoir est situé et que cette situation apporte de la richesse. Dans les 1960s, des femmes anthropologues, ont pu remettre en cause des travaux parce qu’elles ont interrogé des phénomènes oubliés par les hommes anthropologues.

3) Dans une position de domination, peut-on se mettre dans la situation de l’opprimé ?

-l’importance d’avoir un point de vue situé : on peut parler de maternité même si on n’a pas d’enfant, si on se rappelle qu’on ne partage pas la même situation. Si on prend conscience de ce manque d’objectivité, et qu’il est normal de faire parler sa subjectivité, de parler d’un endroit. Le biais peut aussi détenir un sens positif !

-une chercheuse blanche qui travaille sur l’Afrique : quelle légitimité ? Peu importe la couleur de peau de l’étudiant, certains vont réussir à débloquer la parole de l’autre, et d’autres pas. Ce qui fait un bon anthropologue, c’est d’être capable d’écouter, de s’ouvrir aux gens.

-l’histoire comme discipline d’amitié (Marc BLOCH, Apologie pour le métier d’historien + Le juge ou l’historien) : se mettre à la place de l’autre, faire une collection d’expériences non vécues mais en écoutant l’autre, faire une collection des vécus en se dépouillant du sien.

-LORDE : se connaître bien soi, pour pouvoir faire ce travail vers les autres, pour pouvoir comprendre les vécus des autres.

4) Est-il réellement possible d’entendre la voix, le cri, des subalternes ?

-selon Gayatri SPIVAK c’est impossible, tentative toujours mise en échec. Ces contre-voix sont inaudibles parce que dès qu’on parle, on sort de la domination, on n’est donc déjà plus subalterne. Dimension abyssale de cette recherche sur les subalternes, jamais réellement compris et entendus.

-une femme qui écrit au XVIIe : dans quelle mesure c’est une voix féminine ? Dans quelle mesure elle n’est pas en train de relayer une parole acceptée par les hommes et donc pas réellement subalterne ?

-des femmes qui partent de chez leurs parents pour entrer au couvent (XVII-XVIIIe siècles). Des femmes qui sinon seraient restées au foyer parental pour apporter du réconfort dans les vieux jours, faire le ménage… Une lettre d’une de ces femmes se trouve dans un procès : parole de fille, très rare, un cri qui déchire le silence. Cette parole est-elle vraiment libératrice ? Elle fait exister une autre voix en tout cas. Des cas exceptionnels qui font entendre un cri, notamment dans des périodes qui mettent très peu en valeur les motivations individuelles / domination des logiques familiales

5) La biographie d’Angela DAVIS : porter des masques pour tester sa place dans la société

Elle raconte une expérience dans un magasin de chaussures divisé entre femmes blanches et femmes noires. Dès qu’elle se met à parler français, les vendeurs s’empressent de la servir dans l’espace réservé aux blanches : elle arbore alors le masque de la bourgeoise européenne, sa couleur de peau devient accessoire, périphérique.

Pour continuer la réflexion :

En librairie :

ANZALDUA Gloria, « La conscience de la Mestiza : vers une nouvelle conscience », dans Les Cahiers du CEDREF, Théories féministes et queer décoloniales, n°18, 2011

CERVULLE Maxime, Dans le blanc des yeux, Amsterdam, 2013

HARAWAT Donna,  »Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle », dans Manifeste Cyborg, Paris, savoirExils

LORDE Audre,  »Transformer le silence en paroles et en actes », dans DORLIN Elsa, Black Feminism – Anthologie du féminisme africain-américain, Paris, L’Harmattan, 2008

RIBARD Dinad et SCHAPIRA Nicolas, On ne peut pas tout réduire à des stratégies – Pratiques d’écriture et trajectoires sociales, PUF, 2013

SPIVAK Gayatri Charkrawvorty, Les subalternes peuvent-elles parler ?, traduction Jérôme Vidal, éditions Amsterdam, Diffusions distribution, 2009

STENGERS Isabelle, La vierge et le neutrino, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, 2006

Au cinéma – à la TV :

Trop noire pour être françaises, Isabelle BONI-CLAVERIE

Ouvrir la voix, Amandine GAY

Les roses noires, Hélène MILANO

Bande de filles, Céline SCIAMMA

Journée d’étude – 1er décembre 2017, à Pau – LE GENRE A L’ÉPREUVE DES INSTITUTIONS CULTURELLES (2). Espagne-France : regards croisés

FÉDÉRATION ESPACES FRONTIÈRES MÉTISSAGES – FR 4153 Laboratoires ITEM (EA 3002) et LLCAA (EA 1925)

PROGRAMME « POUVOIR(S) ET MISOGYNIE » (dir. Maurice Daumas, Nadia Mékouar-Hertzberg)

2nde  journée d’étude – 1er décembre 2017

LE GENRE A L’ÉPREUVE DES INSTITUTIONS CULTURELLES (2)

Espagne-France : regards croisés

Salle du Conseil UFR LLSHS – UPPA

9 h 00 – 9h 15 : Accueil des participants et présentation de la journée par Nadia Mékouar-Hertzberg

9h 15 – Christine Orobitg (Université d’Aix-Marseille), Les visions féminines face aux institutions  en Espagne (1570-1635) : une misogynie orchestrée / une misogynie mise en discours

9h 45 – Adeline Gargam (Université de Bretagne occidentale – Brest) : Genre et institutions littéraires au XVIIIe siècle

10h 15 – 10h 45 : Discussion – Pause

10h 45 Hyacinthe Ravet (Paris-Sorbonne) : Genre et genres au sein des institutions musicales. Le cas des chefs d’orchestre

11h 15 – Geneviève Sellier (Université Bordeaux Montaigne) : Les institutions culturelles françaises au service du cinéma d’auteur masculin ?

11h 45 – Discussion   /  Repas

14 h 15 – Anne Lenquette (Université de Limoges) : Femme, école et université à travers le prisme du roman espagnol

14h 45 – Caroline Fischer (Université de Pau et des Pays de l’Adour) : Misogynie dans le campus novel

15h 15 –  Discussion – Pause

15h 30 – Valérie Plaisance (Présidente de la SD 064 MGEN – partenaire du projet) : La Santé des femmes

16h 00 – Evelyne Barthou (Université de Pau et des Pays de l’Adour) : L’enquête « Égalité femmes-hommes à l’UPPA » : premiers constats

16h 30  – Maurice Daumas (Université de Pau et des Pays de l’Adour) : Réseaux masculins et harcèlement sexuel

17h 00 – 17h 30 : Discussion et conclusions de la journée par Maurice Daumas

A propos de la Bibliothèque Marguerite Durand

Hier à 14h s’est tenue une manifestation de soutien à la Bibliothèque Marguerite Durand. Cette bibliothèque réunit un fond important de documents d’histoire des femmes et d’histoire du féminisme.  Elle partage depuis 1989 les locaux de la médiathèque Jean-Pierre Melville. Mais à l’occasion de travaux à venir dans cette dernière le déménagement de la collection Marguerite Durand a été annoncé et c’est la BHVP (Bibliothèque historique de la ville de Paris) qui devrait accueillir le fond.

Pourtant en léguant son propre fond de documentation à la mairie de Paris en 1932 Marguerite Durand souhaitait que la Mairie ouvre le premier « office de documentation féministe » et s’engage à l’entretenir. Le déménagement vers la BHVP suppose qu’une majorité des fonds ne seraient pas stockés sur place mais dans un entrepôt parisien, une gestion matérielle qui entrainerait des délais de communication de 24 à 48h. Tout.e.s habitué.e.s des bibliothèques savent combien les questions de communicabilité jouent sur l’utilisation de ce type de documents. Plus un document est accessible plus il est utilisé. Il faut également souligner le risque de l’invisibilisation de ce fond spécifique à l’histoire des femmes dans ce mouvement de fusion alors même que tout le travail des historien.e.s sur ces questions vise à sortir les femmes de l’invisibilité. Un paradoxe assez flagrant pour être souligné.

Les différentes formes de manifestations auprès de la mairie de Paris restent pour l’instant sans appel.

Pour signer la pétition c’est ici :  

Pour écouter Christine Bard à propos de la BMD c’est ici :