Archives pour la catégorie Deux, trois mots sur …

La liberté d’importuner. Petit retour historique sur la portée politique de la confusion entre séduction et violence sexuelle.

L’affaire Harvey Weinstein a profondément marqué le milieu du cinéma et bien au-delà. Les plaintes de plus d’une vingtaine de femmes pour harcèlement sexuel, agression sexuelle ou viol contre ce puissant producteur, ont incité les actrices à se mobiliser. Le mouvement #metoo, lancé par Alyssa Milano en octobre 2017 ou sa version française #balancetonporc, suivi plus récemment du hashtag #timesup aux Golden Globes, marque une mobilisation sans précédent d’actrices contre le harcèlement et les violences sexuelles. Cette initiative a permis de libérer la parole féminine, d’inciter des victimes d’agression sexuelle à porter plainte. Alors qu’en octobre 2017 les profils facebook féminins se couvrent de récits d’agressions sexuelles (la plupart du temps anonymés), et témoignent de l’ampleur du harcèlement sexuel quotidien que subissent les femmes, dans la rue, dans les transports en commun par des hommes qu’elles croisent, ou au travail par leurs collègues ou supérieurs. Cette affaire a suscité un intense débat médiatique, politique mais aussi juridique dont la force se maintient jusqu’en ce début d’année 2018[1].

Pourtant des voix s’élèvent parallèlement à ce mouvement #metoo, dès octobre 2017, alimentées par la couverture médiatique, dénonçant un féminisme contre les hommes, un acharnement des femmes contre la drague, contre les blagues à caractère sexuel et avertissant contre le retour d’une forme de puritanisme. Les commentateurs insistent sur la présomption d’innocence, et mettent en garde contre les fausses accusations féminines. L’irréductible mythe de l’ « l’ascenseur » fait alors surface. De quoi s’agit-il ? Cet argument journalistique a pour origine une blague cherchant à ridiculiser les féministes américaines, selon le site de slate.fr : « Une certaine Mrs. Scott, autorité du féminisme américain qu’il est impossible de croiser dans l’ascenseur sans en sortir coupable ». Ce qui laisse douter de la réelle connaissance de ce journaliste des écrits de Joan Scott (je vous invite à écouter sa conférence à Paris VIII, que nous avons mis en ligne sur notre site, pour vous rendre compte de l’incroyable « menace » que constitue Mme Scott … !). La Tribune, L’Entreprise.com, ou Le Monde, ont relayé cette idée qu’il serait dangereux pour un homme de monter seul dans un ascenseur avec une femme aux Etats-Unis, ou de fermer la porte de son bureau lorsqu’on y est seul avec une collègue, sous peine d’en être accusé d’agression sexuelle, ou de viol. La gente masculine devient victime de la libération de la parole féminine. Ainsi naît l’hashtag #NotAllMen, qui rappelle aux femmes que tous les hommes ne sont pas des violeurs en puissance.

Les fausses accusations existent bel et bien, mais il est intéressant de constater que ce phénomène qui reste rare, soit placé au cœur du débat, contribuant par la même occasion à décrédibiliser la parole féminine[2]. Rappelons, que seulement 10% des victimes d’agressions sexuelles ou de viol portent plainte, que les chefs d’accusations sont régulièrement requalifiés : d’un viol, on passe à une agression sexuelle, ou une atteinte sexuelle. Et pour finir 70% des plaintes pour viol déposées sont classées sans suite, et nous ne parlons pas des délais de prescription qui empêchent certaines femmes de poursuivre leur violeur après un délai de 10 ans en France.

Le 9 janvier dernier, une centaine de femmes livrent une tribune au Monde, intitulée « Nous défendons la liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle ». Parmi les rédactrices, l’écrivaine Catherine Millet, la psychologue et psychanalyste Sarah Chiche, parmi les signataires, l’actrice Catherine Deneuve ou encore l’actrice et chanteuse Ingrid Caven … Ce texte attaque le mouvement #metoo, en dénonçant un féminisme puritain et castrateur, « une haine des hommes et de la sexualité », qui ferait de gestes et de mots appartenant au registre de la séduction, une agression sexuelle ou sexiste. Elles tiennent à ce que les hommes puissent continuer à avoir la « liberté d’importuner » les femmes : c’est-à-dire continuer à « touch[er] un genou, tent[er]  de voler un baiser, parl[er]  de choses « intimes » lors d’un dîner professionnel ou d’(…)envoy[er]  des messages à connotation sexuelle à une femme chez qui l’attirance n’était pas réciproque ». Elles considèrent que la mobilisation des femmes sur les réseaux sociaux a contribué à les réduire à leur corps, et à leur rôle de proie, alors que les hommes seraient réduits à celui de prédateur. Quelques lignes plus loin, elles se « disent [pourtant] suffisamment averties pour admettre que la pulsion sexuelle est par nature offensive et sauvage », et associent tout au long de leur texte la séduction masculine à cette notion d’offensive, et la sexualité féminine à la passivité : « jouir d’être l’objet sexuel d’un homme ».

Or c’est ignorer grassement les résultats que la recherche en sciences sociales nous a livré depuis les années 1960. En effet, les travaux d’historiens, d’anthropologues et de sociologues montrent que l’idée d’une sexualité humaine régie par ce qui serait « une loi de la nature » impulsive par essence est à remettre en question. Comme nous le dit Michel Bozon, dans sa Sociologie de la Sexualité, « contrairement aux espèces animales, les humains ne savent plus se comporter sexuellement par instinct »[3]. La sexualité est donc une construction culturelle, déterminée par l’expérience, l’éducation, les relations sociales[4]. C’est aussi ignorer la complexité de la sexualité masculine qui n’est pas que violence, domination, volonté de soumettre, ni misère sexuelle. Continuer la lecture de La liberté d’importuner. Petit retour historique sur la portée politique de la confusion entre séduction et violence sexuelle. 

Féminisme et militantisme intersectionnel – Rencontre avec le Witch Bloc Paname

En réaction à l’élection de Donald Trump, des féministes de Portland (Oregon) ont créé la surprise, au mois de mai 2016, en ressuscitant un mouvement new-yorkais de la fin des années 1960 : la Women’s International Terrorist Conspiracy from Hell (W.I.T.C.H). Arborant capes et chapeaux pointus, elles ont défilé dans les rues au son de slogans inspirés de leur manifeste, dont les valeurs sont les suivantes :

Anti-racisme / Anti-fascisme / Anti-patriarcat / Droits des indigènes / Reconnaissance du genre / Auto-détermination / Libération des femmes / Libération des trans / Anti-culture du viol / Droits à la reproduction / Soutien aux travailleur.se.s du sexe / Droits des LGBTQ+ / Protection de l’environnement / Liberté religieuse / Droits des émigrés / Anti-guerre / Anti-capitalisme / Droits des handicapés / Respect de la vie privée / Droits des travailleur.se.s

A la suite de ce mouvement, le Comité Anarchiste de l’Université Paris 7 a invité les Parisien.ne.s à s’emparer du symbole de la sorcière lors de la manifestation du 12 septembre 2017, contre les ordonnances Macron et la Loi Travail XXL. C’est ainsi que le Witch Bloc Paname a vu le jour.

Certain.e.s de ses membres ont accepté de répondre à mes questions. Leur engagement politique, ainsi que leurs rapports au genre, au féminin et au féminisme seront au cœur de cet article.

Selon leur volonté, je précise qu’elles s’exprimeront sous couvert de pseudonymes et que leurs mots ne sont pas forcément ceux du Bloc dans son intégralité.

Q°1

Quelles raisons vous ont poussée à rejoindre le Witch Bloc Paname ? Etiez-vous déjà militant.e « activiste » ?

CATHERINE : Je suis activiste pro-choix depuis un an et demi environ. Le milieu militant commençait à m’agacer à cause de divergences politiques systématiques, la plupart des féministes se révélant soit transphobes, soit putophobes, soit les deux en même temps. Ou bien c’était le jeu du  »qui souffre le plus » avec une hiérarchisation intolérable des luttes et des discriminations. Le WB ne sélectionne pas de cas prioritaires, il m’a permis d’élargir mon champ d’action militante.

ROSE : Je militais depuis un certain temps déjà, mais aucun groupe ne me convenait vraiment : des problématiques effacées au profit d’autres, une recherche du pouvoir par certain.e.s, etc. J’avais hâte de voir émerger en France un groupe inspiré des W.I.T.C.H américaines. J’ai donc assisté à la première réunion du Bloc en vue de préparer la manifestation du 12 septembre, et j’y suis restée. Le WB est le premier groupe avec lequel je suis en accord complètement !

VICTORIA : J’ai entendu parler du WB via l’appel du collectif anarchiste de Paris 7, relayé notamment par Paris Luttes Infos. J’étais déjà militante dans des groupes féministes révolutionnaires, et participais fréquemment aux manifestations dans le cortège de tête, sans être affiliée spécifiquement au Black Bloc. Le WB a répondu à une urgence de former un espace bienveillant et en mixité choisie (sans hommes cis), dans le but de faire converger les luttes féministes et anarchistes. Il est aussi un espace de protection contre les agressions d’hommes dans le milieu militant. Continuer la lecture de Féminisme et militantisme intersectionnel – Rencontre avec le Witch Bloc Paname 

A propos de la Bibliothèque Marguerite Durand

Hier à 14h s’est tenue une manifestation de soutien à la Bibliothèque Marguerite Durand. Cette bibliothèque réunit un fond important de documents d’histoire des femmes et d’histoire du féminisme.  Elle partage depuis 1989 les locaux de la médiathèque Jean-Pierre Melville. Mais à l’occasion de travaux à venir dans cette dernière le déménagement de la collection Marguerite Durand a été annoncé et c’est la BHVP (Bibliothèque historique de la ville de Paris) qui devrait accueillir le fond.

Pourtant en léguant son propre fond de documentation à la mairie de Paris en 1932 Marguerite Durand souhaitait que la Mairie ouvre le premier « office de documentation féministe » et s’engage à l’entretenir. Le déménagement vers la BHVP suppose qu’une majorité des fonds ne seraient pas stockés sur place mais dans un entrepôt parisien, une gestion matérielle qui entrainerait des délais de communication de 24 à 48h. Tout.e.s habitué.e.s des bibliothèques savent combien les questions de communicabilité jouent sur l’utilisation de ce type de documents. Plus un document est accessible plus il est utilisé. Il faut également souligner le risque de l’invisibilisation de ce fond spécifique à l’histoire des femmes dans ce mouvement de fusion alors même que tout le travail des historien.e.s sur ces questions vise à sortir les femmes de l’invisibilité. Un paradoxe assez flagrant pour être souligné.

Les différentes formes de manifestations auprès de la mairie de Paris restent pour l’instant sans appel.

Pour signer la pétition c’est ici :  

Pour écouter Christine Bard à propos de la BMD c’est ici :