Archives mensuelles : février 2018

La liberté d’importuner. Petit retour historique sur la portée politique de la confusion entre séduction et violence sexuelle.

L’affaire Harvey Weinstein a profondément marqué le milieu du cinéma et bien au-delà. Les plaintes de plus d’une vingtaine de femmes pour harcèlement sexuel, agression sexuelle ou viol contre ce puissant producteur, ont incité les actrices à se mobiliser. Le mouvement #metoo, lancé par Alyssa Milano en octobre 2017 ou sa version française #balancetonporc, suivi plus récemment du hashtag #timesup aux Golden Globes, marque une mobilisation sans précédent d’actrices contre le harcèlement et les violences sexuelles. Cette initiative a permis de libérer la parole féminine, d’inciter des victimes d’agression sexuelle à porter plainte. Alors qu’en octobre 2017 les profils facebook féminins se couvrent de récits d’agressions sexuelles (la plupart du temps anonymés), et témoignent de l’ampleur du harcèlement sexuel quotidien que subissent les femmes, dans la rue, dans les transports en commun par des hommes qu’elles croisent, ou au travail par leurs collègues ou supérieurs. Cette affaire a suscité un intense débat médiatique, politique mais aussi juridique dont la force se maintient jusqu’en ce début d’année 2018[1].

Pourtant des voix s’élèvent parallèlement à ce mouvement #metoo, dès octobre 2017, alimentées par la couverture médiatique, dénonçant un féminisme contre les hommes, un acharnement des femmes contre la drague, contre les blagues à caractère sexuel et avertissant contre le retour d’une forme de puritanisme. Les commentateurs insistent sur la présomption d’innocence, et mettent en garde contre les fausses accusations féminines. L’irréductible mythe de l’ « l’ascenseur » fait alors surface. De quoi s’agit-il ? Cet argument journalistique a pour origine une blague cherchant à ridiculiser les féministes américaines, selon le site de slate.fr : « Une certaine Mrs. Scott, autorité du féminisme américain qu’il est impossible de croiser dans l’ascenseur sans en sortir coupable ». Ce qui laisse douter de la réelle connaissance de ce journaliste des écrits de Joan Scott (je vous invite à écouter sa conférence à Paris VIII, que nous avons mis en ligne sur notre site, pour vous rendre compte de l’incroyable « menace » que constitue Mme Scott … !). La Tribune, L’Entreprise.com, ou Le Monde, ont relayé cette idée qu’il serait dangereux pour un homme de monter seul dans un ascenseur avec une femme aux Etats-Unis, ou de fermer la porte de son bureau lorsqu’on y est seul avec une collègue, sous peine d’en être accusé d’agression sexuelle, ou de viol. La gente masculine devient victime de la libération de la parole féminine. Ainsi naît l’hashtag #NotAllMen, qui rappelle aux femmes que tous les hommes ne sont pas des violeurs en puissance.

Les fausses accusations existent bel et bien, mais il est intéressant de constater que ce phénomène qui reste rare, soit placé au cœur du débat, contribuant par la même occasion à décrédibiliser la parole féminine[2]. Rappelons, que seulement 10% des victimes d’agressions sexuelles ou de viol portent plainte, que les chefs d’accusations sont régulièrement requalifiés : d’un viol, on passe à une agression sexuelle, ou une atteinte sexuelle. Et pour finir 70% des plaintes pour viol déposées sont classées sans suite, et nous ne parlons pas des délais de prescription qui empêchent certaines femmes de poursuivre leur violeur après un délai de 10 ans en France.

Le 9 janvier dernier, une centaine de femmes livrent une tribune au Monde, intitulée « Nous défendons la liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle ». Parmi les rédactrices, l’écrivaine Catherine Millet, la psychologue et psychanalyste Sarah Chiche, parmi les signataires, l’actrice Catherine Deneuve ou encore l’actrice et chanteuse Ingrid Caven … Ce texte attaque le mouvement #metoo, en dénonçant un féminisme puritain et castrateur, « une haine des hommes et de la sexualité », qui ferait de gestes et de mots appartenant au registre de la séduction, une agression sexuelle ou sexiste. Elles tiennent à ce que les hommes puissent continuer à avoir la « liberté d’importuner » les femmes : c’est-à-dire continuer à « touch[er] un genou, tent[er]  de voler un baiser, parl[er]  de choses « intimes » lors d’un dîner professionnel ou d’(…)envoy[er]  des messages à connotation sexuelle à une femme chez qui l’attirance n’était pas réciproque ». Elles considèrent que la mobilisation des femmes sur les réseaux sociaux a contribué à les réduire à leur corps, et à leur rôle de proie, alors que les hommes seraient réduits à celui de prédateur. Quelques lignes plus loin, elles se « disent [pourtant] suffisamment averties pour admettre que la pulsion sexuelle est par nature offensive et sauvage », et associent tout au long de leur texte la séduction masculine à cette notion d’offensive, et la sexualité féminine à la passivité : « jouir d’être l’objet sexuel d’un homme ».

Or c’est ignorer grassement les résultats que la recherche en sciences sociales nous a livré depuis les années 1960. En effet, les travaux d’historiens, d’anthropologues et de sociologues montrent que l’idée d’une sexualité humaine régie par ce qui serait « une loi de la nature » impulsive par essence est à remettre en question. Comme nous le dit Michel Bozon, dans sa Sociologie de la Sexualité, « contrairement aux espèces animales, les humains ne savent plus se comporter sexuellement par instinct »[3]. La sexualité est donc une construction culturelle, déterminée par l’expérience, l’éducation, les relations sociales[4]. C’est aussi ignorer la complexité de la sexualité masculine qui n’est pas que violence, domination, volonté de soumettre, ni misère sexuelle. Continuer la lecture de La liberté d’importuner. Petit retour historique sur la portée politique de la confusion entre séduction et violence sexuelle.