Membres

Ce carnet se veut le support de travail de l’atelier doctoral « Études de genre », un atelier de doctorants transdisciplinaire qui se propose d’interroger le concept de « genre », qui demande un intense travail de réflexion théorique et de conceptualisation.

  • Laura Balzer

Sujet de Thèse : « Virilités et masculinités militaires : les enjeux du genre dans les armées françaises, seconde modernité (mi XVIIe siècle – fin XVIIIe siècle) ».

Thème de recherche : L’objectif de cette thèse est de comprendre comment l’institution militaire, dès la seconde moitié du XVIIIe siècle et en particulier pendant la Révolution française, devient un lieu de sociabilité masculine et modifie les relations entre les sexes. En effet, au XVIIIe siècle,  l’armée devient une communauté de plus en plus masculine, où  les hommes partagent, certes, une même identité professionnelle, mais qui n’est pas exempte de tensions sociales et hiérarchiques. Cependant, la Révolution française, bouleverse les structures militaires. La défense de la patrie, est dévolue aux hommes, égaux devant la citoyenneté, alors que les femmes sont exclues de ces deux domaines. A travers des sources de différentes natures, nous cherchons à comprendre comment s’organisent les relations entre hommes, au sein de cette société militaire, autant que les représentations masculines qu’elle génère.

Doctorante contractuelle à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (IHMC) et co-direction à l’EHESS (CRH Genre).

Mail : laura.balzer21@gmail.com

  • Anouk Durand-Cavallino

Sujet de thèse : le lesbianisme en France aux XVIIIe et XIXe siècles sous la direction de Sylvie Steinberg (EHESS) et Gabrielle Houbre (Université de Paris)

Thème de recherche : Cette recherche vise à étudier aussi bien les représentations du lesbianisme que les pratiques lesbiennes. À partir d’un corpus de sources très diverses, aussi bien médicales que juridiques, judiciaires, artistiques, ou même littéraires, l’objectif est de proposer un aperçu de la réalité du lesbianisme à cette période. Cela comprendra la nature de la répression du lesbianisme, la médicalisation des corps lesbiens, la question de l’existence ou non de pratiques sociales lesbiennes, et la possibilité de se penser comme lesbienne à cette période.

Doctorante contractuelle à l’EHESS (CRH)

Mail : anouk.durand@ehess.fr

  • Juliette Eyméoud

Sujet de thèse :  “Le célibat dans la noblesse française d’Ancien Régime”, sous la direction de Fanny Cosandey, EHESS. Soutenue le 15 décembre 2020.

Thème de recherches : Ce travail porte sur les individus nobles voués au célibat par leur famille pour des raisons économiques, mais également selon des politiques de prestige. Le XVIIe siècle voit émerger le célibat comme un phénomène démographique qui concerne environ la moitié des hommes et des femmes né·e·s dans le second ordre. Il donne notamment naissance au célibat féminin laïque, en la personne des “filles majeures, usant et jouissant de leurs droits”. Cette force numérique (hommes et femmes, laïc·ques et religieux·euses) nous indique qu’il s’agit bien d’un système mis en place par des lignages nobles qui tentent alors de protéger leurs patrimoines et de se distinguer par des alliances strictement endogames. Les célibataires jouent également un rôle positif dans la conservation des biens et dans leur redistribution, ils sont des passeurs. Loin d’être stigmatisés, ils sont, au contraire, parfaitement intégrés à leur parentèle. De plus, le célibat ecclésiastique offre des bénéfices qu’il s’agit de conserver, quitte à recréer des célibataires de génération en génération. Cela vaut aussi bien pour des “lignes” masculines (abbés et évêques) que pour des “lignes” féminines, la qualité d’abbesse faisant également l’objet de transmission népotique. Ainsi, ce travail de thèse tend à démontrer que le mariage n’est pas le statut suprême de cette société d’Ancien Régime. Cela doit permettre de nuancer l’idée d’un sacrifice de la part d’individus privés de ce lien et privés de descendance légitime. Plus largement, cela doit permettre de questionner la naissance de l’image négative du célibat que nous conservons encore aujourd’hui. Cette image, organisée autour des archétypes de la vieille fille et du vieux garçon (que l’on doit au XVIIIe siècle), est un héritage des Lumières et de la Révolution, de leurs inquiétudes natalistes et de leurs velléités familialistes.

Docteure en histoire moderne, rattachée au laboratoire du CRH – Ehess.

Mail : eymeoudjuliette@gmail.com

  • Ruby Faure 

Sujet de thèse : “Pour une généalogie coloniale des catégories sexuelles européennes (1869 et 1912)”, sous la direction de Marie-Dominique Garnier et Guillaume Sibertin-Blanc.

Thème de recherche : Ce projet de recherche s’intéresse au dispositif moderne/colonial de la sexualité tel qu’il émerge dans les formations impériales européennes – et plus spécifiquement en France – dans la seconde partie du 19e siècle et au début du 20e siècle ; en proposant une généalogie des connexions intimes entre l’émergence des perversions sexuelles en Europe et l’expérience coloniale. Il s’agit de penser les liens encore peu explorés entre la prolifération des discours sur la sexualité en Europe et les politiques de racialisation solidaires de l’expansion impérialiste. Ce travail prend appui sur une analyse épistémologique des savoirs médicaux déployés au sein de l’Empire français, mais aussi sur une lecture de la colonialité des narrations élaborées par les déviant.e.s du genre et de la sexualité.

Doctorant.e au LEGS, Paris 8 et Université Paris Lumières.

Contact : faure.ruby@gmail.com

  • Claire-Lise Gaillard

Sujet de thèse : “Agences et annonces matrimoniales, une histoire du marché de la rencontre XIXe – XXe siècle.” Sous la direction de Dominique Kalifa

Thème de recherches : Marché de la rencontre du milieu du XIXe siècle au milieu du XXe siècle (marieuses, agences matrimoniales, petites annonces de rencontre). Le courtage matrimonial se professionnalise au fil du XIXe jusqu’à s’imposer comme un élément du paysage médiatique de la France contemporaine. L’objectif est à la fois d’étudier difficile structuration de cette profession, sa foisonnante production médiatique (les journaux matrimoniaux), et sa clientèle au travers des différents portraits d’anonymes que sont les petites annonces.

Doctorante contractuelle à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Centre d’Histoire du XIXe siècle.

Mail : Claire-Lise.Gaillard@univ-paris1.fr

  • Romain Jaouen

Sujet de Thèse : « Pratiques et contrôle de la sexualité entre hommes en France des années 1920 aux années 1980 » sous la direction de Claire-Andrieu et de Elissa Mailänder

Thèmes de recherche

Ma thèse explore les conditions d’encadrement de la sexualité homosexuelle masculine dans un large milieu du XXe siècle en France, et plus particulièrement sur le territoire parisien. Suivant une chronologie originale en Europe, la France se dote d’une première législation pénale visant l’homosexualité comme problème en 1942, à travers l’interdiction des rapports avec tout mineur de 21 ans de son propre sexe. Cette interdiction perdure jusqu’en 1982, complétée par diverses régulations locales et législations nationales, la plus célèbre en 1960 (amendement Mirguet). Cette évolution du discours juridique, précédée dès l’entre-deux-guerres par l’action des services de police (particulièrement à Paris) et par des demandes d’évolution du droit, donne aux institutions publiques des moyens de contrôle nouveau pour appréhender les pratiques et les sociabilités homosexuelles. La mise en œuvre d’un contrôle pénal des mœurs autour de l’objet « homosexualité » constitue l’objet de cette thèse, qui cherche à questionner la consistance, l’autonomie et les contours de cet objet pour les institutions concernées que sont la police et la justice. Sans souscrire au récit d’une rupture nette en 1942 suite à l’évolution de la lettre du droit, ni d’une répression massive de l’homosexualité après-guerre, mon travail met également en avant le rôle significatif du contrôle de la sexualité dans l’expérience vécue de l’homosexualité masculine à Paris (l’homosexualité féminine échappant pour l’essentiel à ce contrôle). La surveillance de la sexualité par la préfecture de police de Paris et les procédures judiciaires pour « délit d’homosexualité » et « outrage public à la pudeur » révèlent en effet l’importance de la contrainte pénale dans la construction des pratiques et des modes de vie homosexuels dans le cadre spécifique de la métropole parisienne. Les parcours judiciaires des hommes interpellés montrent quant à eux diverses stratégies de résistance au regard du pouvoir, et une pluralité de modes d’insertion des relations intimes entre hommes dans la vie quotidienne. L’analyse des trajectoires des acteurs souligne enfin la grande variabilité des effets du contrôle, et montre les rapports ambigus qu’entretient la contrainte pénale avec d’autres formes de contrainte sociale pesant sur les sexualités stigmatisées. Ainsi, la thèse propose une réflexion sur l’expérience sociale et le vécu de la marginalité sexuelle, à l’aune des rapports entre droit et mœurs.

Doctorant au Centre d’histoire de Sciences Po (CHSP)

Mail : romain.jaouen@sciencespo.fr 

  • Camille-Victoire Laruelle

Sujet de Thèse : « Génération de Gardes Rouges féminins : genre et sexualité pendant la décennie de la Révolution culturelle chinoise (1966-1976) » sous la direction de Xiao-Hong Xiao-Planes (INALCO).

Thème de recherche : Cette thèse s’articule autour de deux axes de recherche, le système social et idéologique de la Révolution Culturelle chinoise (1966-1976) et l’histoire du genre du Xxeme siècle chinois. Son objectif est d’éclairer les relations théoriques et réelles qui se sont établies au cours de l’histoire du Parti Communiste Chinois entre un discours idéologique sexuel très normatif et les pratiques privées quotidiennes féminines. En alliant divers champs disciplinaires (histoire, sociologie, médecine, psychologie…), cette étude permet de revenir sur le vécu sexuel, maternel et amoureux de femmes dans un contexte social ambigu et mouvant. Les contradictions apparentes entre les velléités égalitaristes du Parti, la subordination du genre à la classe en tant que norme sociale, l’appel politique à l ‘ « asexualisation » de la jeunesse et les résiliences de certaines normes féminines traditionnelles seront autant de points abordés. Enfin, cette thèse se fonde, entre autres, sur des témoignages écrits et oraux d’anciennes Jeunes Instruites et Gardes Rouges, des enquêtes sociologiques menées par d’éminents sexologues chinois et des sources officielles recueillies dans les archives municipales de Shanghai.

Doctorante non-contractuelle à l’Université de l’INALCO en « Histoire, société et civilisations »

Mail : camillevictoirelaruelle@outlook.fr

  • Elise Leménager – Bertrand

Thème de recherches : Théâtralisation du cri dans les arts de la représentation du XXe siècle. Basculement des enjeux esthétiques aux enjeux politiques et civilisationnels. (Paris 3 Sorbonne Nouvelle)

  • Théo Millot

Sujet de thèse : « Proxénètes et proxénétisme en France dans la première partie du XXe siècle : acteurs, réseaux, représentations », sous la direction de Dominique Kalifa (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Thème de recherche  : Ce projet est envisagé selon une double approche. La première, à dimension prosopographique, entend étudier un groupe social hétérogène composé d’hommes et de femmes connus ou suspectés pour avoir favorisé la prostitution d’autrui. Sera retenue comme proxénète toute personne ayant servi, sciemment et lucrativement, d’intermédiaire entre la prostituée et la clientèle, que cela soit dans l’organisation, le recrutement, l’hébergement, ou la circulation de la prostitution. La seconde approche replace le proxénétisme, et le groupe social qui le pratique, dans un contexte de criminalisation de l’activité. Il s’agit d’étudier un ensemble de pratiques et d’activités confrontées au rejet croissant du reste du corps social. Cette criminalisation du proxénétisme est initiée par des discours abolitionnistes. D’abord réservés à des cercles militants et associatifs, les mots et les thèmes de l’abolitionnisme investissent les médias, à partir des scandales répétés de « traite des blanches », mais aussi les autorités en charge de la réglementation, alors en proie aux critiques. La surveillance constante de la prostitution laisse derrière elle des sources larges et diverses (administrations, autorités sanitaires, polices), tout comme la lutte judiciaire contre le proxénétisme (brigades régionales de police mobile, dossiers de procédure des tribunaux) où la parole des acteurs est souvent retrouvée.

Doctorant contractuel à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Mail : theomillot@hotmail.fr

  • Pauline Mortas

Sujet de thèse : « Sexualités contrariées. Le couple à l’épreuve des problèmes sexuels (France, 1850s-1930s) », sous la direction de Dominique Kalifa (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et de Sylvie Chaperon (Université Toulouse Jean-Jaurès). 

Thème de recherche : Ma thèse porte sur l’émergence d’un marché de biens et de services consacré à l’hétérosexualité ordinaire en France entre les années 1850 et les années 1930. Il peut s’agir de consultations, de remèdes ou d’appareils destinés à lutter contre des problèmes sexuels tels que l’impuissance, la frigidité ou encore le vaginisme ; mais également de produits, dispositifs et méthodes anticonceptionnels (préservatifs masculins ou féminins, pessaires, spermicides, remèdes agissant sur les règles, calendrier périodique, etc.) et, plus largement, de publications diverses (vulgarisation médicale, brochures informatives, manuels conjugaux). Il s’agira de s’intéresser à l’histoire matérielle des produits vendus, mais aussi aux formes de ce marché (consultations, vente en magasin ou par correspondance), à ses acteurs et actrices (médecins, pharmaciens, charlatans, mais aussi fabricants de caoutchouc, éditeurs et libraires, etc.) et aux stratégies auxquelles ils et elles ont recours (publicité dans la presse, envoi de catalogues à domicile, clandestinité, etc.). Cette thèse voudrait donc contribuer à l’histoire de l’hétérosexualité ordinaire et du couple, en s’intéressant au développement d’un marché de biens et services qui se structure autour d’elle et contribue à la transformer.

Mail : pauline.mortas@gmail.com

 

  •  Marion Philip

Sujet de la thèse  : “Sexualité et Masculinités à Paris, 1600-1750”, sous la co-direction de François-Joseph Ruggiu (Sorbonne Université) et de Sylvie Steinberg (EHESS).

Titre de la thèse : “La sexualité légitime comme privilège. Masculinités parisiennes à l’époque moderne (1600-1750)” 

Résumé de la thèse : La Réforme catholique a marqué le XVIIe siècle par sa promotion du sacrement du mariage. L’État mène une politique parallèle d’encadrement de la sexualité et du mariage garantissant l’autorité paternelle sur le destin matrimonial de ses dépendants. À l’austérité de ce siècle s’oppose la « libération sexuelle » du XVIIIe siècle, dont profitent majoritairement les hommes. La sexualité s’échappe progressivement des contraintes morales qui faisaient du mariage le seul lieu légitime de la sexualité. Ces évolutions ont façonné le rapport des hommes à la sexualité entre 1600-1750. Cette enquête permet de préciser cette chronologie. Elle prend appui principalement sur les archives de l’officialité diocésaine de Paris, qui documentent la sexualité de Parisiens issus de catégories sociales diverses : de clercs et de laïcs, de célibataires et d’hommes mariés. Ce corpus a été confronté à un ensemble de textes médicaux, moraux et juridiques, d’œuvres pornographiques, de chansons, de proverbes et d’iconographie. Trois axes guident cette étude. Elle montre d’abord que le mariage est un modèle attractif au XVIIe siècle, notamment parce qu’il permet d’accéder à une sexualité légitime qui n’entame pas les chances de salut, mais dont l’accès est de plus en plus contrôlé par des figures patriarcales (père, maître et capitaine). Elle analyse ensuite la fragilité des masculinités maritales, dont la puissance domestique est indexée à l’exercice d’une conduite sexuelle exemplaire. Elle décrit enfin le rapport qu’entretiennent les hommes célibataires, laïcs et ecclésiastiques, à la sexualité illégitime, ce qu’elle dit de leur relation aux femmes, mais aussi aux autres hommes.

Docteure de Sorbonne-Université, thèse menée en co-direction à l’EHESS. Centre Roland Mousnier (ED 0188 / UMR 8596). CRH – Histoire du Genre.

Mail : marion.philip2@gmail.com 

 

  •  Blanche Plaquevent

Sujet de thèse : “Inventing the French Sexual Revolution (1945-1970)”, soutenue à l’Université de Bristol en 2021.
 
Thèmes de recherche : Mon travail de thèse visait à montrer que l’idée que le privé est politique a émergé en France avant les années 1970 et l’émergence du MLF et des mouvements LGBTQ. Ma thèse démontre l’existence d’un réseau d’intellectuel.les, de féministes, de militant.es, et d’expert.es sur la sexualité aujourd’hui largement oublié.es qui ont progressivement défendu l’idée que la sexualité était une question révolutionnaire entre 1945 et 1970. Ce travail m’a mené à me concentrer sur trois moments clés de l’histoire contemporaine : l’après-guerre – notamment la manière dont la mémoire de la guerre et du nazisme a structuré les discussions sur la sexualité jusqu’au début des années 1950 –, la guerre froide, et les mouvements sociaux de la deuxième partie des années 1960, en particulier les mouvements étudiants. Je suis actuellement en train de terminer l’écriture du manuscrit du livre tiré de ma thèse intitulé When the Personal Became Political : The Invention of the French Sexual Revolution (1945-1970).
Mon projet de post-doctorat vise à réfléchir aux usages publics de l’histoire des sexualités, notamment pour la promotion de la santé sexuelle. Je pars du constat que malgré les riches développements de la recherche académique en histoire des sexualités, celle-ci peine à avoir un impact hors de ce champ spécifique. L’histoire des sexualités a notamment à peine atteint les sphères médicales, malgré l’importance des enjeux de santé sexuelle dans le soin et malgré l’émergence d’une compréhension plus holistique et moins bio-médicale de la santé sexuelle. Cela est d’autant plus regrettable qu’il existe depuis 1992 une obligation d’éduquer les étudiant.es en médecine aux sciences humaines et sociales. Cette directive nationale s’est notamment traduite par le développement d’enseignements d’histoire de la médecine et de sociologie de la relation patient-médecin, mais ces enseignements demeurent inégaux selon les facultés de médecine. Mon projet de post-doctorat réalisé au sein de l’unité de recherche sur la santé et les droits sexuels et reproductifs de l’INED vise à dresser un état des lieux des liens existants entre études médicales, histoire des sexualités et sociologie du genre à travers une recherche de terrain et des entretiens, et de réfléchir à la manière dont cette intégration pourrait être poussée plus loin.
 
Post-doctorante à l’INED (UR14 Santé et droits sexuels et reproductifs)
 
Mail : blanche.plaquevent@sciencespo.fr
 
  • Suzanne Rochefort

Sujet de thèse : “Travailler sur le devant de la scène : la professionnalisation des comédiennes et des comédiens à Paris (années 1740-1799)”, sous la direction d’Antoine Lilti (EHESS).

Thème de recherches : Le projet de recherche s’inscrit dans une double approche d’histoire du travail  et d’histoire de la visibilité des actrices et des acteurs dans l’espace public des spectacles parisiens. La perspective du genre traverse ces deux problématiques. La figure de la comédienne exerce une grande fascination sur les spectateurs, que les imaginaires rapprochent souvent de la courtisane. Mais derrière cette construction se cachent des travailleuses, aux trajectoires de carrière et aux conditions de travail très diversifiées, qui participent pleinement à la structuration d’un métier.

Doctorante à l’EHESS – groupe CRH.

Mail : suzanne.rochefort@ehess.fr

  • Mathias Valverde

Titre de thèse : “Des savants d’un même genre ? Contribution à l’étude critique des masculinités scientifiques. Le cas des académies provinciales (1750-1850)” (Titre provisoire) sous la direction d’Isabelle Laboulais (Université de Strasbourg), et de Sylvie Steinberg (EHESS).

Ma thèse propose d’étudier le groupe dominant des savants dans le cadre des académies des sciences en le saisissant par le genre et le concept de masculinités. Pour cela, j’interroge différents aspects des discussions et des vies des savants de l’époque moderne pour comprendre comment et sous quelles modalités se stabilise une figure du savant/scientifique masculine à la fin de ma période. Le but étant d’étudier, à travers les archives des académies de sciences en province, le moment qui voit entre 1750 et 1850 les sciences se professionnaliser et ainsi de confronter la figure du scientifique qui naît alors – prônant un idéal d’universalité – avec les pratiques et les discours de ce groupe qui exclut définitivement les femmes et certains hommes de la pratique des sciences.

A cette fin, je mobilise l’historiographie récente des masculinités qui se place dans le cadre des études féministes de genre et qui se renouvelle depuis trente ans. Par ailleurs, cette étude permet de poursuivre les recherches en histoire culturelle et sociale du milieu scientifique, mais aussi de développer une approche anthropologique des savoirs pour aborder la science en train de se faire et dresser le portrait des figures scientifiques de l’époque tout en interrogeant l’influence du genre dans l’élaboration des sciences modernes.

Mail : m.valverde@unistra.fr

  • Sofia Zuccoli

Sujet de thèse : « Lire le corps de la femme. Paradoxes, continuités et ruptures épistémologiques dans la médecine de la Renaissance », sous la direction de Roberto Poma (UPEC-LIS).

Thème de recherche : Ce projet de thèse propose d’étudier les représentations de l’anatomophysiologie du corps féminin à la Renaissance en prêtant une attention particulière à la genèse et au développement d’un corpus de textes bien délimité : les traités sur les maladies des femmes. Après la publication intégrale des textes hippocratiques sur la nature des femmes (1525), la littérature gynécologique spécialisée connaît un essor sans précédents. Les discours « sexués » du père de la médecine compliquent la vision du sexe unique qui s’était cristallisée dans le tradition aristotélico-galénique. L’objectif de cette recherche est double. D’une part, elle remet en question l’image androcentrique et misogyne du discours médical de cette époque et, d’autre part, rend possible une nouvelle interprétation de la façon dont la différence entre les sexes est appréhendée par les médecins modernes.

Doctorante contractuelle en philosophie à l’Université Paris-Est, LIS.

Mail : sofia.zuccoli@u-pec.fr

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search