Retour d’expérience sur la résidence d’écriture de l’Atelier doctoral Histoire du Genre

3 juin – 7 juin 2019, Saint-Malo

 

Un travail pluriel mais commun

 

  • La préparation de la résidence

 

 A partir d’une expérience commune de recherche en histoire du genre grâce à l’Atelier doctoral organisé depuis plusieurs années à l’EHESS, nous voulions concrétiser, par une production scientifique commune, les réflexions qui en étaient issues. Le temps de l’atelier étant limité et ponctuel, nous avons ressenti la nécessité d’accorder à nos échanges une période plus longue. Le contexte clos de la résidence nous a permis de contourner ces contraintes matérielles et d’avoir des conditions de continuité pour alimenter une réflexion commune autour d’une thématique choisie au préalable.

 La thématique devait permettre de réunir des doctorant.e.s travaillant sur des périodes différentes, aussi bien sur l’histoire du genre, que sur l’histoire des femmes ou des masculinités, ou qui envisageaient le genre comme un outil ponctuel à mobiliser dans leur travail de thèse. Remettre en question l’universel masculin permettait de prendre en compte tous ces éléments et apparaissait une thématique qui, bien que déjà soulignée par l’historiographie, demeure rarement questionnée dans la recherche : comment un référentiel masculin s’est-il construit à travers différents contextes historiques ? À travers quels discours normatifs pouvons-nous le repérer ?  Quelles sources peuvent présenter un discours alternatif ? Quelles sont aussi les formes d’acceptation, de contournement ou de refus de cette norme ?

 Au mois de janvier 2019, nous avons lancé l’appel à participation et nous avons ainsi sélectionné trois candidatures qui étaient non seulement cohérentes avec notre projet mais qui permettaient d’enrichir nos axes de réflexion, de proposer de nouvelles approches et de garantir une homogénéité chronologique.

 Chaque doctorant.e a réfléchi aux interactions entre le thème de la résidence et ses recherches individuelles, avec l’objectif de s’intégrer au thème commun tout en approfondissant des recherches et des analyses personnelles pour sa propre thèse. La première étape était de sélectionner les sources. Chacun.e a ensuite présenté son projet pour la résidence lors d’une réunion préparatoire commune, qui a permis de faire évoluer les propositions de chaque participant.e pour faire émerger des groupes cohérents de travail autour de trois thématiques. Ce travail préparatoire, avec le recul de notre expérience, nous a semblé vraiment essentiel pour que la résidence puisse être efficace. Des impératifs de dernière minute ayant empêché deux personnes de venir, nous avons finalement réaménagé l’organisation en deux groupes.

 

  • Le déroulement de la résidence

 

 Les premières séances ont été consacrées à un travail collectif. La première matinée a commencé avec une session par groupe, afin de poser les problématiques de chaque article et de discuter des sources que chacun.e pourrait mobiliser. L’après-midi a été l’occasion de faire le point en commun sur les directions que commençaient à prendre les articles. Le but de ces échanges était de garantir la cohérence des deux articles, et de les penser conjointement. Nous avons également posé les jalons de l’introduction commune, qui sera rédigée une fois la rédaction de chaque article achevée. 

 Dès le lendemain, nous avons entamé la mise sur pieds des articles : le matin, un temps de travail individuel a permis à chacun.e de réunir précisément les matériaux dont il.elle aurait besoin. L’après-midi, nous nous sommes à nouveau retrouvé.e.s par groupe afin de définir les grands axes de l’argumentation, et de situer dans un plan les apports de contenu des un.e.s et des autres, en sélectionnant les études de cas les plus pertinentes dans les différents champs de recherche.

 Le troisième jour a été consacré à la rédaction de l’article. Même si chaque personne a rédigé avant tout ses propres exemples, dans les sous-parties déjà définies, nous n’avons pas perdu de vue la dimension collective. Le fait d’être dans le même lieu a permis des échanges par sous-groupe au cours de la journée, en cas de doute sur la direction d’une analyse ou sur un manque bibliographique.

 Nous avons ensuite retravaillé par groupe le quatrième jour, afin d’écrire tou.te.s ensemble les introductions et conclusions de sous-partie, ainsi que les transitions entre les grandes parties. L’objectif était de garantir une cohérence à chacun des articles, et de continuer à échanger nos idées sur des analyses précises. Cela a également permis de créer une trame rédigée collectivement, et ainsi d’avoir un canevas précis pour la fin de la production de chaque article.

 Enfin, la dernière matinée de la résidence a été consacrée à un temps de travail collectif, les deux groupes réunis. Nous avons échangé sur l’expérience de la semaine et écrit le bilan de la résidence. Dans un second temps, nous avons repris un dernier moment de travail par groupe afin de finaliser le résumé de chaque article.

 

  • Les bénéfices des résidences d’écriture pour les doctorant.e.s : un apprentissage par les pairs

 

 L’intérêt premier de la résidence est évidemment le dialogue collectif par un prisme commun. Mais ces discussions ont été ponctuées par des échanges de références bibliographiques, de découvertes de sources, de consolidation conceptuelle et de retours extérieurs sur le travail personnel de chaque doctorant.e. Il s’agit d’un moment de décloisonnement des sujets de recherche respectifs.

 La dimension transdisciplinaire de notre groupe a été particulièrement appréciée. Le dialogue entre histoire, philosophie et lettres, a été fructueux. Bien que les objets d’études soient très divers, les terrains très différents, le dialogue par le prisme du genre s’avère toujours pertinent parce que d’abord méthodologique.

 Si la résidence d’écriture permet des échanges de paroles plus libres et plus fréquents, nous avons  également mis à profit les outils numériques de collaboration instantanée. Les plateformes de rédaction collaboratives donnent à la rédaction collective une dimension très concrète. Elles permettent de garder à la fois le dynamisme des discussions orales et la trace écrite, remise en forme à plusieurs, sur le moment ou a posteriori sur un même document qui évolue à plusieurs mains. Ce sont également ces outils qui rendent possible un travail individuel et collectif simultanés.

 Nous sommes désormais persuadé.e.s des bienfaits de telles structures pour la formation des doctorantes et doctorants. La résidence d’écriture est à la fois un espace et un temps d’apprentissage par les pairs particulièrement fructueux. Le quotidien souvent solitaire du doctorat ne donne que peu d’occasions de travailler collectivement. Aux vues de ces avantages, le principe de la résidence d’écriture pourrait s’intégrer pleinement à la formation des doctorant.e.s, aux différentes étapes de leurs thèses, ou ponctuellement pour concrétiser un projet commun et promouvoir de nouvelles formes de co-écriture, guider le travail des doctorant.e.s par des conseils méthodologiques et réduire un possible isolement, notamment pour ceux.celles qui ne bénéficient pas d’un financement et qui ont des difficultés à participer aux activités du laboratoire. Organisées pendant les vacances scolaires ou les mois d’été, la résidence pourrait permettre d’intégrer les doctorant.e.s qui travaillent dans le secondaire ou qui ont de fortes contraintes professionnelles en parallèle. Chaque année, les doctorant.e.s pourraient accéder à ces temps de travail, de formation et de sociabilité universitaire. Dès la première année de thèse, une résidence pourrait permettre à des doctorant.e.s ayant des approches thématiques ou méthodologiques communes de faire connaissance, de partager des références historiographiques ou discuter des difficultés et des outils nécessaires pour les recherches en archives. En deuxième année, la résidence permettrait de rédiger des articles communs pour promouvoir les travaux des doctorant.e.s et partager différentes approches d’analyses des sources. Enfin en troisième ou quatrième année, une résidence permettrait d’aborder la question de la rédaction de la thèse pour aborder cette étape critique qui peut parfois provoquer des blocages, dans un environnement serein où le partage des difficultés de chacun.e peut dédramatiser cette expérience.

 

Les participant.e.s à la résidence

  • Laura BALZER, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – EHESS-CRH, “Virilités et masculinités militaires : les enjeux du genre dans les armées françaises, seconde modernité (mi XVIIe siècle – fin XVIIIe siècle)”.
  • Claire-Lise GAILLARD, Université Panthéon Sorbonne, “Agence et annonces matrimoniales : le marché de la rencontre du XIXe au XXe siècle”.
  • Marion PHILIP, Sorbonne Université – EHESS-CRH, “Sexualité et Masculinités à Paris, 1600-1750”.
  • Emmanuel RE, EHESS-GRIHL-CRH, Université Paris-Sorbonne-EUR’ORBEM, “La performativité de l’écrit littéraire – Une étude sur la littérature en tant que réalisation de l’expérience homosexuelle au tournant du XXème siècle : le cas russe et français”.
  • Suzanne ROCHEFORT, EHESS -CRH, “Travailler sur le devant de la scène : le métier de comédien/ne à Paris dans le second XVIIIe siècle”.
  • Eliza TOLEDO, COC-Fiocruz (Rio de Janeiro)/Cermes 3, “La circulation et l’application de la psychochirurgie à l’hôpital psychiatrique Juquery (São Paulo/Brésil) : une question de genre (1936-1956) ».
  • Sofia ZUCCOLI, Université Paris-Est Créteil – LIS, “Lire le corps de la femme. Paradoxes, continuités et ruptures épistémologiques dans la médecine de la Renaissance

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search