Féminisme et militantisme intersectionnel – Rencontre avec le Witch Bloc Paname

En réaction à l’élection de Donald Trump, des féministes de Portland (Oregon) ont créé la surprise, au mois de mai 2016, en ressuscitant un mouvement new-yorkais de la fin des années 1960 : la Women’s International Terrorist Conspiracy from Hell (W.I.T.C.H). Arborant capes et chapeaux pointus, elles ont défilé dans les rues au son de slogans inspirés de leur manifeste, dont les valeurs sont les suivantes :

Anti-racisme / Anti-fascisme / Anti-patriarcat / Droits des indigènes / Reconnaissance du genre / Auto-détermination / Libération des femmes / Libération des trans / Anti-culture du viol / Droits à la reproduction / Soutien aux travailleur.se.s du sexe / Droits des LGBTQ+ / Protection de l’environnement / Liberté religieuse / Droits des émigrés / Anti-guerre / Anti-capitalisme / Droits des handicapés / Respect de la vie privée / Droits des travailleur.se.s

A la suite de ce mouvement, le Comité Anarchiste de l’Université Paris 7 a invité les Parisien.ne.s à s’emparer du symbole de la sorcière lors de la manifestation du 12 septembre 2017, contre les ordonnances Macron et la Loi Travail XXL. C’est ainsi que le Witch Bloc Paname a vu le jour.

Certain.e.s de ses membres ont accepté de répondre à mes questions. Leur engagement politique, ainsi que leurs rapports au genre, au féminin et au féminisme seront au cœur de cet article.

Selon leur volonté, je précise qu’elles s’exprimeront sous couvert de pseudonymes et que leurs mots ne sont pas forcément ceux du Bloc dans son intégralité.

Q°1

Quelles raisons vous ont poussée à rejoindre le Witch Bloc Paname ? Etiez-vous déjà militant.e « activiste » ?

CATHERINE : Je suis activiste pro-choix depuis un an et demi environ. Le milieu militant commençait à m’agacer à cause de divergences politiques systématiques, la plupart des féministes se révélant soit transphobes, soit putophobes, soit les deux en même temps. Ou bien c’était le jeu du  »qui souffre le plus » avec une hiérarchisation intolérable des luttes et des discriminations. Le WB ne sélectionne pas de cas prioritaires, il m’a permis d’élargir mon champ d’action militante.

ROSE : Je militais depuis un certain temps déjà, mais aucun groupe ne me convenait vraiment : des problématiques effacées au profit d’autres, une recherche du pouvoir par certain.e.s, etc. J’avais hâte de voir émerger en France un groupe inspiré des W.I.T.C.H américaines. J’ai donc assisté à la première réunion du Bloc en vue de préparer la manifestation du 12 septembre, et j’y suis restée. Le WB est le premier groupe avec lequel je suis en accord complètement !

VICTORIA : J’ai entendu parler du WB via l’appel du collectif anarchiste de Paris 7, relayé notamment par Paris Luttes Infos. J’étais déjà militante dans des groupes féministes révolutionnaires, et participais fréquemment aux manifestations dans le cortège de tête, sans être affiliée spécifiquement au Black Bloc. Le WB a répondu à une urgence de former un espace bienveillant et en mixité choisie (sans hommes cis), dans le but de faire converger les luttes féministes et anarchistes. Il est aussi un espace de protection contre les agressions d’hommes dans le milieu militant.

Q°2

Voyez-vous des différences entre les Sorcières françaises et les Witches américaines ? Votre mouvement a-t-il des revendications spécifiques contre Emmanuel Macron et le gouvernement Philippe ?

ROSE : Nous partageons totalement les valeurs des W.I.T.C.H, que ce soit sur les combats menés ou sur la façon de fonctionner. Mais là où elles combattent Trump, nous combattons Macron. Difficile de dire sur quoi nous sommes d’accord avec le gouvernement actuel. On a beaucoup lutté contre le recul des droits des travailleur.se.s, mais toute la politique économique néolibérale portée par ce gouvernement est scandaleuse. Nous nous y opposons fortement, et notamment à la répression policière dont nous sommes victimes lors des manifestations.

VICTORIA : Le WB s’inspire clairement du fonctionnement des Witches américaines. Je ne vois pas vraiment de différence, si ce n’est que le WB émerge du Black Bloc et revendique donc une pensée antifasciste et libertaire. Le WB ne porte aucun espoir quant au gouvernement actuel, et nous luttons contre celui-ci comme nous luttons contre l’Etat oppressif en général.

Q°3

On vous qualifie dans la presse française, de « militantes, féministes et émeutières » : quel(s) rapport(s) entretenez-vous avec la violence ?

CATHERINE : Je suis une pacifiste, mais le féminisme gentil a fait son temps. Ça ne sert à rien de militer en souriant et en s’écrasant devant les oppresseurs, ça leur donne simplement la confirmation que nous leur sommes soumis.e.s. Le WB cherche à être visible pour que l’on parle des sujets qu’il défend, et parfois ça implique de secouer la situation.

ROSE : La violence est un moyen d’action parfaitement légitime. N’oublions pas qu’elle vient d’abord de l’Etat et du capitalisme. La violence militante est une réponse à cela, elle est dirigée vers les institutions (les banques, la police, etc.). Cette violence physique, la casse, porte donc toujours une dimension symbolique, elle n’est jamais gratuite. Et bien qu’elle soit entourée d’une aura viriliste très forte, il est nécessaire que les femmes et les minorités de genre se la réapproprient pour se faire une place dans les espaces de lutte.

VICTORIA : Dans les discours politiques et médiatiques, la violence dénoncée est toujours celle qui vient des opprimé.e.s, elle est toujours de nature physique, mais notre violence n’est pas dirigée contre des individus : elle est une force contestataire qui vise à détruire le système en place. Nous prônons également la misandrie comme moyen de défense pour nommer les coupables : les hommes. Nous assumons totalement ne pas faire confiance aux hommes, puisqu’ils sont tous susceptibles (et tous coupables, d’ailleurs) de comportements sexistes et oppressifs. Enfin, puisque le mouvement est révolutionnaire, il s’agit de reprendre l’espace public, en tant que féministes violentes. Nous voulons montrer que la force et la lutte politique ne sont pas l’apanage des hommes.

Q°4

De quel féminisme vous revendiquez-vous ? En quoi le refus de la mixité est-il primordial ?

CATHERINE : Je revendique un féminisme intersectionnel, donc pro-choix, anti-raciste et qui défend les droits des personnes LGBT+. Refuser la mixité c’est refuser de se faire voler la parole par les non-concernés.

VICTORIA : Nous nous opposons aux mouvements féministes qui tiennent des propos islamophobes, transphobes ou putophobes (Femen, Osez le Féminisme, etc.) car ils échouent à défendre et protéger les femmes et les personnes LGBT+, et font ainsi le jeu du patriarcat. Notre non-mixité est choisie, c’est-à-dire qu’elle inclut les personnes trans et non-binaires, et ne refuse finalement que les hommes cis qui font partie de la classe dominante. De plus, le WB sélectionne ses membres donc nous sommes tou.te.s déjà informé.e.s et politisé.e.s. Le travail pédagogique n’est pas harassant, cela permet d’avancer plus vite et de développer notre autonomie dans les luttes.

Q°5

Comment la sorcière, image d’une féminité dangereuse et inquiétante, interroge-t-elle les idées de sexe biologique et de comportements féminins/masculins ?

CATHERINE : Il n’y a pas de comportements féminins/masculins issus de la biologie. Les hommes ne naissent pas harceleurs misogynes, la société leur fait ça. Étant moi-même une femme transgenre, je n’ai pas un comportement dit « masculin », qui devrait être dicté par ma biologie. La figure de la sorcière n’a rien à voir avec ces foutaises biologiques, c’est une figure sociale qui représente la femme oppressée par le patriarcat, la femme rejetée, effacée des livres d’histoire.

ROSE : La sorcière est l’inverse de ce que l’on attend traditionnellement d’une femme : elle a du pouvoir et elle inspire la peur. Elle représente tou.te.s les exclu.e.s qui ont refusé de se conformer à la norme en vigueur.

VICTORIA : Créature laide et diabolique ou extrêmement sexualisée et séductrice, la sorcière a une image double qui renvoie à toutes les peurs misogynes. S’appeler sorcière est une provocation qui permet de s’emparer de ces connotations en en faisant quelque chose de positif. Nous nous réclamons également de l’héritage des sorcières traquées et brûlées pendant l’Inquisition, détentrices d’un savoir interdit par l’Eglise et figures hors-normes de la société. Dans sa complexité historique, la sorcière défie les normes et la hiérarchie des genres.

Q°6

Quelle importance accordez-vous au costume de sorcière et à l’anonymat ?

CATHERINE : Le costume nous rend visibles et facilement reconnaissables. Il permet aussi de représenter toutes les minorités : simples silhouettes anonymes, nous défendons toutes les communautés oppressées.

ROSE : C’est un symbole fort qui nous montre en bloc indivisible. Nos revendications ne sont pas individualistes, mais à la croisée de toutes les oppressions. De plus, il n’y a pas de leader, nous avançons tou.t.es ensemble et solidaires.

VICTORIA : Malheureusement, le costume est aussi un problème pour l’anonymat, car si l’on ne voit pas nos visages, nous sommes facilement repérables par la police. Il y a un réel danger à être identifiée par la police en manifestation : on peut être fichée, arrêtée pour des motifs obscurs…

Q°7

Pourquoi pensez-vous qu’un WB devait voir le jour au sein du cortège de tête et donc se démarquer du Black Bloc ?

CATHERINE : Je ne faisais pas partie du Black Bloc ; il était une des raisons qui me terrifiaient à l’idée de manifester. A l’heure actuelle, je ne manifeste toujours pas, ou peu, par manque de confiance en moi, mais le WB m’y encourage de plus en plus. En effet, il crée un cordon de sécurité : nous nous serrons les coudes, moralement et physiquement. Cette solidarité de groupe est essentielle.

ROSE : Pas mal de gens n’osaient plus manifester à cause de l’idéologie viriliste et des comportements sexistes du Black Bloc. Le WB s’efforce d’être un espace plus sécurisé afin que les femmes et les minorités de genre ne soient plus mises à l’écart, méprisées voire agressées.

Q°8

Menez-vous des activités hors des manifestations ? Souhaitez-vous nous en dire plus ?

ROSE : Nous commençons à diversifier nos moyens d’action. Récemment, nous avons organisé une soirée de soutien aux inculpé.e.s du Quai de Valmy, avec collecte de fonds et prises de parole. Nous allons bientôt participer à une convention féministe. D’autres idées émergent, notamment dans un but d’information, comme des affichages… C’est en cours !

VICTORIA : Nous nous associons de manière générale à toutes les luttes qui portent nos valeurs. Par exemple, nous avons milité pour la libération de Kara Wild, militante trans condamnée à l’isolement en prison, et qui a été libérée récemment. Le mouvement est encore jeune, mais nous nous réunissons régulièrement, et nous avons de nombreux projets et idées en cours.


A propos Juliette Eyméoud

Doctorante contractuelle à l'Ehess (laboratoire du CRH), sous la direction de Fanny Cosandey, mon sujet de recherche s'intitule "Une parenté incomplète - Célibat et noblesse dans la France d'Ancien Régime". Je travaille sur des notions telles que la parenté, la filiation, l'économie familiale, le genre, la mémoire et le récit de soi, les phénomènes de transgression/adaptabilité/soumission...

Une réflexion au sujet de « Féminisme et militantisme intersectionnel – Rencontre avec le Witch Bloc Paname »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.